Vendre sa salade

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La présence du maire Coderre dans une publicité de St-Hubert vous a fait sourciller ? Un maire qui vend sa salade, pas de problème. Mais un maire qui vend de la salade, ça passe moins bien...

Pourtant, « Kid Coderre » a toujours raffolé des « kodaks », bien avant qu'il prenne la tête de la Ville. Il a toujours été un « showman ». La surprise aurait été qu'il ne soit pas un « showmaire », non ?

Le maire profite de sa notoriété pour se faire voir... et le maire se fait voir pour qu'en profite sa notoriété. Un classique... dont il a repoussé les frontières, disons.

Émission hebdomadaire à LCN. Irruption-surprise sur les planches du Théâtre St-Denis. Talk-show de fin de soirée à V et Radio-Canada. Présence à L'antichambre. Appels spontanés au micro de Ron Fournier. Séances de photos avec Hulk Hogan, Al Pacino, les Storm Troopers. Et maintenant cette pub caritative de St-Hubert...

C'est de bonne guerre pour un élu de proximité, non ? Tant que le showmaire assure comme maire, évidemment.

***

« On dirait qu'avec monsieur le maire, c'est toujours la même salade ! » Faux, rétorque Denis Coderre dans un décor fictif de conseil municipal. « Chaque fois que je vais chez St-Hubert, j'en essaie une nouvelle... »

Inoffensif. Sans conséquence, sans connotation politique. Elle ne me dérange donc pas, cette pub... mais tant qu'à parler de cette pub, puis-je vous avouer que le concept publicitaire qui est derrière, lui, me fait sourciller ?

Vous connaissez déjà cette campagne qui roule depuis cinq ans : la rôtisserie demande à des vedettes de participer à une publicité et de verser l'entièreté de leur cachet à une cause de leur choix.

Denise Bombardier, Michel Therrien, Denise Filiatrault et d'autres personnalités ont accepté de jouer le jeu. Le clin d'oeil est sympathique. Les images de Ricardo Trogi sont bien léchées. Les pubs sont bonnes et redoutablement efficaces.

Mais elles me chicotent quand même, car elles ont quelque chose d'insidieux. Pensez-y. St-Hubert prend le mérite d'un bon geste... sans en faire un elle-même. Elle profite de la visibilité des services d'une personnalité connue... sans la rémunérer. Elle tire parti d'une pub caritative... sans donner elle-même à une organisation caritative.

Bref, elle demande à quelqu'un d'autre de verser de l'argent en son nom. Pour vendre sa salade.

***

Rien d'immoral, on s'entend, rien de choquant même. Mais si quelque chose retrousse dans cette campagne publicitaire, comme plusieurs l'affirment depuis quelques jours, ce n'est pas la participation du maire Coderre. Ni celle du maire Labeaume avant lui.

Oui, une pub commerciale, c'est limite sur le plan éthique, plus que la campagne d'Héma-Québec, disons.

Mais la frontière de l'inacceptable n'est pas réellement franchie, soyons honnêtes. Le conflit d'intérêts potentiel est à peu près nul, l'entreprise n'est pas un fournisseur des villes, et il n'y a pas de moqueries de l'institution démocratique.

Comme les autres artistes invités, les deux politiciens profitent personnellement de cette visibilité, bien sûr. Mais en échange, ils font un geste louable - M. Coderre en offrant son cachet à La rue des femmes, M. Labeaume en le versant à Opération Enfant Soleil.

Et St-Hubert ? Elle a eu l'idée de la pub, elle paye les concepteurs, le réalisateur, les techniciens. Mais rien de plus (il existe bien une fondation, mais rien à voir avec cette campagne). La générosité de l'entreprise, m'a expliqué un porte-parole, c'est d'inviter des artistes à l'être. Ce qui est mis de l'avant, c'est donc la générosité de ces mêmes artistes, pas de St-Hubert. Je veux bien, mais lorsqu'une entreprise se la joue charitable, il me semble qu'elle doit en faire plus que d'inviter des gens à faire preuve de charité. Elle doit aussi en faire plus que de payer le simple coût d'une pub. La campagne caritative est certainement mieux qu'une banale campagne corporative, mais encore faut-il que cette corporation assume la charité jusqu'au bout pour s'en réclamer, non?

Pourquoi St-Hubert se contente-t-elle des frais d'une pub qu'elle aurait faite de toute façon ? Pourquoi ne verse-t-elle pas elle aussi une somme à la cause choisie par l'artiste ?

Ce serait mieux que de se présenter sous un jour généreux... en profitant de la générosité des autres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer