| Commenter Commentaires (11)

Publireportage ou intégration publicitaire?

Pour 5000$, Radio-Canada a offert à notre taupe... (Photo: fournie par Radio-Canada)

Agrandir

Pour 5000$, Radio-Canada a offert à notre taupe de lui envoyer un reporter, qui ferait un topo exclusivement sur sa PME. Ce dernier serait diffusé dans la nouvelle émission estivale Cap sur l'été, coanimée par Marie-Josée Taillefer et Marc Hervieux.

Photo: fournie par Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La personne qui me parle - et qui désire conserver l'anonymat - n'en revient pas encore. Propriétaire d'une petite entreprise, elle achète régulièrement de la publicité dite traditionnelle sur des chaînes télé comme Radio-Canada ou TVA.

En négociant un forfait printemps-été avec la SRC, une offre surprenante lui a été faite. Pour 5000 $ de plus que le tarif négocié, le service des ventes et du marketing de Radio-Canada proposait de lui envoyer un reporter de la nouvelle émission estivale Cap sur l'été, qui ferait un topo exclusivement sur sa PME. Pardon?

Les «marketeux» emploieront ici le doux terme «d'intégration publicitaire» pour décrire cette tactique, sauf qu'il s'agit clairement d'un cas de publireportage à 5000 $. «On le sait que ça se fait ailleurs, mais je ne pensais pas que ça se faisait aussi à Radio-Canada, le diffuseur public», glisse notre source bien branchée.

Dans son pitch de vente publicitaire, Radio-Canada nomme même la personne affectée à cette couverture: l'humoriste Jérémy Demay, qui fera de deux à trois «irrésistibles reportages» en région, toutes les semaines, pour ce magazine télé que coanimeront Marie-Josée Taillefer et Marc Hervieux à partir du lundi 15 avril à 16h.

Ne jouons pas à l'autruche. Cette pratique est courante dans l'univers de la télévision, surtout dans les magazines de services, de décoration, de mode ou de design, qui ne disposent pas de budgets colossaux. D'où le recours à diverses commandites externes, dont le nom apparaît (ou est nommé comme tel) dans l'émission.

Le problème, c'est quand ce n'est pas mentionné clairement en ondes qu'il s'agit d'une intégration publicitaire ou d'un publireportage. Traitez-moi de naïf, mais si l'équipe de Cap sur l'été me parle d'un sympathique café dans les Cantons-de-l'Est, j'ose croire que c'est parce qu'ils font un sapré bon latté et non pas parce que le propriétaire a allongé 5000 $ pour s'offrir du temps d'antenne.

J'imagine que nous sommes plusieurs téléspectateurs candides à suivre cette logique, non?

Le porte-parole de Radio-Canada, Marc Pichette, a légèrement nuancé les propos de notre taupe, hier. Cette forme d'intégration à 5000 $ dans la quotidienne Cap sur l'été «ne se traduit pas nécessairement par un reportage», affirme-t-il. Cela aurait pu être, notamment, un concours ou la présence d'un porte-parole d'un événement touristique.

Selon la SRC, les contenus commandités, qui se retrouvent aussi dans la quotidienne Pour le plaisir, offrent une plus-value pour les téléspectateurs en leur donnant la chance de gagner des prix, entre autres. Par contre, l'équipe de production de l'émission dispose toujours d'un droit de véto sur les projets d'intégration soumis par la division de la «créativité média» de Radio-Canada.

Il suffit de regarder le magazine estival Sucré salé à TVA pour constater qu'une politique similaire d'intégration publicitaire y a été adoptée, il y a plusieurs saisons déjà. Mais quels en sont les paramètres? Il n'a pas été possible de parler au producteur de Sucré salé, Jean-Marc Beaudoin, qui a refusé notre demande d'entrevue, hier.

Vous l'avez sans doute remarqué, la commandite s'infiltre dans presque toutes les émissions de divertissement: Dans l'oeil du dragon et BlackBerry, Les chefs! et Métro ou Mon plan Rona. Jonglant avec des budgets de plus en plus serrés, les diffuseurs se tournent vers cette stratégie pour bonifier leurs productions.

Les marques et les logos connus se faufilent aussi dans les séries de fiction, comme le café Tim Hortons et les voitures Kia dans l'épisode de 19-2 de lundi. Sans la présence de ces annonceurs, tourner des séries coûteuses comme 19-2 ou Lance et compte serait quasiment impossible. C'est la réalité du marché. Il faut vivre avec. Et quand le placement de produit est fait avec finesse, ça ne me dérange pas trop, personnellement. Quand l'annonceur devient trop voyant, ça devient carrément agressant.

Toujours selon notre source, «il est aussi possible de payer 6500 $ pour que la présentatrice de Salut, bonjour vienne faire sa météo en direct d'un événement, d'un festival ou d'un commerce». À ce prix-là, vous aurez aussi droit à deux courtes entrevues de moins de trois minutes pendant l'émission matinale vedette de TVA.

Jointe hier à ce sujet, la porte-parole de TVA, Véronique Mercier, a répété sa phrase classique: «Je n'émettrai aucun commentaire.» Bon. Peut-être que le silence de TVA est commandité par une quelconque compagnie de prothèses auditives, qui sait?

Partager

publicité

Commentaires (11)
    • Croyez-vous réellement qu'il se vendra plus de Kia parce que quelques mordus de bagnoles en auront reconnu un modèle dans 19-2? Ou de cafés Timorton?
      Connaissez-vous quelqu'un - qui connaîtrait quelqu'un - qui aurait changé de marque de bière après avoir été influencé par une pub (avec ou sans rebonds de poitrines nubiles)?
      Pour voir un tort dans le manque de 'transparence' des engins de communication de masse, il faut d'abord accepter la prémisse de base de la pub; les consommateurs forment un vaste troupeau de bovins-morons, fondamentalement dénués de sens critique élémentaire, qui, lorsqu'exposés à une information 'favorable' provenant d'une source a priori 'crédible' (crédible? à la télé?), vont se précipiter pour se procurer la bébelle, pour ensuite se plaindre d'avoir été floués - par la source - si le plaisir n'était pas à la hauteur.
      Je n'y crois pas. Je ne connais personne qui y croit. Je n'ai jamais rencontré quiconque qui connaitrait quelqu'un qui y croit.
      Les seuls qui ont intérêt à y croire sont ceux qui vendent de la pub et ceux qui en achètent.
      Tigidou.

    • Pour ceux qui se plaignent du traitement politique de la Presse (Anti PQ) vous n'avez certainenemt pas lu les articles de Mari-Sale. On sait tous que tous les journaliste ne sont pas objectif et c'est pour ça que je demande à ceux-ci de dévoiler "PUBLIQUEMENT" leur allégeance politique. Ça aidrait à comprendre les âneries de certains.

    • Je crains qu'il ne reste plus que les rédacteurs et chroniqueurs des médias "mainstream" pour croire encore qu'ils font du journalisme. Personnellement, j'ai annulé mon abonnement à La Presse quand vous avez annoncé en grandes pompes votre nouvelle grille. Le traitement était en tous points identique à celui d'une publication d'entreprise. Il n'y a pas de mal à publier de tels médias. Il y en a même de très bons. Mais c'est de la fausse représentation que de faire croire à ses clients qu'ils ont accès à une information neutre quand, dans les faits, on leur présente le point de vue d'une société privée. Surtout que ces clients paient pour cette information.

    • @choune ... Raël aussi avait des choses à nous dire à TLMEP, vous le croyez ?

    • Sans oublier que La Presse, au niveau politique, est un grand spécialiste en publireportage fédéraliste et en propagande anti-péquiste, et ce depuis des décennies ! Ce n'est pas écrit nulle part, mais très naïfs sont ceux qui ne le savent pas encore.

    • Les journaux font très probablement la même chose - personnellement ça me dérange (pas le placement de produit à l'intérieur d'émission, mais bien de faux reportages). J'ai l'impression qu'on ne peut alors plus vraiment croire les critiques en général - suffit de voir comment sont encensés les films québécois, les mêmes films qui pourtant gagnent un prix aurore ensuite...

    • @charby39
      L'épicerie a dit lors de sa présence à TLMEP que les produits qu'ils testent se font sans commandite. C'est eux qui paient les produits en tout temps et ils disent ce qu'ils veulent de chacun des produits.

    • Je me demande si La Presse ne fait pas la même chose? Je suis allée à une érablière-restaurant que La Presse avait inclue dans son top-5 il y a un peu moins de deux semaines. J'ai été un peu déçu par le menu, mais surtout très décu du service... Vous voyez...
      JS

    • Vous pouvez aussi demander au porte parole de R-C combien il en coute pour tester vos produits à l'émission l'épicerie ? c'est 5 fois plus ...

    • 19-2 sans Tim Horton's n'aurait pas été crédible non-plus.

    • Il est effectivement dommage que cela ne soit pas indiqué comme une publicité payante. Mais on le voit de plus en plus. Et que dire d'émission comme Soleil Tout Inclus à Évasion qui se trouve à être ni plus ni moins une infopub d'une heure sur les produits de Transat. Ou tire-t-on la ligne?

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer