• Accueil > 
  • Débats 
  • > Le président Pence contre le président Kaine ! 

Le président Pence contre le président Kaine !

Le candidat républicain à la vice-présidence Mike Pence... (PHOTOs MANDEL NGAN et SAUL LOEB, Agence France-Presse)

Agrandir

Le candidat républicain à la vice-présidence Mike Pence (à gauche) et le candidat démocrate à la vice-présidence Tim Kaine.

PHOTOs MANDEL NGAN et SAUL LOEB, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Philippe David

L'auteur est président de l'Observatoire sur les États-Unis et fondateur de la chaire Raoul-Dandurand à l'UQAM.

Contrairement à l'idée reçue que le débat des candidats à la vice-présidence des États-Unis est généralement ennuyeux et, surtout, peu conséquent, celui de ce soir revêt une importance toute particulière. Pas seulement en raison de l'allure rocambolesque de la campagne ou des positions tranchées et opposées des plateformes démocrate et républicaine.

Le débat de ce soir est crucial parce que l'un de ces deux candidats vice-présidentiels pourrait bien devenir en réalité président des États-Unis. On dit souvent que les vice-présidents sont à un battement de coeur de la présidence. Que la seule fonction utile d'un vice-président est d'être disponible en cas de maladie grave ou de décès du président. Or, cela s'avère plus exact que jamais en 2016.

S'il était élu, Donald Trump serait le président le plus âgé (70 ans et 7 mois) et Hillary Clinton, la deuxième - après Ronald Reagan - en âge (69 ans et 3 mois) de l'histoire à entrer en poste le 20 janvier prochain. Le choix du colistier pourrait donc s'avérer déterminant, car Kaine ou Pence pourrait bien succéder à Clinton ou à Trump en plein mandat, comme Lyndon Johnson le fit après l'assassinat de Kennedy ou Truman après la mort de Roosevelt.

Ce scénario n'aurait rien d'exceptionnel, bien que cela fasse plus de 50 ans qu'il ne s'est pas produit.

(Plus près de nous, on se souviendra que Gerald Ford a succédé à Richard Nixon, en 1974, mais dans des circonstances bien différentes.)

Par contre, advenant une telle éventualité, on peut se rassurer du fait que le candidat vice-présidentiel démocrate est de très grande valeur, autant que Clinton, et que son homologue républicain est certainement plus expérimenté et respectueux que Trump.

À l'inverse du débat entre Clinton et Trump, les deux politiciens aguerris débattront ce soir dans une atmosphère moins acrimonieuse et centrée surtout sur la substance des plateformes électorales. Sur ce point, on en apprendra certainement plus sur celles-ci qu'il y a 10 jours. En revanche, le spectacle sera sans doute terne, rien d'équivalent au match de boxe Clinton-Trump.

Issus de la même génération, Kaine et Pence illustrent parfaitement les versions libérale et conservatrice du débat politique américain (plus que Clinton et Trump). Leurs visions s'affronteront ce soir.

LE CATHOLIQUE ET LE CHRÉTIEN FONDAMENTALISTE

Le sénateur catholique Kaine de Virginie est un fervent défenseur du droit à l'avortement et du contrôle des armes (quoiqu'il en possède), parfaitement à l'aise en espagnol, en faveur du libre-échange, pro-immigration, partisan de l'idée de Sanders d'offrir une formation universitaire gratuite dans les universités d'État aux étudiants issus de familles peu fortunées, opposé personnellement à la peine de mort (quoiqu'il ait dû en approuver à titre de gouverneur), et favorable à une politique étrangère interventionniste et engagée (dans la foulée de Truman).

Le chrétien fondamentaliste Pence, gouverneur de l'Indiana, bien qu'ayant déjà été partisan d'une loi protégeant la liberté religieuse (qu'il a reniée depuis car discriminante), est un conservateur fiscal, favorable au port des armes et aux traités de libre-échange (du moins jusqu'à ce soir), opposé à l'expulsion des immigrés illégaux et à l'interdiction de l'entrée des musulmans sur le territoire américain. Dur à cuire sur les droits des homosexuels, il prône une politique étrangère digne d'un faucon (à la manière de Reagan) - contredisant ainsi presque en tous points les positions de Trump.

Les deux candidats ont en commun des qualités qui font d'eux potentiellement d'excellents présidents : Kaine et Pence possèdent de solides aptitudes à gouverner, sont consensuels et sont largement appréciés de leurs (anciens) collègues des deux partis.

Quatorze vice-présidents sont devenus présidents à la suite du décès ou de l'assassinat du président. Il faut garder en tête cette question lorsqu'on écoutera le débat de ce soir. Qui ferait un meilleur président : Kaine ou Pence ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer