Geneviève Sabourin: un étrange destin

Geneviève Sabourin... (Photo: Reuters)

Agrandir

Geneviève Sabourin

Photo: Reuters

Hugo Dumas
La Presse

Par où prendre et remonter le fil de l'histoire à la fois triste et étrange de la Québécoise Geneviève Sabourin? Par la fin. Hier matin, le visage de la blonde comédienne a été placardé en page une du populaire tabloïd New York Post accompagné du titre peu enviable de harceleuse en chef de la star de la sitcom 30 Rock, Alec Baldwin. Geneviève Sabourin, à peu près inconnue du grand public, a en effet été arrêtée dimanche soir devant le luxueux immeuble où habite l'acteur américain dans Greenwich Village, sur l'île de Manhattan. Elle aurait tenté d'y pénétrer à plusieurs reprises.

Selon la plainte déposée par Alec Baldwin, Geneviève Sabourin l'aurait inondé de textos déplacés et de courriels bizarres en plus de se pointer, le 31 mars, toujours sans invitation, devant sa résidence secondaire des Hamptons, lieu de villégiature fréquenté par la jet-set de New York.

Le rapport de police révèle que Geneviève Sabourin, 40 ans, aurait aussi écrit une douzaine de courriels à Alec Baldwin, 54 ans, dans la première semaine d'avril le suppliant de l'épouser, de lui faire un bébé, de relancer sa carrière de comédienne et de l'aider à créer sa nouvelle identité de «Geneviève Baldwin». «J'ai besoin de toi maintenant. S'il te plaît Alec, viens me chercher. Je suis à peine à 10 minutes de chez toi. Dis moi: oui, je le veux», lui aurait fait savoir l'actrice, toujours par courriel.

Autre fait incriminant: Geneviève Sabourin aurait été expulsée du Lincoln Center, le 5 avril dernier, où Baldwin commentait une projection du Dernier tango à Paris. «Je pense qu'elle a pété une coche», croit un ami d'enfance de la comédienne, Simon Bergeron, 38 ans, conseiller vente et design chez Latitude Nord à Montréal.

L'animatrice Mitsou Gélinas se décrit elle aussi comme une des très bonnes amies de Geneviève Sabourin. Contactée hier, elle a brièvement dit que Geneviève n'était pas une «mauvaise fille», qu'elle l'adorait et qu'elle avait eu peur pour elle. «Je crois sincèrement qu'il y a deux côtés à cette médaille et Geneviève saura sans doute expliquer ses gestes à son retour à Montréal», a ajouté Mitsou Gélinas.

Geneviève Sabourin à sa sortie de cour à... (Photo: Reuters) - image 2.0

Agrandir

Geneviève Sabourin à sa sortie de cour à Manhattan, lundi soir.

Photo: Reuters

Selon nos informations, Geneviève Sabourin reviendra ce soir à Montréal, avec sa propre voiture. Elle a été libérée lundi en échange d'une promesse de comparaître le 14 mai et de ne plus entrer en contact avec la vedette des films It's Complicated et The Departed. La mère de Geneviève Sabourin, inondée d'appels, a débranché sa ligne hier. Il n'a pas été possible de lui parler.

Au Québec, soyons honnêtes, la carrière de Geneviève Sabourin n'a jamais décollé. Pour paraphraser son agent, Luc Myre, «ce n'est pas Marina Orsini». Dans son curriculum vitae, Geneviève Sabourin enchaîne toujours des rôles épisodiques, quasiment muets, qui portent des noms génériques comme la «femme qui accouche» dans le film Saints-Martyrs-des-Damnés de Robin Aubert, la «shooter girl» dans la série C.A. de Louis Morissette, la «joueuse de squash» dans Rumeurs, une «escorte» dans Vice caché ou une «amie» dans La galère.

Blonde aux yeux bruns, parfaitement bilingue, Geneviève Sabourin a été mannequin pour des trucs commerciaux comme des catalogues ou des publicités gouvernementales. Son visage a également servi à illustrer des campagnes de pub de Jean Coutu, Brick, McDonald's, Snapple et Scores.

C'est en 2002 que Geneviève Sabourin a croisé Alec Baldwin sur le plateau des Aventures de Pluto Nash, un navet tourné à Montréal en 2002 avec Eddie Murphy comme tête d'affiche. Geneviève Sabourin bossait alors pour le département de promotion. L'avocate de la comédienne, Julie Sender, prétend que Geneviève Sabourin a fréquenté Baldwin pendant deux ans, ce que nie la star américaine. Qui dit vrai là-dessus?

Geneviève Sabourin, une ambitieuse figurante professionnelle, a fêté ses 40 ans en février dernier. Elle venait de vendre sa maison de Saint-Bruno, ainsi que tout son contenu, pour retourner vivre chez sa mère à Candiac, sur la Rive-Sud.

«Je l'ai accompagnée au spectacle d'Adam Cohen, au Club Soda, cet hiver. Elle était resplendissante. Elle s'était acheté un sac Louis Vuitton valant plus de 3000 $. Elle conduisait une Mercedes. Elle disait qu'elle avait un très gros projet à New York», détaille son ami Simon Bergeron.

Ce projet mystérieux était-il celui de se marier avec Alec Baldwin? «Geneviève a toujours été fascinée par le star-système. La télévision, ça l'impressionnait beaucoup. C'est une fille très intelligente, drôle et excentrique», poursuit Simon Bergeron.

L'agent de Geneviève Sabourin, Luc Myre, n'avait jamais entendu parler d'une possible liaison avec Alec Baldwin avant lundi. «Je n'étais même pas au courant qu'elle aurait pu avoir un kick sur lui», affirme-t-il.

Luc Myre décrit sa cliente comme une «fille intense qui allait souvent à New York pour se faire des contacts».

Les médias américains ont rapporté hier que l'annonce des fiançailles de Baldwin avec une prof de yoga de 28 ans, Hilaria Thomas, aurait déclenché les actes reprochés à Geneviève Sabourin.

Au fil des ans, Alec Baldwin s'est taillé une réputation d'homme colérique et de coureur de jupons incorrigible. Qu'il prétende tout d'un coup n'avoir soupé qu'une seule fois avec Geneviève Sabourin, à l'automne 2010, question de lui donner un coup de main «platonique», sonne extrêmement faux.

Mais encore ici, la version de Geneviève Sabourin n'a pas été entendue. J'espère que la comédienne s'extirpera de ce nouvel épisode muet de sa vie. Car, pour l'instant, ce n'est pas elle qui tient le beau rôle dans cette affaire nébuleuse.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Geneviève Sabourin demeure confiante

    Vie de stars

    Geneviève Sabourin demeure confiante

    L'actrice québécoise Geneviève Sabourin, accusée d'avoir harcelé le comédien Alec Baldwin, était de bonne humeur à sa sortie de cour, lundi, son... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer