L'État trop bienveillant

« L'industrie du taxi jouit d'un monopole sur... (Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil)

Agrandir

« L'industrie du taxi jouit d'un monopole sur le transport individuel commercial qui repose sur un système de gestion de l'offre », rappelle notre chroniqueur, un marché qu'UberX veut conquérir.

Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Le Québec se décrit comme une société moderne, ouverte, innovante. Mais il ne faut pas gratter beaucoup pour découvrir que les réflexes, quand surviennent des innovations, sont plus proches du conservatisme rural que de la modernité.

On le voit à la façon dont le Québec réagit à la véritable révolution provoquée par l'essor de l'internet et des appareils intelligents et par leur impact sur la démocratisation de la consommation et de la culture du partage. Pensons à la réaction particulièrement musclée à l'arrivée d'UberX. Mais ce n'est pas le seul cas. Il y a vraiment un pattern.

Je vais d'abord parler d'un dossier beaucoup moins litigieux, la guerre des opticiens d'ordonnance contre la vente de lunettes en ligne, qu'une petite compagnie québécoise, BonLook, établie à Montréal, a contribué à déclencher. Cette entreprise propose un nouveau modèle d'affaires : elle réalise le design de montures « tendance », les fait fabriquer, fournit un outil d'essayage virtuel et vend en ligne des lunettes avec prescription qu'elle expédie par la poste.

Sa formule avait du succès aux États-Unis, mais pas ici, parce que c'était « illégal » au Québec. Même si BonLook exige du client une prescription en bonne et due forme, c'est illégal parce que la vente de lunettes est réservée aux optométristes et aux opticiens d'ordonnance. L'entreprise a contourné cet obstacle réglementaire en s'associant à un opticien. Mais techniquement, selon l'Ordre des optométristes et celui des opticiens d'ordonnance - deux ordres qui, soit dit en passant, passent le temps à se chicaner entre eux -, la pratique est illégale parce que l'expédition par la poste contrevient à la règle voulant que la remise d'une paire de lunettes soit faite en main propre par le professionnel. Oups, j'oubliais de dire que ces lunettes se vendent à 129 $, soit trois ou quatre fois moins cher qu'ailleurs.

C'est un cas clair où les règles, en principe au nom de la protection des consommateurs, servent surtout à protéger un métier, ce qui est typique de la culture corporatiste québécoise. L'Europe a libéralisé le commerce des lunettes, comme les États-Unis ou la Colombie-Britannique. Il est vrai que l'intervention de professionnels spécialisés lors de l'achat d'une paire de lunettes apporte une valeur ajoutée. Mais leur monopole sur la vente des lunettes a mené à des abus, notamment les prix les plus élevés en Amérique.

Ce devrait être au consommateur de décider s'il veut profiter ou non de leurs conseils professionnels.

C'est fondamentalement le même problème qui se pose avec UberX. L'industrie du taxi jouit d'un monopole sur le transport individuel commercial qui repose sur un système de gestion de l'offre, comme pour le lait ou le homard. C'est ce qui explique que les permis de taxis se vendent 195 000 $ sur Kijiji. Là aussi, le monopole a un effet pervers : un service médiocre. Si UberX a du succès, c'est parce qu'il propose quelque chose de mieux que le taxi traditionnel, en termes de prix, de service, d'interaction et de convivialité.

Et la réaction, très populiste, de la saisie d'automobiles d'UberX à Montréal vise à protéger le métier, plutôt que le consommateur. Il est vrai qu'il faut une transition et un encadrement, pour éviter la concurrence déloyale et atténuer le choc que subissent les chauffeurs de taxi. Mais le statu quo n'est pas une réponse à ce qui est un des éléments d'une révolution du transport urbain. Notons en passant qu'une révolution similaire a frappé le transport interurbain, avec des services de covoiturage comme Amigo.

Une bataille semblable s'annonce dans l'hébergement, avec le phénomène Airbnb. Le gouvernement du Québec veut être le premier au Canada à légiférer - quelle surprise ! - pour encadrer cette forme d'hébergement de partage. Pour protéger le consommateur ? Pas une seconde. Pour protéger l'industrie.

Soyons heureux que le Québec n'ait pas de juridiction sur les télécommunications. Les chances seraient fortes que notre État bienveillant aurait réussi à bloquer Netflix, Rdio ou Spotify.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer