Le Québec et les mythes miniers

La surface totale de toutes les exploitations minières... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

La surface totale de toutes les exploitations minières au Québec, en comptant les stationnements et les bureaux, n'est que de 90 km2, écrit notre chroniqueur.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Dans un sondage Léger publié la semaine dernière, on découvrait que l'initiative du gouvernement Couillard qui plaisait le moins, après la réforme de la santé, c'était le Plan Nord. À peine 30% des répondants en étaient satisfaits, quand l'initiative la plus controversée, le retour à l'équilibre budgétaire, recueillait 43% d'appuis.

Mettons que c'est raté pour le gouvernement libéral qui voulait mettre le paquet sur le Plan Nord, pour offrir quelque chose de plus enthousiasmant que les mesures de rigueur et pour parler de croissance économique.

Mais comment se fait-il qu'un projet qui parle d'emplois et de croissance, en principe la priorité des électeurs, n'ait pas suscité plus d'enthousiasme? En partie parce que c'est une mouture remaniée et rapetissée du projet du gouvernement Charest qui ne pouvait pas provoquer un effet «wow».

En partie aussi parce que tout ce qui touche au nord provoque chez les Québécois un énorme bâillement. J'ai écrit, il y a une semaine, sur l'indifférence des Québécois à l'égard des trois quarts de leur territoire. C'est une chronique pour laquelle le nombre de commentaires a été exceptionnellement bas, ce qui ne faisait que confirmer mon propos.

Il y a une autre raison, beaucoup plus fondamentale. Les Québécois n'aiment pas les mines, qui sont au coeur du Plan Nord. Cela suscite un malaise, peut-être parce que les Québécois ont du mal à accepter que, dans une société du savoir, ils aient encore à compter sur l'extraction minière pour assurer la croissance. Certainement aussi parce que les projets miniers comportent un coût environnemental. Ce ne sont ni des tomates en serre ni des jeux vidéo.

Mais la principale raison du malaise tient au fait que les Québécois ont la mémoire longue. Dans notre inconscient collectif, les mines incarnent l'exploitation et l'état de domination dont les Québécois ont longtemps été victimes.

Cette perception ne correspond pas à ce qu'est devenue l'industrie minière, très encadrée, sur le plan fiscal, sur le plan environnemental, avec les examens du BAPE et l'obligation qu'elles ont maintenant de créer des fonds pour nettoyer les sites à la fin de la période de production. Il n'y aura plus, par exemple, de nouveaux sites orphelins, cet héritage honteux du passé.

L'économie minière a aussi changé. L'image des entreprises minières qui partent avec le minerai est dépassée, parce que les retombées ne se mesurent pas en termes de transformation, mais en termes des secteurs d'activité très sophistiqués dont elle permet le développement, comme l'exploration, le génie, la géologie, les services financiers, les sous-traitants.

Les gens ne savent pas, par exemple, que la taille de l'industrie minière au Québec est modeste. Combien y a-t-il de mines dans la province? À peine 24. Dont trois de silice et une de sel. Et donc 20 vraies mines, quand l'Australie en compte 405. Le Québec, même si on parle de 17 nouveaux projets avec le Plan Nord, ne deviendra pas une économie minière.

Ils ne savent pas non plus que l'empreinte des mines est marginale. La surface totale de toutes les exploitations minières au Québec, en comptant les stationnements et les bureaux, n'est que de 90 km2, sept fois la superficie de l'aéroport Montréal-Trudeau, le quart de la superficie de l'île d'Orléans, un demi d'un dix-millième du territoire québécois. Bien sûr, la taille n'est pas tout: une centrale nucléaire qui fuit, même si elle est petite, peut faire des ravages. Mais l'image du Québec transformé en mine à ciel ouvert ne correspond pas à la réalité.

Je ne crois pas que ces éléments rendront pour autant les mines populaires. Elles resteront, au mieux, un mal nécessaire aux yeux des Québécois. Mais si le gouvernement Couillard veut que son Plan Nord ait un quelconque appui populaire, il devra travailler fort pour que la perception que nous avons des mines sorte du mythe et du folklore.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer