| Commenter Commentaires (11)

En commençant par la fin...

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

C'était froid, hier à Québec. Froid à l'extérieur alors que le soleil n'arrivait pas à faire contrepoids au vent soutenu qui balayait la capitale toujours aussi belle.

Froid à l'intérieur du vieux Colisée où le Canadien et les Hurricanes de la Caroline sont débarqués dans l'indifférence des amateurs de hockey. Des amateurs qui sont encore échaudés, aigris, désabusés depuis que la LNH leur a fait un pied de nez en multipliant les efforts pour maintenir les Coyotes dans le désert de l'Arizona plutôt que de faciliter leur exil vers Québec.

À tort plus qu'à raison, les fans de hockey croyaient dur comme fer qu'avec le nouveau Colisée qui s'élève lentement mais sûrement à l'ombre de l'ancien, la quête avouée de Pierre Karl Péladeau pour mettre la main sur une équipe et l'entente liant le futur proprio et la Ville de Québec, le retour de la Ligue nationale n'était que formalité.

Blessés par une survie des Coyotes qu'ils refusaient d'entrevoir, plusieurs amateurs ont décidé de signifier leur mécontentement en boudant l'invitation annuelle du Canadien, qui faisait hier sa cinquième escale à Québec dans le cadre de son calendrier préparatoire.

Remarquez que ce refus était bien plus un doigt d'honneur brandi bien haut au visage de la LNH et de son commissaire Gary Bettman qu'un désaveu du Canadien. Mais le résultat était le même. Au lieu de parler du match opposant le Tricolore et les Hurricanes qui proposaient des formations intéressantes à défaut d'être complètes, on parlait de football universitaire, hier à Québec. Du premier match de la saison qui opposera demain les ennemis venus de Montréal, les Carabins, à la fierté de la capitale, le Rouge et Or de l'Université Laval.

Loin de moi l'intention de manquer de respect aux joueurs du Rouge et Or et des Carabins. Mais si le match d'hier, même préparatoire, avait mis en scène les nouveaux Nordiques, le Rouge et Or et ses joueurs seraient passés lointains deuxièmes. Même si les adversaires avaient été Kirk Muller, les frères Staal, Alexander Semin, Cam Ward et les joueurs de soutien qui complétaient la formation des Hurricanes.

Si les adversaires des nouveaux Nordiques avaient été le Canadien? J'ose à peine y penser...

Après la marche bleue, les voyages aux quatre coins de la LNH pour signifier à Gary Bettman leur intérêt pour le hockey, leur désir de revoir les Nordiques dans leur Colisée, les amateurs de Québec avaient pleinement le droit de tourner le dos au match d'hier. Ou de se faire tirer l'oreille un brin ou deux.

Et non, cette réaction ne nuira pas aux chances de Québec de revoir un jour du hockey de la LNH comme le prétendent plusieurs observateurs. Cette façon de vivre le deuil démontre simplement la dure réalité qui entoure ce beau projet visant à la réincarnation des Nordiques à Québec.

Car, aussi beau soit-il, aussi bien ficelé et orchestré soit-il, il faudra du temps pour le mener à terme. Et il est bien possible que d'autres batailles soient perdues avant que les amateurs de hockey de Québec puissent gagner la guerre. S'ils la gagnent.

On verra!

Le mot de la fin

Trouver les mots justes, qu'ils soient enthousiastes dans la victoire ou tranchants dans la défaite, n'est jamais facile.

De fait, c'est bien souvent difficile.

Trouver les mots justes et précis pour bien imager le tourbillon émotif associé à la décision déchirante de quitter La Presse et les plateformes qui se multiplient autour de ce grand journal est plus difficile encore. Car s'il est toujours possible d'atténuer un jugement lapidaire ou un compliment généreux, il est difficile, voire impossible, de reprendre un au revoir. Un au revoir que je vous propose en toute simplicité ce matin.

Alors que le Canadien se prépare à faire sa grande rentrée, je ferme la porte sur sept années exceptionnelles au cours desquelles j'ai partagé les pages de ce grand quotidien avec des collègues qui sont devenus des amis. Des amis qui le demeureront, je l'espère, même si je porte dorénavant le chandail d'un club ennemi.

Après avoir eu la chance de profiter du meilleur des deux mondes en écrivant dans la Grande Presse tout en étant associé à RDS au cours des cinq dernières années, je quitte l'édifice du boulevard Saint-Laurent pour les studios de l'avenue Papineau.

Au-delà des salutations et remerciements que je lance aux quatre coins de la salle de rédaction, particulièrement à François, Michel, Gaëtan et à tous les membres de l'équipe du pupitre qui m'ont plusieurs fois avisé d'une date erronée, d'un résultat inversé, de fautes grossières et pourtant si évidentes, je tiens à remercier La Presse pour tous les défis qu'elle m'a permis de relever.

Je quitte le coeur gros parce que je laisse un journal de grande qualité, proposé quotidiennement par une équipe solide et dévouée. Un journal que je continuerai, comme vous, à lire avec intérêt. Je quitte aussi avec l'enthousiasme généré par le nouveau défi qui m'est proposé.

Dès lundi, je serai tantôt à l'antenne de RDS, tantôt à RDS.ca, où je vous proposerai des chroniques et des blogues quotidiens. Si, comme moi, vous maintenez vos habitudes de lecture de La Presse sur toutes ses plateformes, j'espère que vous viendrez également me rejoindre pour savoir ce que je pense de bien et de moins bien du Canadien, de ses joueurs, de la LNH et de tout ce qui me préoccupe sur la scène du sport.

Merci pour tout et à bientôt!

Partager

publicité

Commentaires (11)
    • Même si nous n'avons pas toujours été d'accord sur tout, vous demeurez toujours ma première lecture sportive de la journée. Et vous continuerai de l'être, simplement ailleurs. Bonne chance dans vos nouveaux projets à RDS, et au plaisir de vous lire ET vous entendre bientôt.

    • Merci de nous avoir renseigné au mieux sur cet univers opaque qu'est le monde du sport et bonne chance ds vos nouveaux défis. Pour ce qui est du hockey à Québec, j'étais un grand admirateur des Nordiques avec les Stasny , Tardif , Goulet et tant d'autres bien que je sois partisan du Ch...je crois que malgré ses qualités évidentes Québec reste une ville trop petite pour la foire à fric de Bettman. Et à Phoenix, il y en a 30 comme PKP. Et aussi , on a tendance à l'occulter, ça fait 25 ans au moins que ce sport est USA first...

    • Aurevoir et merci.

    • Bonne chance François à RDS. J'aime bien vos commentaires et je continuerai à vous lire et vous voir! À bientôt.

    • Merci et bonne route François...je te suivrai avec plaisir sur RDS.

    • Il faudrait peut-être remettre les pendules à l'heure...
      La LNH n'a jamais rien fait ou dit pour laisser croire à Québec qu'une concession s'en venait...ou que les Coyotes allaient déménager. Au contraire.
      Les amateurs de Québec ont spéculé et rêvé en couleur, mais pourquoi blâmer Bettman, qui a toujours tenté de modérer leur enthousiasme.
      Les Coyotes doivent rester à Phoenix pour des considération purement commerciales... pour les contrats publicitaires nationaux américains, la LNH doit être présente dans tous les grands marchés... publicitaires (on ne parle pas de sport, mais d'argent... fondement du hockey actuel).
      Cela dit, les gens de Québec ont certainement scoré dans leur propre but en boudant le match du Canadien.
      Bettman pourra évoquer les sièges vides, si ça fait son affaire, dans des discussions futures.
      Le Canadien pourrait aussi songer à ne plus jouer à Québec, s'il peut vendre plus de billets et rejoindre plus d'amateurs en jouant ailleurs.
      De toute façon, la renaissance des Nordiques ne semble pas trop d'actualité... à moins que la LNH décide d'une expansion à 32 équipes, ce qui est très hypothétique.
      Bonne continuation M. Gagnon.

    • Bonne route mon cher François ! Sincèrement ...

    • En tant que Montréalais et partisan du canadien, je dis bravo aux gens de Québec qui démontrent de la dignité en disant à Betman et sa gang : " Arrêtez de nous manquer de respect en jouant aux agaces....lorsque vient le temps de discuter d'une franchise à Québec tout en posant tous les gestes pour éviter à tout prix de réaliser ce projet".
      Le gros Betman va tenter de vous dire que vous n'êtes pas intéressés au hockey parce que vous avez refusé de payer 100 $ pour voir un match de troisième niveau de son organisation de broche à foin. Mais vous avez eu raison de ne pas être des "suckers".
      Bonne chance à vous M,François.

    • Tout simplement merci pour ces années à La Presse et pour ton blogue qui fut très intéressant, et bonne chance dans tes nouveaux défits que je vais sûrement suivre sur RDS et RDS.ca

    • Je vous souhaite bonne chance dans vos nouvelles fonctions et doit m avouer jaloux de ce que vous êtes appellé à faire quotidiennement.
      Histoire de se rappeller du bon vieux temps , je me permet de penser le contraire de ce que vous écrivez en préambulle.
      «Après la marche bleue, les voyages aux quatre coins de la LNH pour signifier à Gary Bettman leur intérêt pour le hockey, leur désir de revoir les Nordiques dans leur Colisée, les amateurs de Québec avaient pleinement le droit de tourner le dos au match d'hier. »
      Au contraire,les québécois se sont peinturés dans le coin avec leur prétention d être un marché de hockey génial. Ils auraient du remplir la baraque hier et démontrer leur envie de voir du hockey de la LNH et si le prix des billets et le choix des équipes ne faisait pas leur affaire ben il en est ainsi dans le circuit qu ils veulent rejoindre. Bon, 10000 personne c est pas pire quand même mais faut être conséquents avec nos choix d autant plus que ce sont eux avec votre aide et beaucoup de pensée magique qui se sont mis à s imaginer que la LNH leur transfererait une équipe un jour personne d autre .
      Malgré que j étais rarement d accord avec vous au sujet de votre vision du hockey permettez moi de vous dire que vous allez me manquer simplement parce que plusieurs de vos lecteurs-collaborateurs indésirables sont rendus du coté de monsieur Brunet qui tient un blogue nettement de meilleure qualité car ne traitant pas uniquement de la sapristi de sainte flanelle . Votre départ signifie qu on est comme pognés avec eux.
      Bon je suis peut-être un peu sévere avec vous mais c est le lot réservé à ceux qui ont la chance de faire votre boulot au Québec hein ?
      Je vais continuer à vous suivre quand même et je vous souhaite bonne chance à vous et à vos Sens !

    • Bonne chance François dans tes nouvelles fonctions. Je continuerai à te lire sur RDS et si je le peux je commenterai aussi.
      J'ai beaucoup apprécié les clavardages pendant les parties du CH, toi et l'équipe de La Presse avez su rendre le clavardage intéressant. J'espère qu'il sera de retour cette année encore.
      Au plaisir de te lire bientôt.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer