Ah! L'intention est bonne...

La Ville de Montréal a prouvé hier que... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

La Ville de Montréal a prouvé hier que l'électrification des transports est une priorité et qu'elle prenait les moyens pour y arriver. Cependant, estime notre chroniqueur, le maire Denis Coderre étouffe le réseau existant de véhicules en libre-service et limite son développement futur.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le dossier des véhicules électriques en libre-service, le maire Coderre a un pied sur l'accélérateur... l'autre sur le frein.

D'un côté, il mise sur l'électrification de la mobilité, il déploie un réseau de bornes de recharge, il se fixe un objectif audacieux pour 2020. Tant mieux.

Mais de l'autre, il étouffe le réseau existant de véhicules en libre-service et limite son développement futur.

Comme si le maire aimait beaucoup l'idée des « véhicules électriques »... mais moins le fait qu'ils soient en « libre-service ».

C'est dommage, car il y a certainement du bon dans le plan dévoilé hier. La Ville prouve que l'électrification des transports est une priorité, et elle prend les moyens pour y arriver.

C'est tout de même impressionnant de viser l'installation de 1000 bornes de recharge un peu partout à Montréal d'ici 2020 ! Autant de bornes qui seront à la disposition de tous les propriétaires d'autos électriques.

Bonne chose, d'autant qu'elles serviront aussi aux véhicules en libre-service (VLS). Leur déploiement sera ainsi financé en partie par Car2Go, Auto-mobile, et éventuellement Téo Mobile, Bolloré, ZipCar.

Jusqu'ici, tout va bien, donc. Surtout qu'on profitera de l'adoption du plan pour ouvrir la ville aux autos en libre-service. Fini le patchwork d'arrondissements qui décidaient, un par un, s'ils leur ouvraient leurs frontières ou pas.

La Ville affiche donc clairement l'intention d'accueillir de plus en plus de ces véhicules... mais elle impose en même temps un quota qui fait tout le contraire !

Comment peut-on à la fois « diversifier » les choix de transport et les restreindre en même temps ? Comment peut-on limiter le nombre de VLS au moment où explosent les ventes de VUS ? Ça me dépasse.

Car2Go et Auto-mobile se développaient très bien jusqu'ici. Malgré les embûches, elles ont réussi à augmenter le nombre de véhicules offerts pour répondre à une demande croissante.

Il y avait 600 véhicules en libre-service à pareille date l'an dernier, ils seront plus de 1000 cet été ! Et de ce nombre, 75 seront déjà électriques.

Comment réagit l'administration ? En plafonnant le nombre de vignettes de stationnement à 800 ! Et donc, en créant un faux surplus de 200 voitures avec lesquelles seront prises les entreprises de VLS cette année.

Oui, la Ville promet de s'ajuster à l'offre et à la demande, mais quand on sait la lourdeur de la machine bureaucratique, on peut en douter. Surtout quand elle dépose un simple plan de trois pages qui est en retard sur le marché... le jour même où il est dévoilé !

Imaginez : elle prévoit 1000 véhicules en libre-service en 2020... alors qu'on atteindra ce nombre dans quelques semaines !

C'est à se demander si ce plan audacieux l'est tant que ça, finalement, sachant qu'on retire de six à dix autos des routes chaque fois qu'on ajoute un véhicule en libre-service.

Tout aussi incroyable : la Ville imposera un nouveau critère aux entreprises pour avoir droit aux 800 vignettes disponibles. Leur parc devra compter 20 % de véhicules à quatre places... même si elle sait très bien que toutes les voitures utilisées à Montréal par Car2Go n'en ont que deux.

La Ville impose donc une nouvelle règle au marché... même si 40 % des véhicules en libre-service qui roulent à Montréal offrent déjà quatre places !

Donc pourquoi ce curieux critère du nombre de places qui ne répond à aucun problème réel ?

Pourquoi ce quota, alors qu'il aurait été si simple de laisser le marché se développer, quitte à accorder un rabais ou un pourcentage de vignettes aux entreprises qui prennent le virage électrique ?

Bref, pourquoi ce coup de frein alors qu'on annonce un coup d'accélérateur ?

LA GRANDE NOIRCEUR...

Je ne pensais pas que je mettais autant le doigt sur le bobo, lundi dernier.

Rappelez-vous, je dénonçais l'opacité du ministère des Affaires municipales, qui refuse d'ouvrir ses données aux chercheurs et aux citoyens. Les états financiers des villes sont déposés en vrac sur le web, tandis qu'il faut passer par la Loi sur l'accès à l'information pour obtenir les 15 indicateurs de performance des municipalités.

Savez-vous ce qui a été décidé hier ?

Les villes n'auront plus à produire de rapport du maire sur l'état des finances de la Ville !

Et fini les indicateurs de gestion !

Pouf ! Un épais nuage noir a tout fait disparaître comme par magie !

« Ça signe l'arrêt de mort du Palmarès HEC, selon son responsable, Robert Gagné. À moins que les villes nous fournissent elles-mêmes les données. Mais compte tenu de l'absence de collaboration des quatre dernières années, je n'ai à peu près pas d'espoir. »

Comment expliquer une telle décision à l'ère des données ouvertes ? « Le gouvernement a choisi de protéger la petite classe politique des maires, simplement parce qu'ils ne veulent pas avoir à répondre d'écarts défavorables, ils ne veulent pas se comparer, ils ne veulent pas rendre de comptes. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer