Le malheur des uns...

Un événement majeur comme la chute des prix... (PHOTO HASAN JAMALI, ARCHIVES PC/AP)

Agrandir

Un événement majeur comme la chute des prix du brut fait des perdants et des gagnants. Dans ce cas-ci, le Québec est dans le club des gagnants.

PHOTO HASAN JAMALI, ARCHIVES PC/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Depuis quelques jours, les nouvelles alarmistes se multiplient pour décrire les turbulences boursières qui s'expliquent, notamment à Toronto, par le plongeon des prix pétroliers.

Si on regarde les choses à travers la lorgnette boursière, on pourra donc avoir l'impression que les choses vont très mal, que la baisse du prix du pétrole est une véritable calamité. Mais il ne faut pas oublier que le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. Un événement majeur comme la chute des prix du brut, à leur niveau le plus bas depuis cinq ans, fait des perdants et des gagnants. Dans ce cas-ci, le Québec est dans le club des gagnants.

Il faut faire preuve d'une infinie prudence quand on réfléchit aux conséquences des mouvements des prix pétroliers. Je me souviens des prédictions de Jeff Rubin, ex-économiste en chef de CIBC Marchés mondiaux qui, dans deux livres très populaires, publiés en 2009 et 2012, annonçait la fin de la mondialisation à cause de l'explosion des prix du pétrole...

La baisse actuelle des prix repose en effet sur des bases fragiles, une espèce de guerre commerciale menée par les pays de l'OPEP, qui maintiennent leur niveau de production même si la demande n'est pas vigoureuse. Cela provoque une baisse des prix qu'ils peuvent supporter parce que leurs coûts de production sont bas. Mais ces prix bas font vraiment mal aux pays où les coûts sont élevés, comme le Canada. Comment ça va tourner ? Combien de temps ça va durer ? On ne le sait pas.

Cette baisse des prix affecte le Canada. La baisse des revenus pétroliers et de la production, le report de certains projets réduiront la croissance. Comme le disait la Banque du Canada dans son dernier communiqué, « le profil plus bas des prix du pétrole et de certains autres pays de base pèsera sur l'économie canadienne ».

Mais à plusieurs égards, il n'y a pas d'économie canadienne, mais plutôt plusieurs économies au sein du Canada et dont les trajectoires ne sont pas similaires. Depuis des années, la bonne tenue de l'économie canadienne s'expliquait surtout par le dynamisme des provinces productrices : les chiffres canadiens, assez bons, masquaient le fait que plusieurs régions trainaient de la patte. On assistera maintenant au phénomène inverse.

L'Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve seront affectées. Déjà, l'Alberta a corrigé à la baisse ses prévisions de surplus budgétaire de 1,1 milliard à 933 millions. Cela nous touchera indirectement, à travers la réduction des surplus fédéraux ou l'impact sur les entreprises québécoises liées à l'activité pétrolière.

Cependant, dans l'ensemble, le Québec, tout comme l'Ontario, sera gagnant. L'effet le plus visible, c'est le fait que le Québec paiera moins cher pour le pétrole qu'il importe, ce dont les consommateurs et les entreprises profiteront.

Mais la conséquence la plus importante est la baisse du taux de change de la devise canadienne. Le dollar a clôturé hier à 87,39US $. Il faut remonter à juillet 2009 pour retrouver un tel taux de change. Cette baisse du dollar s'explique essentiellement par celle du prix du pétrole, parce que les marchés voient le Canada comme une économie de ressources.

Le Québec a beaucoup souffert de la hausse de sa monnaie et de la parité avec le dollar américain provoquées par le boom pétrolier, qui ont durement affecté nos industries exportatrices. On assiste maintenant au retour du balancier. Ce dollar plus faible favorise les exportations au moment où l'économie américaine retrouve de la vigueur. Déjà, pour les huit premiers mois de l'année, les exportations internationales du Québec ont augmenté de 12,4 %. Et c'est cette vigueur du commerce extérieur qui permet de croire que le Québec retrouvera un certain dynamisme économique en 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer