À la rescousse du français

« Est-ce devenu si bourgeois que de vouloir se... (PHOTO SÉBASTIEN PEDRAGLIO, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Est-ce devenu si bourgeois que de vouloir se rappeler qui nous sommes et d'où nous venons ? », demande Jean-Guy Grenier.

PHOTO SÉBASTIEN PEDRAGLIO, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Guy Grenier

Il est malheureux de constater la fragilité de plus en plus grande de notre identité culturelle au Québec.

Il y a d'une part le recours à l'immigration pour compenser le vide générationnel, avec une plus grande part de la population ayant plus de 65 ans et le besoin apparent de compenser par une main-d'oeuvre plus jeune, et d'autre part, l'impact de la mondialisation sur nos échanges commerciaux qui favorise une popularité grandissante des autres langues que le français.

Plutôt que de blâmer ces courants d'événements, qui font qu'on se tourne moins vers notre langue française, il vaudrait mieux corriger l'incompétence de son enseignement dans nos écoles. Si le régime public d'éducation s'y consacrait mieux, il y aurait une meilleure utilisation de notre langue tant par les Québécois de souche que par les nouveaux arrivants.

La popularité émergente des médias sociaux et celle des outils de communication électroniques rendent les utilisateurs dépendants des corrections automatiques de Word et autres logiciels sur le marché. Ils n'encouragent pas une bonne connaissance de la langue française.

La pureté et le raffinement de notre langue se retrouvent enfouis dans la facilité de s'accorder une nouvelle langue, celle des outils électroniques, avec tous les autres avantages que l'on y retrouve.

Si, au même titre que l'était jadis le latin, la langue française demeure encore difficile à apprendre et à maîtriser, ce devrait être une raison pour motiver nos pédagogues et les enseignants de notre système d'éducation à s'y intéresser comme outil stratégique de développement intellectuel.

Tant que les employeurs, les ordres professionnels, les collèges et universités ne reconnaîtront pas parmi leurs employés, leurs membres et leurs étudiants comme valeur ajoutée la maîtrise de notre langue française au Québec, la motivation à l'utiliser mieux ailleurs qu'à la maison continuera de s'estomper graduellement.

Le cas échéant, que restera-t-il de nos sources autres que des photos de notre histoire au musée McCord ? Est-ce devenu si bourgeois que de vouloir se rappeler qui nous sommes et d'où nous venons ?

Il serait temps de créer une nouvelle mode chez les Québécois, soit celle de bien parler et de bien écrire en français. La langue anglaise n'en sera pas pour autant diminuée. Au contraire, notre province aura de plus en plus de citoyens bilingues, voire polyglottes ! Cela constitue, à mon avis, une vraie indépendance permanente et durable : celle de l'autonomie de la connaissance.

Nous accéderons à une véritable richesse, celle d'une connaissance élargie, qui a permis à certaines communautés ethniques de survivre dans l'histoire de l'humanité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer