Surplus de 1 milliard à Québec

Les compressions du gouvernement Couillard sont dures et contestées, mais elles donnent les résultats espérés sur le plan financier.

Au cours des cinq premiers mois de l'exercice, vient-on d'apprendre, le gouvernement du Québec a dégagé un surplus de près de 1 milliard de dollars. Cette information est tirée du plus récent rapport mensuel des opérations financières, publié vendredi.

Le surplus tel que défini par la Loi sur l'équilibre budgétaire est plus précisément de 944 millions. Jamais le gouvernement n'a-t-il dégagé un tel surplus après cinq mois depuis que des données mensuelles ont commencé à être publiées, il y a neuf ans.

Ce surplus est principalement attribuable à une gestion très serrée des dépenses. Entre avril et août, les dépenses ont même reculé de 0,1% par rapport à l'an dernier, alors que le budget prévoit plutôt une hausse annuelle de 1,2%.

Cette baisse de 0,1% s'explique de deux façons. D'abord, les dépenses de programmes ont crû de seulement 0,3% par rapport à l'an dernier. À cela s'ajoute une baisse du paiement des intérêts sur la dette (service de la dette) de 3,3%, grâce à des taux d'intérêt plus faibles que prévu. Ces deux grands postes de dépenses (programmes et dette) cumulés donnent une baisse nette de 0,1%.

De façon plus détaillée, le rapport indique que les dépenses de quatre des cinq missions de l'État ont reculé au cours des cinq premiers mois de l'exercice. Les dépenses de la mission Éducation et culture a reculé de 0,4%, celles de l'Économie et environnement, de 2,9%, celles du Soutien aux personnes et aux familles, de 2,4%, et celles de Gouverne et justice, de 5,5%. Seul le secteur Santé et services sociaux a été relativement épargné (+ 2,4%).

Certains s'attendaient à ce que les mesures d'austérité du gouvernement libéral minent l'économie et éloignent du même coup le gouvernement de son objectif de déficit zéro. En ce sens, le surplus est une nouvelle réjouissante.

Les manifestants dans les rues jugeront toutefois que le gouvernement a été trop sévère dans ses compressions. Ce surplus de 1 milliard lui donne maintenant les moyens de majorer les hausses salariales ou d'améliorer les services publics, pourraient-ils dire.

Entre autres arguments, ils pourraient ajouter le fait qu'en réalité, le surplus est encore plus important que ce milliard de dollars, puisqu'il est calculé après le versement au Fonds des générations. Sans ce versement destiné ultimement à réduire la dette, lequel est de 548 millions après cinq mois, le surplus serait de 1,5 milliard, soit bien davantage que la cible de déficit zéro pour l'année complète.

Les partisans de la rigueur rétorqueront que ces versements au Fonds des générations sont exigés par la Loi sur l'équilibre budgétaire, dont les trois partis à l'Assemblée nationale ont appuyé le principe en 2006. Y déroger pourrait avoir un impact sur notre note de crédit et, conséquemment, sur le taux d'intérêt de nos emprunts.

Autre argument des lucides: les variations mensuelles des soldes budgétaires sont très importantes. Ainsi, le surplus du seul mois d'août (1,2 milliard) avant versement au Fonds des générations explique l'essentiel du surplus des cinq mois (1,5 milliard). Autrement dit, il reste plusieurs mois avant la fin de l'exercice, et vaut mieux ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

Enfin, les nouvelles ne sont pas aussi réjouissantes du côté des revenus, compte tenu du ralentissement mondial de la croissance économique. Au cours des cinq premiers mois de l'exercice, la croissance des revenus autonomes du gouvernement a certes été de 4,5%, mais la cible annuelle est de 5,1%.

À cet égard, ce sont les impôts des particuliers (+ 2,8%) et les cotisations des entreprises au Fonds des services de santé (+ 0,3%) qui ont été plus ternes que prévu. Par contre, les recettes de taxes à la consommation continuent de surprendre (+ 6,6%), comme l'impôt des sociétés (+ 33,3%). Dans ce dernier cas, soulignons-le, il y a un certain rattrapage technique.

Quoi qu'il en soit, la cible de déficit zéro est en bonne voie d'être atteinte, ce qui serait une première depuis 2008, il y a sept ans. Les Québécois en sauront plus au moment de la mise à jour budgétaire, que Carlos Leitao prévoit pour la fin de novembre, soit probablement à la fin de la semaine prochaine.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer