À vendre ! (bis)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement Couillard nous refait le coup de la petite annonce dans le journal, comme pour la bibliothèque Saint-Sulpice. Il met encore une fois en vente un important élément du patrimoine montréalais, en toute discrétion...

Cette fois, l'appel d'offres concerne « un immeuble connu comme étant le lot 2340042 du cadastre du Québec ». Rien de plus, lit-on, qu'un « bâtiment de type résidentiel unifamilial à paliers multiples » situé au 3460, rue Saint-Urbain.

Banal. Jusqu'à ce qu'on visite l'immeuble qui s'avère être... l'atelier de l'architecte ayant le plus marqué le Québec.

Un bâtiment qui n'est pas « connu comme » un banal numéro de lot, mais bien comme le Studio Cormier, du nom du grand Ernest Cormier.

Un atelier d'architecte sans équivalent. Qui a accueilli une foule d'artistes, dont Daudelin. Qui était au coeur de la vie artistique de la métropole, il y a près de 100 ans. Qui fait partie de l'aire de protection de la maison Notman, en plus d'être cité comme « témoin architectural significatif » par la Ville de Montréal.

Cette fois, le gouvernement a au moins affiché une pancarte « à vendre » sur ce bâtiment datant de 1921. Mais aucun communiqué n'a accompagné la mise en vente. Aucun échange n'a eu lieu avec la Ville. Aucune explication n'a été donnée par le ministère de la Culture, qui m'a simplement dit ne plus en avoir besoin.

Aucun avis, donc, sinon cette petite annonce pour liquider en douce un pan de l'histoire de Montréal. Un de plus.

***

Disons-le, on n'est pas dans les mêmes eaux que la bibliothèque Saint-Sulpice, ici. On n'est pas dans les dorures et les boiseries. On est dans le patrimoine moderne. On est, justement, dans les toutes premières heures de l'architecture moderne au Québec.

« C'est un bâtiment d'exception, note Jacques Lachapelle, directeur de l'École d'architecture de l'Université de Montréal. C'est une oeuvre significative d'un architecte très important. »

Pas évident quand on le croise, c'est vrai, surtout depuis qu'on a cessé de couper la végétation qui le dissimule aux regards. Mais cet édifice voisin de l'ancienne École des beaux-arts est néanmoins unique.

« L'atelier est inusité en ce qu'il a été pensé et construit pour être un atelier, ajoute celui qui fut président du Conseil du patrimoine de Montréal jusqu'en juin dernier. Il a été conçu sur le modèle des ateliers parisiens par l'architecte le plus important de son époque au Québec, peut-être même au Canada. »

« C'est malheureux, conclut Jacques Lachapelle, qu'un morceau aussi important du patrimoine soit vendu sans transparence, sans explications... »

***

L'importance de cet atelier se trouve donc dans les briques et le mortier.

Elle se trouve aussi dans la signature Cormier, un architecte à qui l'on doit notamment l'édifice principal de l'Université de Montréal, la Cour d'appel dans le Vieux-Montréal... et les portes d'entrée du siège de l'ONU à New York !

Mais cette importance, elle se trouve aussi dans l'histoire riche de cet atelier de la rue Saint-Urbain, selon Aliki Economides, qui vient tout juste de soutenir une thèse de doctorat sur Ernest Cormier, à Harvard.

« Le studio était un véritable foyer culturel où se réunissaient les artistes de Montréal dans les années 20, car Cormier a conçu le studio sur le modèle parisien. Il voulait recréer à Montréal l'ambiance bohème qu'il avait connue à Paris, ce que l'on voit bien dans les photos d'époque. »

Voilà pourquoi cet édifice possède un grand terrain qui servait de jardin. Voilà pourquoi il est percé en son centre d'une verrière qui donne sur un vaste espace lumineux.

« Je suis très déçue de cette décision du gouvernement, déclare Aliki Economides. Elle démontre de la négligence pour le patrimoine architectural de Montréal. »

***

Je vous entends me dire qu'on ne peut pas tout garder. Qu'il y a des éléments de notre patrimoine plus importants à conserver dans le giron public que d'autres.

Peut-être. Mais ce n'est pas ce que Québec fait. Ce n'est pas une vente à laquelle on se résigne pour garder autre chose. Ce n'est pas un choix difficile qui a été fait dans le cadre d'une intervention d'ensemble.

Non. C'est une véritable braderie à laquelle nous convie ce gouvernement, sans autre réflexion que financière. C'est une liquidation à laquelle procède la Société québécoise des infrastructures avec ce studio qui accueillait des artistes étrangers jusqu'à ce que le ministère de la Culture le juge soudainement excédentaire.

C'est une vente à la va-vite, bref, à laquelle sont soumis des édifices de grande importance.

Il y a eu la bibliothèque Saint-Sulpice (sauvée in extremis). Il y a le Studio Cormier. Et il y aura très bientôt l'Institut des sourdes-muettes (angle Saint-Denis et Cherrier).

Et après, ce sera ?

« Tout ça dénote un manque de culture, selon Dinu Bumbaru, d'Héritage Montréal. On n'est pas dans la gestion patrimoniale, mais dans la gestion administrative. Comme si on se débarrassait de surplus de classeurs à anneaux. »

Or une société qui brade sa mémoire est une société qui brade son âme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer