• Accueil > 
  • Débats 
  • > Restauration rapide : où est l'entreprise citoyenne ? 

Restauration rapide : où est l'entreprise citoyenne ?

« Le fardeau économique de l'obésité s'élève annuellement à... (PHOTO MICHAEL NAGLE, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

« Le fardeau économique de l'obésité s'élève annuellement à près de 3 milliards de dollars au Québec », soutiennent les auteurs.

PHOTO MICHAEL NAGLE, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Collectif*

* Lilianne Bertrand, présidente de l'Association pour la santé publique du Québec, et 44 autres signataires.

La poursuite de Restaurants Canada contre la Ville de Montréal concernant un règlement pro-santé limitant l'implantation de nouveaux restaurants rapides dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges‒Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG) n'est pas surprenante, mais décevante.

À nos yeux, elle est : 

Inconcevable, car les intérêts économiques de l'industrie de la restauration rapide ne devraient pas l'emporter sur la santé des citoyens.

Incohérente, car les municipalités ont le pouvoir et la légitimité d'adopter tout règlement pour assurer le bien-être général de la population et pour bâtir des milieux de vie propices à la santé durable. Empêcher l'implantation de nouveaux restaurants rapides près des écoles fait partie d'une démarche pour améliorer l'offre alimentaire aux citoyens.

Incongrue, car elle mine les actions des municipalités pour favoriser la santé et contribuer à réduire la problématique de l'obésité et des maladies chroniques.

Insensible, car manger dans un restaurant rapide deux fois ou plus par semaine est associé à l'obésité.

La présence d'un restaurant rapide dans un rayon de 160 mètres d'une école est quant à elle associée à une hausse du taux d'obésité de 5,2 % chez les jeunes de cet établissement.

Près de 6 adultes sur 10 et le quart des enfants sont en surpoids ou obèses au Québec. Cette tendance doit être renversée dès le plus jeune âge. Toute action de prévention et de promotion de la santé permettra d'y contribuer et, ultimement, de diminuer l'important fardeau économique de l'obésité, qui s'élève annuellement à près de 3 milliards de dollars au Québec.

Abusive, car le règlement de CDN-NDG ne compromet aucunement les droits acquis des établissements de restauration rapide, déjà très nombreux. En plus, cela contrevient à l'esprit de la Politique-cadre pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif, « Pour un virage santé à l'école ». Les municipalités doivent continuer à exercer leurs pouvoirs dans toute leur légitimité (art. 113 de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme et art. 85 de la Loi sur les compétences municipales) pour assurer le bien-être général de leurs citoyens. La santé de la population doit toujours avoir préséance sur le droit de commerce.

Nous revendiquons individuellement et collectivement le droit à un environnement sain, sécuritaire et favorisant la santé durable.

* Lilianne Bertrand, présidente, Association pour la santé publique du Québec;Corinne Voyer, directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids;

Martin Juneau, MD FRCP cardiologue, direction de la prévention, Institut de Cardiologie de Montréal;

Sylvie Bernier;

Isabelle Huot, présidente-directrice générale, Kilo Solution;

Éric Lamothe, directeur général, Québec en forme;

Guy Desrosiers, chef de la direction, Capsana;

Denis Lapointe, président du Réseau québécois de Villes et Villages en santé et maire de Salaberry-de-Valleyfield;

Richard Massé, médecin spécialiste en santé communautaire, directeur régional de santé publique de Montréal;

Guy Laurion, vice-président, Fédération de la santé et des services sociaux - CSN;

Laure Waridel, auteure de L'Envers de l'assiette;

Caroline Dubeau, M.Sc., RD, directrice régionale - Québec, Diététistes du Canada;

Kevin Bilodeau, directeur adjoint aux relations gouvernementales, Fondation des maladies du coeur et de l'AVC;

Marc Lalonde, ex-Ministre de la santé et du bien-être social du Canada et auteur de Nouvelle perspective sur la santé des Canadiens;

Étienne Lalonde, directeur du développement, Fondation des Étoiles;

Pierre Fortin, professeur de sciences économiques, ESG UQAM;

Marc-André LeChasseur, professeur adjoint, Université McGill;

Isabelle Samson, MD, M.Sc., FRCPC, présidente de l'Association des spécialistes en médecine préventive du Québec;

Ginette Lafontaine, présidente, Réseau francophone international pour la promotion de la santé - section des Amériques;

Marie-Ève Beauregard, MD, M.Sc., médecin résident en santé publique et médecine préventive, Université de Montréal;

Catherine Dea, MD, FRCPC, M.Sc., médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, Direction de santé publique de Montréal, CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal;

Stéphanie Lanthier-Veilleux, MD, médecin résident en santé publique et médecine préventive, Université de Sherbrooke;

Catherine Lefebvre, nutritionniste et auteure de Sucre, vérités et conséquences;

Michel Alary, MD, professeur titulaire, Département de médecine sociale et préventive, Université Laval;

Yv Bonnier-Viger, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, directeur de santé publique de la Gaspésie et des Îles;

Martine Carrière, Dt.P., directrice, Les ateliers cinq épices;

James Chauvin, expert-conseil et promoteur en matière de santé publique;

Martine David, directrice générale, Croquarium;

Jean-Yves Dionne, pharmacien, Académie de l'Apothicaire;

Ak'ingabe Guyon, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, Montréal;

Kalula Kalambay, membre du conseil d'administration de la Fédération mondiale des Associations de santé publique;

Richard Lessard, professeur agrégé de clinique, École de santé publique Université de Montréal et Faculté de Médecine Université McGill;

Élaine Lauzon, directrice générale, Égale Action;

Laurence Matteau-Pelletier, MD, médecin résident en santé publique et médecine préventive, Université Laval;

François Milord, médecin;

David-Martin Milot, médecin résident, au nom de Jeunes médecins pour la santé publique (JMPSP);

Sidonie Pénicaud, MD, M.Sc., médecin résident en santé publique et médecine préventive, Université McGill;

Linda Pinsonneault, MD, FRCPC, co-gestionnaire médicale à la Direction de santé publique de l'Estrie et directrice du département des sciences de la santé communautaire, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke;

Louise Potvin, professeure titulaire, École de santé publique, Université de Montréal;

Louise Soulière, médecin omnipraticienne et vice-présidente du conseil d'administration de l'Association  pour la santé publique du Québec;

Michèle Stanton-Jean, chercheure invitée, Centre de recherche en droit public, Université de Montréal

Annick St-Denis, directrice transport actif, Vélo Québec Association;

Lucie Richard, directrice, Institut de recherche en santé publique;

Yassen Tcholakov, MD, MIH, médecin résident en santé publique et médecine préventive, Université McGill;

Michel Trottier, conseiller municipal, Ville de Laval et chef de Parti Laval;

Michel Vézina, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer