Ce n'est pas la faute au chantier...

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les commerçants de la rue Saint-Denis sont en colère. Ils ne se jetteront pas tous dans un trou du chantier, mais ils sont vraiment en colère.

J'ai fait le tour de quelques boutiques, et partout, on s'est désolé du déclin de l'artère. Partout, on a montré le Plateau du doigt. Si ça va si mal, si les travaux font si peur, m'ont-ils dit, c'est la faute de l'arrondissement, des taxes, du stationnement et des « foutus sens uniques à Ferrandez ».

Ah oui ! C'est aussi la faute « aux médias », qui parlent en mal du Plateau. En tout cas, c'est ce que m'ont dit les commerçants qui parlent constamment en mal du Plateau dans les médias.

Bien honnêtement, je ne suis pas d'accord avec eux. Mais je leur donne ça, Saint-Denis a connu des meilleurs jours.

L'ancienne boutique du designer Dubuc est toujours vide. Même chose pour le local qui abritait le Cocagne. Et il y a encore des graffitis sur la vieille banque barricadée à l'angle Rachel, depuis la fermeture du Mexx.

À côté de Courir, de nombreuses affiches « À LOUER ». En face aussi. Plus bas, une longue série de vitrines abandonnées de chaque côté de Scarpa, qui annonce une « vente de fin de bail », sans savoir s'il le renouvellera. Et à un coin de rue, Les pieds sur terre affiche un « solde de fermeture ». « Tout doit sortir ! »

La faute à Ferrandez ? Faut pas charrier...

***

En termes crus, Saint-Denis n'est tout simplement plus une destination courue. Comme Duluth et Prince-Arthur.

Il y a évidemment des raisons plus contextuelles aux déboires de Saint-Denis. Les locataires sont peu enclins à renouveler leur bail alors que les travaux doivent s'étirer sur 18 mois. La situation économique n'est pas jojo. Et il y a une forte concurrence de la banlieue et du commerce électronique.

Mais les problèmes de la rue Saint-Denis ne datent pas des derniers mois, encore moins du chantier dans lequel a plongé le propriétaire du Wok N Roll. Ça fait un moment que l'artère décline tranquillement. Une demi-douzaine d'années, peut-être.

« Saint-Denis n'est tout simplement plus une artère de destination », explique Jacques Nantel, expert du commerce au détail à HEC Montréal.

« À une autre époque, on pouvait partir de Dollard-des-Ormeaux et de Saint-Laurent pour aller magasiner sur Saint-Denis, ajoute M. Nantel. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. »

Oui, il y a encore des commerces qui attirent des clients de l'extérieur - Arthur-Quentin, L'Académie, Zone. Il y a même une sorte de grappe sportive qui a bonne réputation, formée de Courir, MEC, Chlorophylle et Lolë.

« Mais elle a beau avoir encore quelques commerces de destination, Saint-Denis a perdu son rôle d'artère de destination », confirme l'urbaniste Gérard Beaudet, de l'Université de Montréal.

Dur à encaisser, mais les choses changent, les goûts changent, la ville change. On allait jadis sur Saint-Denis pour profiter des terrasses de Montréal, alors qu'on en trouve plein aujourd'hui, dans des rues autrement plus conviviales. On en trouve même en banlieue, dans des villes comme Boucherville, où on tente justement de reproduire ce qui a fait la singularité des rues comme Duluth, Prince-Arthur et Saint-Denis.

Des rues, du coup, qui ne sont plus aussi spéciales...

***

Le constat est dur, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y aura plus jamais de belles années rue Saint-Denis. Bien des artères ont réussi à se repositionner dans des conditions plus difficiles encore, même après un chantier.

« Le problème de cette artère, ce n'est pas qu'elle n'est plus une destination comme telle, précise Jacques Nantel. C'est qu'elle n'accepte pas ce changement de vocation. Comme une duchesse déchue qui n'accepte pas son sort. »

Pourtant, la diminution de la clientèle extérieure est un phénomène qu'on observe un peu partout dans l'île, sur la Main, Mont-Royal, Laurier. Pas parce que Ferrandez chasse les banlieusards, mais parce que l'offre commerciale s'est bonifiée à l'extérieur des quartiers centraux.

Il n'y a pas plus de clients, pas plus d'argent, pas plus de demande. Mais ça n'empêche pas l'offre de prendre de l'ampleur, autant en banlieue que dans l'île, grâce à des artères comme McGill et Notre-Dame Ouest, par exemple.

Saint-Denis a donc le choix. Ou bien elle attend que son tour revienne, ou bien elle fait comme d'autres et prend le virage du commerce de proximité.

Comme elle commence tout juste à le faire, d'ailleurs. Les rumeurs envoient une épicerie dans l'ancien Guérin, et le projet d'ateliers d'artistes de La Shed vient d'être approuvé pour le presbytère Saint-Jude.

« Plusieurs artères ont compris que le salut passe par la clientèle locale, note Jacques Nantel. C'est le cas de Côte-des-Neiges, par exemple. Mais certains, sur Saint-Denis, refusent d'y croire et voient même le commerce de proximité comme quelque chose de péjoratif. Or, il s'agit plutôt d'une opportunité. »

La réflexion est lancée, donc, pour les commerçants, mais aussi pour la Ville, qui est responsable du chantier qui s'étirera jusqu'en novembre 2016, qu'on le veuille ou non. Un chantier qu'on peut voir comme un problème, mais aussi comme une occasion de repenser l'identité de Saint-Denis.

C'est ça, ou on continue de maudire le maire du Plateau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer