| Commenter Commentaires (23)

Voici Galchenyuk et vos Canadiens...

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

Ce ne sera qu'un simple match intra-équipe. Un match qu'on n'a même pas le droit d'appeler comme tel puisqu'il ne comportera que deux demies au lieu des trois périodes réglementaires. Un match plus banal encore que les habituelles rencontres préparatoires.

Mais il n'aura rien de banal pour le jeune Alex Galchenyuk et les partisans - serez-vous vraiment 21 273 à profiter de l'invitation du Canadien? - qui prendront d'assaut le Centre Bell ce soir. S'il a démontré depuis le début du camp qu'il a le physique, le coup de patin et les aptitudes pour rivaliser avec ses futurs coéquipiers du Canadien, Galchenyuk pourra en faire la preuve convaincante ce soir. Même dans ce cadre particulier.

Galchenyuk évoluera à la gauche de Tomas Plekanec, si le joueur de centre se sent d'attaque au lendemain de son premier entraînement officiel, et du capitaine Brian Gionta.

Pendant que les partisans surveilleront ses feintes, ses tirs, son coup de patin, l'entraîneur-chef Michel Therrien, ses adjoints et le reste de l'état-major du Tricolore noteront les réactions de Galchenyuk sur la patinoire. Car c'est ce qui justifiera la décision de garder ou non le jeune attaquant de 18 ans pour amorcer la saison.

Galchenyuk n'a rien à prouver en matière de talent et d'aptitudes. Il doit simplement afficher la maturité nécessaire pour convaincre ceux qui en douteraient encore qu'il a la capacité d'affronter les Maple Leafs de Toronto samedi.

Coup double

Si nous étions en octobre et qu'il n'avait pas brûlé la Ligue de l'Ontario comme il l'a fait depuis le début de la saison avec le Sting de Sarnia (27 buts, 61 points en 33 matchs), Galchenyuk n'aurait pas la moindre chance d'entamer la saison.

C'est du moins ma prétention.

Avec ce qu'il a accompli jusqu'ici et parce que le Canadien ne peut compter sur des matchs préparatoires pour bien l'évaluer, il est à peu près certain que Galchenyuk sera en uniforme samedi en lever de rideau de la saison 2013.

Il jouera aussi mardi contre José Théodore et les Panthers de la Floride de même que jeudi à Washington. Il jouera les cinq premiers matchs et à moins d'un essoufflement, ce que personne ne souhaite, il restera avec l'équipe.

C'est connu: je suis un apôtre de la prudence dans le développement des jeunes. Aussi talentueux soient-ils. À l'image des Red Wings de Detroit, qui sont les maîtres dans le domaine au sein de la LNH, je crois que 150 matchs dans les rangs mineurs sont la plupart du temps une bénédiction pour les jeunes joueurs plutôt qu'une perte de temps.

Mais voilà. Parce que Galchenyuk ne pourra jouer à Hamilton l'an prochain en raison de son âge et qu'il est clair qu'il sera à Montréal pour ne pas perdre son temps dans le junior, les 48 matchs de la saison pourront lui servir de long camp d'entraînement.

On verra.

En plus de surveiller Galchenyuk ce soir, surveillez bien Michel Therrien. L'entraîneur-chef du Canadien travaillera en compagnie de Clément Jodoin d'un côté, et de Jean-Jacques Daigneault et Gerard Gallant de l'autre.

Le premier trio (Pacioretty-Desharnais-Cole) et le quatrième (Prust-White-Armstrong) affronteront les deuxième (Galchenyuk-Plekanec-Gionta) et troisième trios (Bourque-Eller-Moen). Gabriel Dumont, Brendan Gallagher et leurs coéquipiers des Bulldogs rappelés pour l'occasion compléteront les trois trios et cinq défenseurs composant les deux équipes.

Misez un huard ou deux que Therrien dirigera l'équipe de Galchenyuk. L'attention que Therrien accordera à son jeune attaquant vous donnera une bonne idée du statut du jeune premier choix au sein de l'équipe. Et je vous lance comme ça que Therrien passera beaucoup de temps avec Galchenyuk.

En attendant P.K.

Marc Bergevin était à Halifax hier pour assister au match opposant les meilleurs espoirs juniors du pays. Pourquoi se rendre dans les Maritimes pour observer des jeunes qui frapperont bientôt à la porte de la LNH plutôt que se rendre à Toronto pour dénouer l'impasse dans le dossier P.K. Subban? Parce que le directeur général du Canadien ne peut négocier seul.

Il a établi clairement sa position en indiquant à son jeune défenseur qu'il était hors de question de lui accorder, après seulement 160 matchs dans la LNH, le contrat à long terme qu'il réclame. Et puisque Subban ne peut qu'attendre que le Tricolore connaisse des ennuis en début de saison pour espérer un changement de position de Bergevin, il attend. Un agent bien en vue dans la LNH m'a indiqué hier qu'il ne pouvait comprendre les demandes de Subban. «Si j'étais son agent, je tenterais de lui faire comprendre que le contrat signé lundi par Michael Del Zotto - 5 millions pour deux ans - avec les Rangers de New York est tout désigné pour lui».

Bien qu'il soit campé sur sa position de faire signer à P.K. un contrat de deux ans, le Canadien offrirait autour de 6 millionspour deux années à son jeune défenseur. Don Meehan, l'agent de Subban, est demeuré à Toronto hier au lieu de se rendre à Halifax. «J'ai des associés présents à Halifax et Marc peut me joindre en tout temps. Cela dit, aucune rencontre ou discussion n'est prévue», m'a affirmé Meehan, qui admet candidement que la présence de Subban au match d'ouverture, samedi, au Centre Bell, est sérieusement compromise. Et si Subban maintient la ligne dure, cette absence pourrait se prolonger plus longtemps que plusieurs l'anticipaient. À commencer par P.K...




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer