Le problème du taxi... c'est le taxi

Les chauffeurs de taxi montréalais ont manifesté contre... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Les chauffeurs de taxi montréalais ont manifesté contre le service d'autopartage Uber dans les rues du centre-ville, le 19 mai.

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Très étrange comme sentiment. Quand je prends le taxi à Montréal, je me sens... éconduit. Allez comprendre.

Ça devrait être l'inverse, évidemment. Surtout dans le contexte de la guerre contre Uber. Et pourtant, presque chaque fois que je monte avec un chauffeur, je sens que je le dérange. J'ai l'impression de ne pas être le client qu'il espérait.

Curieux. Je suis sagement assis derrière. Je ne dis rien de la malpropreté de sa voiture ou de sa conduite saccadée. Je ne me plains même pas du fait qu'il hurle dans son cellulaire tout le long du trajet.

Et pourtant, j'ai droit aux soupirs du chauffeur quand je nomme ma destination (jamais assez loin), quand j'ose interrompre sa discussion téléphonique (même pour préciser le chemin), quand je sors ma carte de crédit (même si les logos de Visa et MasterCard se trouvent sur son lanternon).

C'était vrai avant Uber. Et c'est encore vrai aujourd'hui. Comme si, aux yeux des chauffeurs, c'était la clientèle qui était au service du taxi.

***

Il y a quelque chose de pourri au royaume du taxi. Et j'espère qu'il en sera question mercredi à Montréal.

Le ministre Robert Poëti a convoqué les représentants de cette industrie à une rencontre au sommet. Une initiative intéressante qui permettra d'aborder plusieurs enjeux, si on se fie au cahier de participation. On est censé parler tarification, formation des chauffeurs, consommation des voitures.

Mais pour les représentants de l'industrie, clairement, le véritable sujet de la rencontre, ce sera UberX. La réponse à donner à cette concurrence 2.0. L'échec des mesures visant à contrer ce service illégal. Et l'idée, qu'ils proposeront, de révoquer les permis des chauffeurs d'UberX pour donner un coup fatal à ce mauvais garçon.

Or le vrai problème du taxi, ce n'est pas Uber, c'est le taxi. Son incapacité à évoluer. Son allergie à l'innovation. Son encadrement digne d'une autre époque. Et, bien sûr, son service exécrable.

Et ça, l'industrie ne veut pas le voir. Elle préfère tirer à boulets rouges chaque fois que se pointe un nouveau service de transport urbain, plutôt que d'oser la remise en question.

Hier, c'était Communauto, Car2Go, Auto-mobile, la navette 747, le BIXI.

Aujourd'hui, c'est Uber.

Et demain, ce sera Lyft, SideCar, Haxi, Summon ou peut-être même Ford, qui teste actuellement son propre service d'autopartage commercial aux États-Unis. Imaginez: on peut financer l'achat de sa nouvelle voiture en la prêtant à d'autres conducteurs, sur une base horaire, par l'entremise d'une application.

Se battre contre Uber, dans ce contexte, c'est une fuite en avant. C'est garder les yeux fermés. C'est refuser le changement pendant que le monde change tout autour.

***

N'en déplaise à l'industrie, le lien entre Car2Go, BIXI, Uber et les autres, ce n'est pas qu'ils viennent gruger des parts de marché au taxi. C'est plutôt qu'ils permettent aux urbains de s'affranchir de leur propre voiture.

Et que devient un affranchi de la voiture ? Un fidèle client du taxi. Bien plus, en tout cas, que celui qui se déplace en auto tous les jours, qui n'a aucun besoin de se faire conduire (ni éconduire).

L'industrie du taxi a donc tout à gagner de cette multiplication des solutions de rechange à l'auto. Ce qui n'est pas négligeable dans un contexte où l'attrait de la voiture semble tranquillement décliner dans les quartiers centraux, en particulier chez les plus jeunes.

Le taxi est établi, et en ce sens, très bien placé pour profiter de cette tendance urbaine... à condition, par contre, qu'il cesse de perdre son temps à se chercher des ennemis. Qu'il accepte de se remettre en question. Qu'il s'interroge sur la popularité fulgurante d'un concurrent aussi jeune qu'Uber. Qu'il profite de la journée de demain pour analyser son service lamentable.

Et à condition, surtout, qu'il se demande comment il peut mieux servir sa clientèle... plutôt que l'inverse.

Une cinquantaine de villes américaines ont trouvé une façon d'intégrer l'autopartage commercial à leur réglementation... sans tuer l'industrie du taxi. C'est aussi ce que veut faire Toronto... maintenant qu'il a perdu devant les tribunaux face à Uber.

Pourquoi le Québec ne moderniserait-il pas lui aussi ses lois en réglementant l'autopartage commercial, à sa façon, selon ses exigences, en encadrant l'inspection des véhicules, la formation en sécurité, le contrôle de la qualité, le niveau des assurances, la protection des travailleurs, et même le niveau d'imposition des nébuleuses du type Uber ?

Quitte à ce qu'Uber et ses camarades aillent voir ailleurs si cette législation ne fait pas leur bonheur...

C'est vrai que cette start-up de la Silicon Valley débarque comme un chien dans un jeu de quilles. Qu'elle bouscule. Qu'elle a une attitude détestable. Mais ce n'est pas pour Uber qu'il faut moderniser la législation, plutôt pour cette nouvelle économie du partage, à laquelle on n'échappera pas. Que les chauffeurs de taxi le veuillent ou non.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer