| Commenter Commentaires (11)

Silences et demi-vérités

Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau.... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Alain Dubuc
La Presse

À la veille du déclenchement d'une campagne électorale, on ne pouvait pas s'attendre à un budget qui ne soit pas électoral. Mais il y a deux façons d'être électoraliste pour un ministre des Finances. Il peut essayer de plaire à l'électorat. Ou encore, il peut essayer de ne pas lui déplaire. C'est la deuxième voie qu'a choisie le ministre des Finances, Nicolas Marceau.

Son deuxième budget ne comporte pas de cadeaux. Il est vrai que les éléments qui peuvent séduire l'électorat se retrouvaient dans sa politique économique de l'automne, Priorité emploi, qui permet à la première ministre Pauline Marois de multiplier les annonces. Mais pour ce budget, il manifeste une retenue qu'il faut saluer.

Ce qui caractérise ce budget, c'est plutôt le désir d'éviter les mauvaises nouvelles. Tout l'exercice repose sur l'engagement du ministre de ramener le déficit de 2,5 milliards cette année à 1,75 milliard en 2014-2015 et à zéro en 2015-2016. Le rapport du Vérificateur général démontrait, mercredi, que cet objectif exigera un énorme effort de contrôle des dépenses.

Mais comment ? Tout est là. M. Marceau est absolument silencieux sur la question. Il parle d'« un budget qui contrôle les dépenses ». C'est faux. Il serait plus exact de dire que c'est un budget qui promet de contrôler les dépenses, sans dire comment. Sans ces informations, qui seraient impopulaires, son budget, sur le plan des finances publiques, est un exercice parfaitement inutile.

Ce désir de ne pas déplaire - et de ne pas donner l'heure juste - on le retrouve dans l'autre grand volet du discours du budget, l'état de l'économie. Dans ce cas, ce n'est pas par son silence que se distingue M. Marceau, mais plutôt par sa verbosité.

Les acrobaties verbales, comme je ne me souviens pas d'en avoir vu dans un budget, commencent dès la neuvième ligne du discours. « Je suis heureux de vous dire qu'il n'y a jamais eu autant de Québécois au travail dans toute notre histoire. » C'est loufoque, parce que l'emploi a tendance à augmenter d'année en année et à atteindre sans cesse de nouveaux sommets. Et c'est mensonger quand on voit la stagnation de l'emploi. Entre janvier 2013 et janvier 2014, le Québec a créé 10 000 emplois, tous à temps partiel, contre 53 800 en Ontario et 145 900 au Canada.

Une autre perle, toujours dans la première page du discours : « Les investissements des entreprises québécoises ont augmenté de 12,0 % en 2012 et de 1,7 % additionnel en 2013, ce qui a porté leur valeur à 35,4 milliards de dollars en 2012. L'année 2012 a été bonne, l'année 2013 a été encore meilleure. » L'affirmation est franchement honteuse parce que ces chiffres disent en fait que la croissance des investissements s'est littéralement effondrée en 2013.

Ce baratin jovialiste cherche à masquer le fait que l'économie a stagné et que sa croissance reste inférieure à celle du Canada, 1,9 % contre 2,3 %. Il cherche aussi à magnifier l'impact des interventions du gouvernement. Le ministre, pour vanter les effets de sa stratégie Priorité emploi, fait grand cas des 13,5 milliards d'investissements qui ont bénéficié de l'appui gouvernemental depuis septembre 2012, sur un ton qui nous replonge dans le folklore péquiste d'il y a 35 ans.

C'est en fait un terrible aveu d'échec. Pendant que les investissements privés stagnaient, ce sont les investissements subventionnés qui augmentaient. Je ne suis pas contre le rôle de l'État, mais ce dont on devrait se vanter, ce sont des investissements qui se font sans aide. Parce que la prospérité, ça ne s'achète pas, ça ne se fait pas seulement à bout de bras.

Pour terminer sur une note positive, le rapport du Groupe d'experts pour un financement axé sur les patients est très intéressant. J'y reviendrai.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer