Monsieur & Madame Adelman: histoire de couple

Nicolas Bedos et Doria Tillier, qui forment un couple,... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Nicolas Bedos et Doria Tillier, qui forment un couple, ont travaillé ensemble pour donner naissance à Monsieur & Madame Adelman.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Monsieur & Madame Adelman marque les débuts de Nicolas Bedos à la réalisation. Auteur de romans et de pièces de théâtre à succès, le comédien, aux côtés de sa compagne Doria Tillier, nous plonge au coeur de la tumultueuse vie de couple de Sarah et Victor.

Vous avez coscénarisé Monsieur & Madame Adelman. Quel a été le déclencheur de cette collaboration?

D.T. On s'amuse depuis quelques années à créer de petits moments d'impro entre nous. Parfois, il m'arrivait de les noter, car ça débouchait sur des situations très drôles, des personnages assez originaux. Cela nous a permis de constater qu'on avait le même genre d'humour et qu'on aimait tous les deux rigoler avec des sujets un peu tabous, gênants ou étranges. À force, on s'est dit que ce serait bien de faire un film ensemble.

N.B. On était amis bien avant de penser à faire un projet commun. Moi, je gambergeais sur l'idée d'un premier film que je voulais faire depuis plus d'une décennie. Tout s'est mélangé : Doria, nos idées communes, les notes qu'elle avait prises. Et ce projet s'est finalement imposé dans ma vie. C'est sans doute le film le plus personnel, le plus riche que je pouvais espérer faire pour un premier film.

Vous formez un couple dans la vie. Avez-vous pensé à faire appel à d'autres comédiens pour jouer Sarah et Victor?

D.T. C'est un film qui a été écrit en étant joué, même si après, il y a eu pas mal de travail. Dans un premier temps, on était un peu comme deux enfants qui s'amusent à créer quelque chose parce que ça les éclate. On l'écrivait en le jouant, en imaginant comment ça allait être filmé.

N.B. Faire un long métrage, c'est deux ans d'implication minimum. Il faut quand même un peu en profiter, sinon c'est la vie qui passe pendant le tournage. Alors il vaut mieux faire des projets dans lesquels on se reconnaît soi-même, où l'on joue la comédie. Là, en l'occurrence, le projet était très riche, ce qui m'a donné le courage de m'y investir autant. C'est du boulot, mais c'est aussi une aventure de vie, ce métier.

Les médias à potins français ont beaucoup mis votre couple sous les feux des projecteurs pendant la promotion du film. Est-ce que cela a été difficile à gérer?

N.B. Je pense que ça n'a pas forcément fait du bien au film. Certains spectateurs ont pu se dire qu'ils ne voulaient pas aller voir nos petits problèmes de couple au cinéma, car notre relation a été trop mise en avant dans les médias. Les journalistes se sont jetés là-dessus!

D.T. Je comprends que ça puisse intéresser les médias, car ça fait vendre. Nicolas et moi ne vivons pas du tout le film comme un traitement de notre relation dans la vie; les personnages ne sont absolument pas nous. Un psy pourrait peut-être faire des ponts, mais c'est une fiction!

Nicolas Bedos et Dora Tillier dans Monsieur & Madame Adelman... (Photo fournie par MK2 | Mile End) - image 2.0

Agrandir

Nicolas Bedos et Dora Tillier dans Monsieur & Madame Adelman

Photo fournie par MK2 | Mile End

L'autofiction est un style qui plaît beaucoup à Nicolas Bedos dans ses livres. Est-ce parfois un jeu dangereux?

N.B. Je ne connais pas d'artiste qui ne se soit pas à un moment donné mis à nu. Les écrivains que j'aime, que ce soit Françoise Sagan, Hemingway ou Fitzgerald, sont des gens qui, à travers leurs personnages, ont finalement raconté leurs problèmes de couple, de père ou d'alcool, leur rapport à la maladie et à la mort. Moi, je vis avec ça. Pardon de m'abriter encore une fois derrière d'illustres comparaisons, mais Woody Allen a filmé les artistes avec qui il vivait, François Truffaut a travaillé avec Fanny Ardant et Louis Malle a fait jouer Brigitte Bardot. Ça fait partie de l'histoire de ce métier. Là où c'est différent, c'est que la société est peut-être devenue un peu plus vulgaire. Avant, il y avait une certaine forme de pudeur, une plus grande élégance. Quand Cassavetes filmait Gena Rowlands, on parlait de la caméra amoureuse, scrutatrice et respectueuse.

D.T. La part d'autofiction est très petite dans ce film. Je pense, par contre, que dans chaque projet, on met de soi, mais on n'est pas à même de discerner ce qui est nous ou pas dans le long métrage. Je n'ai pas du tout l'impression que le personnage est moi.

C'est le premier film de Nicolas en tant que réalisateur et le premier de Doria en tant qu'actrice. Comment avez-vous relevé le défi?

N.B. Je me suis ajouté beaucoup de contraintes, comme le maquillage, les différents décors à travers les époques, les enfants, les chiens. Aucune scène n'a été filmée à l'épaule, ce qui a rendu l'installation plus lourde. J'ai voulu faire le film de mes rêves, mais il m'en a coûté et à mon équipe aussi. Je vais avoir du mal à faire le deuil de ce film. Il y a beaucoup de nous, de nos proches. J'ai vécu intensément ce tournage. J'ai un peu l'impression de le tromper en passant à autre chose.

D.T. C'était très particulier. J'étais très angoissée avant le tournage d'endosser un rôle sur 45 ans [NDLR: le récit raconte une relation de couple s'étirant sur quatre décennies]. Je suis retournée dans mes cours de théâtre et j'ai pris un coach de jeu pour être la plus prête possible. Ce plateau, c'était un mélange de grande passion et de difficulté d'être dirigée par quelqu'un qui nous connaît très bien, car c'est comme un livre ouvert. Il y a eu quelques tensions, mais j'ai toujours été d'accord avec ses choix et c'est ce qui est le plus important.

Travailler en couple n'est pas toujours facile. Pensez-vous répéter l'expérience?

N.B. Il n'y a pas que des avantages à faire un film en couple, mais ce qui est très joyeux quand on est à deux, c'est qu'on vit pour le film. Vivre avec un type qui ne parle que de son film du matin au soir, pendant des mois et des mois. Je pense que ça a fait du bien au film. On l'a construit à deux. Ça aurait foutu en l'air ma vie privée si je n'avais pas partagé ça avec elle.

D.T. En sortant du film, on s'est tout de suite dit qu'on ne retravaillerait pas tout de suite ensemble. C'est difficile d'être immergé ainsi avec quelqu'un. Peut-être dans quelques années. C'est rare et précieux de tomber sur quelqu'un avec qui on est autant en accord sur les choix artistiques. Il n'y a personne avec qui je délire autant qu'avec Nicolas!




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer