L'imprégnation...

Stéphane Bédard, chef intérimaire du Parti québécois, discute... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Stéphane Bédard, chef intérimaire du Parti québécois, discute avec le premier ministre, Philippe Couillard.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

« Il a été consultant auprès des Émirats à une certaine époque. Il semble très imprégné de ces valeurs, de cette réalité. »

Stéphane Bédard, le chef intérimaire du Parti québécois, un politicien qui recourt souvent aux attaques en bas de la ceinture, avait donné le ton jeudi dans une surenchère où des ténors péquistes ont établi à qui mieux mieux des liens entre le passage du premier ministre Couillard en Arabie Saoudite il y a 25 ans et ses positions actuelles dans le dossier des accommodements religieux.

Le timing de cette sortie inélégante était assez grossier. M. Bédard demandait à Philippe Couillard « de ne pas importer » ces valeurs saoudiennes au Québec au moment où le monde entier dénonce la condamnation à 1000 coups de fouet de Raif Badawi. Voulait-il dire par là qu'il craignait que le gouvernement Couillard s'inspire de la charia ? Ou encore qu'il introduise les châtiments corporels pour punir ceux qui s'opposent à l'austérité ?

« Je ne sais pas, y a-t-il des affaires pas réglées avec l'Arabie saoudite ? Justement à cause de son passé en Arabie Saoudite, il devrait très bien comprendre pourquoi ça prend une société où les femmes sont égales des hommes. »

Bernard Drainville, candidat à la direction du Parti québécois, en a remis. Celui qui a fait du simplisme populiste sa marque de commerce voulait-il dire par là que le Québec, dirigé par M. Couillard, ne reconnaissait pas l'égalité entre les sexes ?

« Y a peut-être trop de tolérance de la part du premier ministre en ce qui a trait à la violation qui sont faites aux droits de la femme, du moins, son expérience personnelle l'incite peut-être à avoir une compréhension qui n'est pas juste de la situation. »

C'est ce que demandait un autre candidat, Alexandre Cloutier, pour ne pas être en reste. Voulait-il dire par là que cette incompréhension menait le premier ministre à tolérer l'interdiction de la conduite automobile aux femmes, ou l'imposition du voile intégral ?

Notons qu'avec ces interrogations, les ténors péquistes, en évoquant de diverses façons la menace d'une imprégnation saoudienne et de l'intrusion des valeurs intégristes, recourent très exactement au procédé qui a fait brièvement du village d'Hérouxville l'épicentre de la bêtise humaine.

Cela montre à quel point le Parti québécois, sans direction et sans boussole, happé par la surenchère d'une lutte au leadership, a perdu ses repères et s'éloigne à la vitesse grand V de l'intelligence qui a longtemps été sa marque de commerce.

Notons qu'heureusement ni Pierre-Karl Péladeau ni Jean-François Lisée (qui s'est depuis retiré de la course à la direction du PQ) ne sont tombés dans ce panneau.

Il est vrai que M. Couillard hésite et tarde à agir dans le dossier des accommodements et de la charte. À voir ces dérapages de jeudi, on peut comprendre pourquoi. Il serait très imprudent de la part du gouvernement libéral d'ouvrir ce dossier tant que le PQ n'a pas choisi un chef et ne s'est pas stabilisé.

Notons aussi qu'avec ces sorties, au moment où les débats suscités par les attentats de Paris font encore rage, on tombe avec enthousiasme dans le panneau de l'amalgame que tous les gens sensés craignaient. Amalgame entre une kippa juive ou un simple voile et l'intégrisme musulman, amalgame entre l'intégrisme et les dérives terroristes. Au-delà des grands principes d'égalité que l'on veut défendre par un symbole, on cherche en quoi le congédiement d'une enseignante du primaire convaincrait d'une quelconque façon un jeune illuminé barbu de ne pas rejoindre le djihad.

La laïcité, comme rempart et comme outil pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontés tous les pays, n'a été mise en pratique que par une seule société avancée, la France. Aucun autre pays, absolument aucun, n'a fait de la laïcité un principe fondamental. Le Québec, à cet égard, manifeste une forme de francophilie mal placée quand on sait qu'à cet égard, la France n'a certainement pas la recette du succès.

Cela montre à quel point le Parti québécois, sans direction et sans boussole, happé par la surenchère d'une lutte au leadership, a perdu ses repères et s'éloigne à la vitesse grand V de l'intelligence qui a longtemps été sa marque de commerce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer