30 %, le chiffre qui compte vraiment

Les candidats à la direction du Parti québécois... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les candidats à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier, Martine Ouellet, Paul St-Pierre Plamondon et Jean-François Lisée.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

« Si un référendum avait lieu aujourd'hui vous demandant si vous voulez que le Québec devienne un pays souverain, voteriez-vous Oui ou voteriez-vous Non ? »

À cette question du sondage CROP que publiait La Presse jeudi, 30 % des répondants ont choisi Oui. C'est ce chiffre qui compte. C'est lui qui explique le caractère parfois surréaliste du débat que se livrent les candidats à la direction du Parti québécois. C'est lui qui explique aussi le revirement des dernières semaines montrant que le favori, Alexandre Cloutier, est maintenant talonné par Jean-François Lisée.

On peut bien sûr bidouiller le chiffre, le faire passer à 33 % en tenant compte de ceux qui, après un demi-siècle de débats, sont toujours indécis, s'accrocher aux résultats qui, grâce aux marges d'erreur, seront plus favorables l'espace d'un mois. Mais la réalité est là : moins du tiers des Québécois veulent l'indépendance et la tendance, lourde, va plutôt vers le bas.

Ce chiffre, on n'en parle pas dans cette course à la direction marquée par le déni. Martine Ouellet a choisi de foncer comme si de rien n'était. Les deux candidats susceptibles de l'emporter, eux, se chicanent sur l'année où se tiendra un référendum bien sûr gagnant.

Alexandre Cloutier refuse cependant de révéler ses intentions sur la tenue ou non d'un référendum dans un premier mandat et ne prendrait sa décision qu'avant les élections générales, un silence sur un point majeur qui, dans un autre parti, serait inconcevable. Jean-François Lisée, plus clair, exclut la tenue de cette consultation dans un premier mandat, mais la promet formellement dans un second.

Mais dans les deux cas, on reste dans le non-dit, en liant le report de cette échéance non pas à l'impasse du projet, mais à l'absence d'appétit référendaire des Québécois. Personne n'évoque le fait que le refus d'un référendum, pour les 70 % des gens qui ne voteraient pas Oui, n'exprime pas une réticence à s'engager dans un débat déchirant, mais plutôt leur refus de l'indépendance.

Voilà pourquoi il n'est pas inutile d'insister sur ce chiffre. D'autant plus que rien ne permet de croire que les talents de persuasion du futur leader, son habileté politique ou les résultats éclairants d'études pourraient changer les choses.

Le Centre de recherche pour l'étude de la citoyenneté démocratique vient de publier une recherche, Is the Parti québécois Bound to Disappear ?, qui montre entre autres la désaffection de la génération Y, ceux qui sont nés entre 1980 et 1994, pour les thèmes qui sous-tendent la démarche péquiste. Un autre signe du lent déclin d'un parti dont les forces vives se dirigent tranquillement vers les CHLSD ou les columbariums.

C'est dans ce contexte que notre sondage CROP montre que le PQ, avec M. Lisée à sa tête, talonnerait le PLQ - 31 % contre 33 % -, tandis qu'avec M. Cloutier, l'écart serait beaucoup plus grand - 27 % contre 36 %. Ce succès potentiel s'explique essentiellement, à mon avis, parce qu'en excluant un référendum pour longtemps, M. Lisée est perçu comme le moins souverainiste des candidats.

Jean-François Lisée marque sans doute aussi des points avec l'insistance qu'il a mise sur les thèmes identitaires dans cette campagne. On doit se rappeler que c'est lui qui avait inspiré, avec ses thèses sur le « nous », le virage identitaire du gouvernement Marois et la charte des valeurs de triste mémoire. Une charte qu'il a défendue avec énergie, pour ensuite la renier. Il y revient maintenant en force en y ajoutant un élément nouveau, la vulgarité intellectuelle : réflexions sur l'interdiction du burkini, ensuite de la burqa, évocation grossière des AK-47 que ce vêtement pourrait cacher, allusion indécente à l'appui que l'islamiste radical Adil Charkaoui aurait donné à Alexandre Cloutier.

Ce qui est nouveau dans la démarche méandreuse du candidat Lisée, c'est que les thèmes identitaires ne cherchent plus à raviver la flamme souverainiste, mais plus prosaïquement à gagner des élections en attirant les nationalistes ethnocentriques qui votent pour la Coalition avenir Québec.

Mais trop de stratégie et de tactique, c'est comme pas assez. Avec cette manoeuvre, pour s'inspirer du néologisme de Jacques Parizeau, le PQ risquerait de « s'autopiègedehomardiser ». En visant un électorat plus rural, plus âgé, moins éduqué, qu'il devra quand même partager avec la CAQ, le PQ risquerait de perdre ceux qui sont attachés à ses traditions progressistes.

Et c'est d'ailleurs ce qui m'étonne le plus dans la crise que vit le PQ. Depuis sa fondation, ce parti repose sur deux pôles : la souveraineté, sa raison d'être, mais aussi son attachement à la social-démocratie. Il a échoué dans le premier cas, laissé un grand héritage dans le second. Mais il semble incapable de miser franchement sur ce qui reste sa grande force, la social-démocratie. C'est cette incapacité du PQ à faire ce virage difficile qui illustre le mieux la sclérose dont il souffre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer