| Commenter Commentaires (11)

LNH: une chance que le ridicule ne tue pas!

Donald Fehr demande aux joueurs de lui donner... (Photo: PC)

Agrandir

Donald Fehr demande aux joueurs de lui donner le mandat de saborder le syndicat qu'il dirige, dans le but de mettre de la pression sur la Ligue nationale de hockey.

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

Le vaudeville que représente le conflit opposant la Ligue nationale et les joueurs qu'elle a mis en lock-out le 15 septembre dernier repoussera cette semaine les limites du ridicule.

Je sais. Avec tout ce qu'on a vu et entendu depuis trois mois, il est difficile de croire que les limites du ridicule n'avaient pas déjà été atteintes. Qu'elles n'avaient pas été étirées à la limite. À l'extrême limite. Mais les prochains jours seront fous pas pour rire. Ou pour rire aux éclats. C'est selon!

Depuis hier - le vote se poursuit jusqu'à jeudi -, Donald Fehr demande à tous les lockoutés qu'il représente de lui donner le mandat de saborder l'Association des joueurs.

Pourquoi?

Parce qu'en obtenant ce mandat qu'il pourrait ensuite mettre à exécution jusqu'au 2 janvier, Fehr débarquera à la table de négociation avec une massue entre les mains. Car si la Ligue nationale maintient la ligne dure des dernières semaines, qu'elle refuse de reculer sur la durée de la convention (10 ans) sur la durée limite des contrats (5 ans) sur les fluctuations annuelles maximales des salaires pour la durée de ces contrats (5%) et sur bien d'autres points dont les joueurs voudraient voir les coins être arrondis un brin ou deux, Fehr pourra aller de l'avant avec son projet de dissolution.

Ça passe ou ça casse

Une fois cette procédure franchie, Fehr pourrait s'accrocher à la loi anti-monopole américaine pour discréditer la LNH, obtenir un jugement rendant illégal le lock-out qui amorce aujourd'hui sa 93e journée et, ô surprise, obtenir des compensations financières estimées à trois fois plus que le total des salaires perdus jusqu'ici par les joueurs.

Tout ça au terme de procédures judiciaires qui seraient longues et extrêmement coûteuses pour les joueurs, bien sûr, mais aussi pour la Ligue nationale et ses propriétaires. Des procédures qui entraineraient sans l'ombre d'un doute l'annulation complète de la saison 2012-2013. Sans oublier l'autre avalanche de procédures reliées à la création d'un nouveau syndicat si jamais les joueurs décidaient de se syndiquer à nouveau.

Si les propriétaires tiennent à éviter pareil dédale judiciaire avec tous les risques qui lui sont associés, peut-être forceront-ils la main à Gary Bettman pour qu'il ajoute un peu plus de Quick dans le lait qu'il offre aux joueurs.

Si une ou deux cuillerées de poudre brune suffisent, le conflit pourrait même se régler rapidement.

Donald Fehr n'invente rien. Il suit les traces des Associations des joueurs de la NFL (football) et de la NBA (basketball) qui ont vu les lock-out dont ils étaient prisonniers se régler rapidement une fois la menace de dissolution brandie l'an dernier.

Si Gary Bettman ne bronche pas devant cette menace? Qu'il ne cède pas comme ont cédé son homologue Roger Goodell (NFL) et son mentor, et ancien patron, David Stern (NBA)?

Le conflit se prolongera. La saison sera annulée. Au point où nous en sommes, je ne sais plus si cette annulation serait une bonne ou une mauvaise nouvelle. Mais je sais que le fait d'être fixé une fois pour toutes - ou au moins jusqu'à l'automne prochain - en serait une très bonne.

Procédures kafkaïennes

Le mandat réclamé par Donald Fehr devrait lui être largement accordé. L'Association a besoin de l'approbation des deux tiers de ses membres pour aller de l'avant avec son projet d'auto-destruction. Puisque ce vote vise à offrir à Fehr un outil de négociation, qu'il ne signifie pas, du moins pas encore, l'annulation de la saison, les joueurs l'entérineront presque unanimement.

C'est du moins mon avis.

Parallèlement à ce vote et aux négociations qui pourront malgré tout se poursuivre publiquement ou en coulisse, l'Association des joueurs et la Ligue nationale se croiseront aussi, et surtout, en cour pour débattre de la légalité de ce hara-kiri syndical.

Et c'est là que ça va devenir fou. Complètement fou.

Car pour obtenir gain de cause, l'Association des joueurs devra plaider qu'elle fait mal son travail. Qu'elle est incapable de représenter ses joueurs. Que ces derniers ont le droit de ne pas être syndiqués.

De l'autre côté, la Ligue nationale va plaider que l'Association des joueurs a toujours été la seule et unique organisation syndicale avec laquelle elle a négocié. Qu'elle est solide et efficace comme le témoigne le fait que les salaires n'ont jamais été aussi généreux comme en témoigne le salaire moyen qui s'élève à 2,4 millions $.

Le monde à l'envers.

S'appuyant sur les exemples de la NFL et de la NBA et aussi sur le pouvoir de persuasion de ses avocats et de ceux qu'elle s'offrira à fort prix, la Ligue nationale prétendra aussi que la procédure de l'Association des joueurs n'est rien de plus qu'une tactique déloyale visant à faire dérailler le processus actuel de négociations.

J'aimerais alors être le juge.

Je pourrais regarder la Ligue nationale pour lui demander de quelles négociations elle parle au juste. Car bien que je trouve les joueurs un brin timbrés de tourner le dos à ce qui est sur la table tout en perdant des millions dont ils ne reverront jamais la couleur, je trouve que la LNH est complètement irresponsable en se montrant intraitable comme elle le fait depuis deux semaines.

Avec quelques concessions mineures, Gary Bettman et les propriétaires auraient permis aux modérés dans le camp des joueurs de sauver la face tout en moussant l'approbation d'une entente. Une entente imparfaite, mais une entente quand même. Une entente qui aurait ramené les joueurs devant leurs partisans.

L'intransigeance affichée par Bettman les a plutôt guidés vers les tribunaux.

Ridicule! Complètement ridicule!

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

Commentaires (11)
    • article très intéressant : http://nhl-red-light.si.com/2012/12/17/nhls-cba-dispute-enters-legal-swamp/?sct=uk_t11_a5
      savoureux de lire les volte-face de la ligue...entre ce qu'elle claironne depuis des mois, et ce qu'elle prétend à la cour...

    • Dissolvez votre "Association" messieurs les joueurs, dissolvez! Si l'idiotie était soluble dans l'air il y a longtemps que vous auriez individuellement disparus, alors autant que ce soit collectivement par une dissolution légale. À trop vous avoir entendu geindre et vociférer, mon intérêt à votre égard ne s'est pas seulement dissolu, il a volé en éclat. Vous ne méritez pas d'être admirés et encouragés par vos fans. Vous ne méritez rien de plus que notre indifférence en réponse à votre mépris. Jouissez de vous dissoudre, hurlez en hyper-martyrs auto-proclamés que vous êtes, et nous jouirons pleinement et en silence de votre pathétique mais si agréable disparition. Vous n'êtes pas animés par le désir de « jouer » mais obssédés par celui compulsif et aliénant de « banquer ». Les « propriétaires » ont la pleine et entière possession de leur entreprise et sont vos employeurs; vous êtes des « joueurs », leurs employés. Pas de « partenaires », des employés, hyper-choyés. Vous ignorez tant de la réalité et des principes de ce monde. Honte à vous! Vous mordez la main qui vous nourrit. Vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis. Vous tuez votre sport.

    • Cette notion de monopole est difficile à comprendre. Les joueurs, et propriétaires, qui le désirent n'ont-ils pas toujours la possibilité de former une nouvelle ligue professionnelle comme ça s'est fait dans le passé avec l'Association Mondiale? C'est vrai que les salaires seraient moins élevés... les joueurs s'accomodent donc bien de ce «monopole». Et d'autre part, l'Association des joueurs n'est-elle pas aussi en position de monopole? Un joueur pourrait-il faire partie d'un autre syndicat et jouer dans la LNH? La LNH ne pourrait-elle pas poursuivre l'Association des joueurs selon cette même loi anti-monopole?
      Je m'excuse de poser ce genre de questions qui révèlent ma grande ignorance.

    • Je pense que Fehr est pret a perdre une saison de hockey.
      Si les joueurs signaient l'offre de la LNH, ils continueraient d'être très bien rémunérés pour de ne pas dire trop payé. Je n'ai rien contre le fait qu'ils gagnent beaucoup d'argent. Tant mieux pour eux. Mais pourquoi s'obstinent-ils autant? Beaucoup de gens perdent de l'argent dont ils ont vraiment besoin. Les gens qui travaillent pour les équipes, les arénas, les nombreux commerces qui dépendent directement ou indirectement du hockey etc. Les joueurs devraient penser à ça non? A quoi pensent-ils au juste? Pour quoi au juste se battent-ils vraiment? Juste pour ne pas perdre la face? Pour les futurs joueurs? Pour jouer le jeu de la solidarité?
      Et quand je parle des joueurs, je parle de combien de joueur au juste? 700? Surement pas. 350? J'en doute. Moins de la moitié parle au nom des autres. Je continue de penser que s'il y a avait un vote secret, plus de 50% déciderait d'accepter l'offre de la LNH pour jouer au plus sacrant. Ca Fehr le sait et c'est bien la seul carte qu'il ne veut pas jouer.

    • Ton titre décrit le mieux ce qui se passe présentement entre les deux parties, il ne faut pas oublié que dans une bataille de coqs les deux perdent des plumes, cependant j'espère qu'au moins le conflit permettra d'épurer l'air ambiant et que tant du côté des proprios que des joueurs on fasse place à la coopération mutuelle, mais pour ça , ça passe par la mise au rancart tant de Bettman que Fehr.
      Mais plus réorienter la LNH et ses franchises plus au nord, au moins 6 du sud, et ce n'est pas les nouvelles localisations qui manquent, Québec, Hamilton-Toronto, Milwaukee, Protland Oregon, Seattle, Hartford et même Saskatoon.

    • Je ne vois pas comment un juge peut penser que la LNH a négocier de bonne fois quand, après s'êtte vu soumis des propositions Bettman et ses sbires n'ont mis que 10 minutes pour les refuser , un juge ne peut pas ne pas voir cela comme de la mauvaise fois .

    • Gary Bettman et Bernie Ecclestone sont 2 faces à claques qu'on aimerait voir disparaître du paysage sportif.
      Quelle arrogance... 2 petits Napoléon.!!!

    • M. Gagnon, i y a un élément que je ne comprend pas. Lorsque le lockout a été décréter, les joueurs faisaient partie d'une association légitime alors s'ils désirent se dissocier de leur syndicat, comment peuvent-ils par la suite plaider l'autonomie individuelle et poursuivre la ligue pour un lockout illégal.
      Le lockout est toujours valable jusqu'à la dissolution de l'association et par la suite ça devient alors une cause avec des contrats individuels à plaider individuellement. Comment alors plaider que le lockout est illégal puisqu'en principe, à la dissolution de l'association, tous les contrats deviennent caduque et sur quoi les joueurs peuvent ils plaider ?
      Si les joueurs deviennent tous autonome sans contrat, ne s'agit-il pas de renégocier des ententes individuelles ? Étrange cette façn de faire et étrange que Fehr qui en principe, représente une association, devienne du jour au lendemain non légitime que négocier ?
      Les joueurs ont toujours plaider leur allégeance à leur association et tout d'un coup, ils décident que cette association n'existe plus et qu'ils peuvent pousuivre la ligue et les équipes mais sur quelle base ?
      A moins que l'association n'est pas légalement autorité alors cette association n'est que de la frime et chaque joueur doit laider sa cause lui même. Très complexe ce système surtout qu'ils devront adresser deux systèmes de lois entièrement différent entre ce qui se passe aux États-Unis et ce qui se passe au Canada.
      Toute à fait aberrant.

    • Considérant qu'une bonne partie des demandes patronales sont là pour discipliner les propriétaires, je trouve pertinent que l'association soit dissoute.
      Ensuite chacun des propriétaires négociera individuellement avec chacun des joueurs. Si la ligue veut limiter les négociations individuelles, elle devra discipliner les propriétaires au lieu de se servir des joueurs.

    • Revenez-en M. Gagnon, et passez donc à autre chose.

    • Ceci est totalement ridicule, il y a tellement de gens qui sont sous le seuil de la pauvreté et des gars qui font plus que je ne ferai dans une vie et se plaignent de cette façon. En tout cas moi le hockey c'est fini, ses pauvres hokeyeurs qui ce moquent carrément de nous, j'auraient honte à leurs places et devraient apréciés ce qu'ils ont et retournés au boulot, apès tout ce n'est pas une question de vie ou de mort c'est un SPORT.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer