Le grand mensonge

Le premier ministre refuse d'admettre que la donne... (Photo Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Le premier ministre refuse d'admettre que la donne a changé et poursuit sa campagne avec des données financières qui ne peuvent pas être exactes.

Photo Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

On peut déjà prévoir que, quelques mois après le scrutin d'octobre prochain, les gens se mettront à dire : « On n'a pas voté pour ça ».

Peu importe qui l'emportera dans cette lutte à trois dont on ne peut pas prévoir l'issue, les décisions que devra prendre le prochain gouvernement ne ressembleront pas à ce que leur chef disait en campagne électorale.

Pourquoi ? Les chiffres avec lesquels devra travailler le prochain gouvernement ne sont pas les mêmes que ceux avec lesquels les partis politiques ont fait leur campagne électorale, parce que les cadres financiers des trois partis sont inexacts et incomplets.

On a pu voir à quel point les finances publiques et l'idée de l'équilibre budgétaire ont pris une grande place depuis le début de cette campagne. En principe, on pourrait y voir un progrès, un signe que le monde politique valorise la rigueur et la responsabilité financière. Mais on assiste plutôt à une sorte de théâtre comptable, où les débats budgétaires reposent sur un grand mensonge. Ou plutôt sur trois grands mensonges.

Stephen Harper fait de l'équilibre budgétaire le pilier de sa politique économique. Il promet d'éliminer le déficit cette année. Mais le budget d'avril dernier reposait sur des hypothèses qui ne tiennent plus la route, parce que la croissance économique est beaucoup plus faible que prévu, 1,0 % au lieu de 1,9 %, assez pour creuser un trou de 3,5 milliards. Mais le premier ministre refuse d'admettre que la donne a changé et poursuit sa campagne avec des données financières qui ne peuvent pas être exactes.

Thomas Mulcair, de son côté, s'est senti obligé de promettre un surplus budgétaire pour démontrer son sérieux. Mais le cadre budgétaire néo-démocrate qu'il a présenté la semaine dernière repose sur les mêmes hypothèses que le budget conservateur que l'on sait fausses, ce qui est absolument indéfendable. Le chef libéral, Justin Trudeau, s'en tire un peu mieux pour l'instant parce qu'il n'a pas présenté de cadre financier, mais il ne pourra pas rester longtemps dans le flou.

Qu'est-ce que ça donne ? On peut déjà écrire le scénario à l'avance.

Si les libéraux ou les néo-démocrates l'emportent, on aura inévitablement droit aux manifestations de stupeur du nouveau gouvernement quand il « ouvrira les livres » et découvrira l'état lamentable des finances publiques.

Ce qui compromettra, bien entendu, sa capacité de respecter ses engagements. Si les conservateurs gardent le pouvoir, on aura sans doute droit à une mise à jour financière dont ils ne disent mot maintenant, qui tiendra compte de la nouvelle réalité économique et qui contiendra des mesures pour maintenir l'équilibre budgétaire qu'ils se sont bien gardés d'évoquer.

C'est ce qu'on a connu au Québec le printemps dernier. Le budget du gouvernement péquiste était mensonger, et cachait les mesures d'austérité que prévoyait déjà le gouvernement sortant. Les libéraux ont fait reposer leurs promesses sur ces données budgétaires péquistes quand ils ne pouvaient pas ne pas savoir qu'elles étaient fausses. Résultat, un régime d'austérité qui n'a aucune commune mesure avec les engagements de la campagne électorale.

Il y a pourtant une façon d'éviter ce scénario, qui se répète élection après élection. Elle a déjà été évoquée au niveau québécois. Les budgets des gouvernements, surtout à la veille d'une campagne électorale, sont trop politiques pour vraiment donner l'heure juste. Il faudrait donc pouvoir compter sur des données budgétaires vérifiées, neutres et non partisanes, qui décriraient avec plus de justesse l'état réel des finances publiques et qui serviraient de base de référence à tous les partis. De telles données pourraient être produites, au fédéral, par le directeur parlementaire du budget.

Si on avait eu droit, cette année, à de vraies données budgétaires, la démocratie aurait fait des progrès, parce qu'on aurait éliminé un des facteurs qui minent la confiance des citoyens et qui nourrit leur cynisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer