Je BIXI. Vous BIXI?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le BIXI a eu droit à un véritable love-in pour son inauguration, mercredi à la place Vauquelin. Dumas, Infoman, Bobby Bazini, Radio Radio et plusieurs autres personnalités lanceront la nouvelle saison. Une saison qui signale le début de la fin des déboires pour le BIXI. Mais les Montréalais en tomberont-ils à nouveau amoureux ?

«Je BIXI.»

On n'a rien trouvé de mieux comme slogan pour promouvoir le vélo en libre-service en cette année de relance que «Je BIXI»... Misère.

Ce slogan utilisé sur les réseaux sociaux «incarne l'action de rouler», m'a-t-on expliqué. Comme si le problème était son manque de clarté. Le problème - et c'est incroyable qu'il faille le préciser - c'est qu'il «incarne» plutôt la récupération cheap d'un bon slogan qui a servi à solidariser des millions de personnes après les attentats contre Charlie Hebdo!

Un très mauvais choix pour exprimer une intention qui, elle, est très bonne: celle d'insuffler une fierté retrouvée, un nouveau sentiment d'appropriation pour un service public qui a été plombé avec le temps. Et pas qu'un peu.

Si 2014 était la saison du «ça passe ou ça casse», l'année 2015, qu'on inaugure ce matin, est celle du «on regarde en avant». C'est l'année où on cesse de s'autoflageller. L'année où on se rappelle les mérites oubliés du BIXI.

Surtout, 2015 est l'année où on peut enfin développer le service en sachant qu'il y aura d'autres années, justement.

***

En confirmant la réussite de l'«opération de sauvetage», l'an dernier, le maire Coderre a fait tout un cadeau aux gestionnaires de BIXI: celui de la stabilité. Pour au moins cinq ans, autant dire une éternité dans le contexte que l'on sait.

Ça faisait trois longues années qu'on gérait à la petite semaine, sans savoir s'il y aurait un lendemain. Cette année, rien de tout ça. On voit venir. On pense développement plutôt que survie.

À court terme, par exemple, on diversifie la grille de tarifs (des allers simples moins chers qu'un billet de bus). On offre des prix de groupe. On cible les usagers potentiels les plus susceptibles de s'abonner (6-24 ans, 25-34 ans et adultes aux horaires flexibles).

En parallèle, on mise sur un task force qui travaille depuis quelques semaines à un rapprochement avec la STM en vue d'une tarification unique, d'un titre de transport intégré et d'initiatives conjointes pour développer les revenus commerciaux.

Dans les bureaux de BIXI, on réfléchit à des mesures pour accroître l'attrait du service. On envisage l'implantation de «crédits de redistribution» qui permettraient aux usagers de multiplier les rabais en rapportant les vélos où ils se font rares, histoire de réduire les énormes coûts de la redistribution par camions.

On pense aussi à un service tarifé de réservation qui permettrait, à l'aide d'un téléphone cellulaire, de bloquer un vélo le temps d'aller le chercher (pour ne pas tomber sur une station vide). On pense à des «vélo-valets», ces employés qui empilent les BIXI aux stations les plus populaires, comme ça se faisait l'an dernier au square Victoria (afin de ne pas tomber sur une station pleine).

Bref, on tente de ressusciter le lien affectif des Montréalais avec BIXI... pas juste avec un horrible slogan.

Ce n'est pas gagné, je le sais bien. On en est venu, collectivement, à donner une telle importance aux failles et aux déboires de BIXI qu'on ne voit plus que ça.

On est devenu tellement négatif, en fait, qu'on transforme même les mérites du service en défauts! Dans Le Devoir, lundi, on se désolait de la robustesse des BIXI (!) en citant en exemple le cas d'une ville chinoise (!) qui se fait plus démocratique (!) en misant sur des vélos bas de gamme (!). Faut le faire.

Oui, BIXI a été un trou financier. Oui, il a été miné par de graves problèmes administratifs. Oui, il a été lancé tout croche, géré tout croche, exploité tout croche.

Mais tant qu'à relancer le service sur de nouvelles bases, avec une nouvelle équipe, avec des subsides publics, on pourrait peut-être en revenir des malheurs passés?

BIXI, c'est un service de vélos en libre-service financé en partie par le public... comme dans presque toutes les villes du monde.

C'est un service dont les revenus provenant des usagers s'approchent des chiffres de la STM... pour un coût par déplacement moindre.

C'est un service qui complète le réseau de transports en commun pour moins de 3 millions par année... soit 0,7% de la contribution annuelle à la STM.

C'est un service qui augmente la part de déplacements faits à vélo... au moment où la société tente d'accroître l'activité physique.

C'est un service qui grignote légèrement des parts de marché aux transports en commun à l'heure de pointe... là où justement il ne peut accueillir un usager de plus.

Bref, BIXI a connu des revers, mais il faut se rappeler qu'il n'est pas que la somme de ses infortunes.

BIXI en chiffres

460
stations
9630
bollards
5200
vélos
19
véhicules
20
remorques

En 2014, il y a eu...

335 000
membres
69 000
occasionnels
2,8
millions de déplacements

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer