Qui peut contrôler Gaétan Barrette ?

« M. Barrette devrait être contrôlé », affirme notre chroniqueur.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

« M. Barrette devrait être contrôlé », affirme notre chroniqueur.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Philippe Couillard a voulu instaurer une forme de gestion rationnelle, trop froide au goût de certains, et privilégier une retenue que l'on retrouve dans le ton posé du premier ministre lui-même et de ses principaux collaborateurs, comme Martin Coiteux, Carlos Leitao, Dominique Anglade ou Hélène David.

Au milieu de tout cela, un ministre agressif, intempestif, démagogue, le ministre de la Santé Gaétan Barrette, dont le style et les méthodes sont aux antipodes des principes de gouvernance que dit privilégier le gouvernement -  la transparence, le respect, la collaboration, les décisions reposant sur des faits probants.

Les méthodes de M. Barrette ont eu un certain succès auprès de l'opinion publique, parce qu'on peut comprendre que, pour venir à bout de la lourdeur et de l'inertie du réseau de la santé, il faut brasser la cage, et aussi parce qu'il est facile de marquer des points en tapant sur la tête de professionnels de la santé très bien payés.

Mais plus ça avance, plus la méthode Barrette suscite un malaise, dans le milieu de la santé et ailleurs, qui ne s'explique pas seulement par les réactions défensives de corporatismes épris du statu quo. Brasser la cage, c'est bien beau, mais aucune réforme du système n'aboutira si les artisans du monde de la santé ne suivent pas.

C'est ce qui nous menace : le risque que, d'un coup de gueule à l'autre, avec des réformes qui se bousculent sans être bien ficelées, le ministre foute tellement le bordel que le système de santé se retrouve encore plus mal en point. Les échos se multiplient pour montrer que c'est actuellement le chaos :  une centralisation extrême qui mène à la paralysie, beaucoup d'improvisation sur le terrain, des directives qui vont dans tous les sens, un régime de terreur où tout le monde a peur.

Ce qui ne va pas avec M. Barrette, c'est d'abord son approche : celle de l'affrontement. Il n'y a à peu près pas un dossier où le ministre de la Santé n'est pas en chicane avec quelqu'un. D'abord les médecins, ensuite les gestionnaires au coeur d'une réforme sans précédent, plus tard les pharmaciens qui ne comprennent toujours pas pourquoi le ministre ne respecte pas une entente qu'il a signée, et maintenant les infirmières, blessées par son opposition méprisante à la clinique SABSA. Cette semaine encore, pourquoi n'avait-il pas discuté avec les omnipraticiens des modalités des supercliniques dont ils seront les principaux acteurs, au lieu de faire une annonce sans consultation ? Une autre chicane qui aurait facilement pu être évitée.

Cette culture de l'affrontement provient d'une façon de concevoir le pouvoir où tout se ramène au jeu de la négociation, avec l'arsenal des méthodes propres à ce genre de rapports. Pour M. Barrette, tout devient une game dans laquelle il se délecte, avec ses demi-vérités, ses coups d'éclat, ses manoeuvres d'intimidation, ses deals sous la table et parfois carrément le mensonge, comme avec les pharmaciens. Il existe d'autres modes de gouvernance, d'autres façons d'exercer du leadership, moins primaires et moins débilitantes, surtout pour quelqu'un qui exerce des responsabilités ministérielles.

Il y a un coût à tout ramener à un jeu de négociations. Les faits et la rationalité prennent le bord. Dans tous les grands dossiers qu'a pilotés M. Barrette, on note l'absence de données, d'études, de chiffres qui pourraient asseoir le débat et mener aux décisions.

Pas d'information complète et éclairante sur la charge de travail des médecins, aucune étude sur la rémunération et la santé financière des pharmacies, aucune comparaison sérieuse des revenus des médecins avec ceux des autres provinces. Dans certains cas, le ministre a peut-être ses chiffres, mais il les cache dans sa manche pour marquer des points, pour jouer sa game. Et pour être bien certain qu'on s'éloigne encore plus du « evidence-based policy », il a mis fin à l'existence de deux organismes capables de produire des études indépendantes.

À cela s'ajoutent deux éléments aggravants. D'abord, le conflit d'intérêts permanent. Dès son arrivée en politique, on se demandait comment Gaétan Barrette réussirait à gérer tout un système après avoir défendu avec vigueur le bien-être des médecins spécialistes. La réponse ? Il n'y est pas parvenu. Il y a une corrélation parfaite entre le degré d'animosité du ministre envers certains secteurs du monde de la santé et les préjugés qu'il manifestait comme président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Ensuite, la vulgarité de son style et de son ton, à commencer par sa sortie grossière contre celle qui lui fait face à l'Assemblée nationale, Diane Lamarre.

M. Barrette devrait être contrôlé. Philippe Couillard est en principe bien placé pour le faire : c'est le chef du gouvernement et, de surcroît, il a été le meilleur ministre de la Santé que nous avons eu depuis très longtemps. Mais en est-il capable ?

«Il existe d'autres modes de gouvernance, d'autres façons d'exercer du leadership, moins primaires et moins débilitantes, surtout pour quelqu'un qui exerce des responsabilités ministérielles.»


Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer