Marion Cotillard: le fantasme hollywoodien absolu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Los Angeles) Grâce au nouveau film de Robert Zemeckis, où elle partage l'affiche avec Brad Pitt, Marion Cotillard a l'occasion de jouer dans un grand film hollywoodien à l'ancienne, comme ceux qui l'ont tant fait rêver dans sa jeunesse.

Marion Cotillard et Brad Pitt dans la scène... (Photo fournie par Paramount Pictures) - image 1.0

Agrandir

Marion Cotillard et Brad Pitt dans la scène d'amour qui a alimenté la machine à rumeurs

Photo fournie par Paramount Pictures

Pas moins de quatre longs métrages la mettant en vedette prennent l'affiche chez nous en autant de mois. Il y a évidemment d'abord eu Juste la fin du monde de Xavier Dolan. Puis, Mal de pierres de Nicole Garcia. Le mois prochain, elle retrouvera Michael Fassbender et le réalisateur Justin Kurzel, avec qui elle avait fait Macbeth, dans l'adaptation cinématographique d'Assassin's Creed. Pour l'heure, l'actrice française effectue une tournée mondiale afin d'accompagner la sortie d'Allied (Alliés en version française).

Dans ce drame d'espionnage campé à l'époque de la Seconde Guerre mondiale, elle se glisse dans la peau d'une égérie de la Résistance française que recrutent les forces spéciales britanniques pour une mission périlleuse au Maroc. Son partenaire de mission est un espion canadien (Brad Pitt) ayant déjà travaillé à Paris, qu'elle reconnaîtra d'emblée à cause de son accent « québécois ». L'actrice affirme d'ailleurs avoir « coaché » M. Pitt de façon exigeante pour les nombreux dialogues en français, tout en l'encourageant dans sa démarche.

« Je sais à quel point il est difficile d'essayer de maîtriser une autre langue, a-t-elle notamment déclaré lors d'une conférence de presse. Quand je me suis exercée à l'anglais pendant quatre mois devant mon miroir pour Public Enemies, j'en ai pleuré ! »

Un clin d'oeil au grand cinéma

Plus tard, au cours d'un entretien accordé à La Presse, l'actrice racontera que le tournage de ce film, directement inspiré par les grands films issus de l'âge d'or hollywoodien (un clin d'oeil est d'ailleurs fait à Casablanca), a été à la hauteur de son fantasme.

« J'ai grandi avec ce cinéma-là, explique-t-elle. Je me gavais des films de George Cukor. » 

« Des actrices comme Greta Garbo, Audrey Hepburn, Rita Hayworth, Katharine Hepburn et bien d'autres m'ont toutes fait rêver. Elles incarnaient le glamour hollywoodien. »

« J'ai été élevée avec elles, avec ces films-là. Ma culture du cinéma français de cette époque est, en fait, beaucoup plus pauvre. »

Comme l'indique son actualité cinématographique de l'automne, Marion Cotillard aime se réinventer à l'écran, explorer tous les registres. Il est évident que, même si l'approche du jeu reste toujours la même, le plateau d'un film hollywoodien d'envergure se révèle bien différent de celui d'un drame intimiste québécois. Elle a ainsi quitté la petite maison de Sainte-Dorothée, à Laval, où ont été tournées la plupart des scènes de Juste la fin du monde, pour se retrouver ensuite dans d'immenses décors, construits dans de grands studios à Londres. Robert Zemeckis (Forrest Gump, Cast Away) a en effet tourné Allied presque entièrement en studio.

« Il est certain que quand tu arrives sur un plateau comme celui-là, c'est absolument époustouflant. Chaque fois que j'ai eu la chance de jouer dans des films produits par les grands studios, j'ai toujours été impressionnée par leur ampleur, l'aspect majestueux des décors. »

« Ce fut le cas aussi avec Un long dimanche de fiançailles, de Jean-Pierre Jeunet, ajoute-t-elle. Il se passe quelque chose de plus particulier quand on tourne un film d'époque. Ce côté totalement grandiose fait partie de mon rêve de petite fille. Quand il s'agit d'un film contemporain plus réaliste, ce décalage fascinant existe moins. »

Des stars plus grandes que nature

Allied fait partie de ces films à l'ancienne dans lesquels les acteurs sont magnifiés. Et assument parfaitement leur statut de star. Costumes, éclairages, maquillages, tout concourt ici à mettre les vedettes en valeur, à faire rêver le public. Brad Pitt pourrait être l'émule de Robert Redford. Et Marion Cotillard cristallise ici toutes les héroïnes des grands classiques des années 40 et 50.

« Quand on tourne un film de cette nature, on en est bien conscients, fait remarquer l'actrice. Pendant trois semaines, nous avons répété avec tous les membres de l'équipe. Déjà, la facture esthétique très spéciale de l'époque y est. Participer à ce genre de projet est très agréable, car on a vraiment l'impression d'être dans le cinéma. Ce genre de film est plus rarement produit aujourd'hui. »

Le récit est en outre ponctué d'une scène d'amour convaincante qui, déjà, a beaucoup fait parler. Un extrait de cette séquence s'est d'ailleurs retrouvé dans une bande-annonce mise en ligne exactement au moment où Brad Pitt a annoncé à l'automne sa rupture avec Angelina Jolie. La machine à rumeurs s'est alors emballée. À un point tel que Marion Cotillard, aujourd'hui enceinte d'un deuxième enfant, a dû démentir les ragots et faire une mise au point très ferme à propos de sa vie privée. Quant à Brad Pitt, il a préféré ne pas s'adresser aux journalistes au cours de cette rencontre de presse, organisée à Los Angeles.

« Dans les faits, le tournage de cette scène fut particulièrement compliqué, explique l'actrice. D'abord, nous étions dans une fausse voiture. Ensuite, il a fallu répéter tous les gestes de façon très précise, dans les moindres détails. Il en était de même des mouvements de caméra. La beauté de l'affaire, c'est qu'une fois tous les pas de la chorégraphie appris et maîtrisés, tu peux ensuite te concentrer sur ton jeu et te sentir plus libre. C'était tellement étrange qu'on a fini par en rire ! »

Fière du résultat

L'actrice est ravie du produit final. Elle sort de cette expérience avec le sentiment d'avoir réalisé un fantasme hollywoodien.

« Vraiment, le tournage a été à la hauteur de tout ce que j'aurais pu imaginer. À mes yeux, le résultat à l'écran est digne des films qui m'ont fait rêver pendant mon enfance et mon adolescence. Il y a dans Allied un aspect très divertissant, très glamour, mais on y trouve aussi une vraie profondeur, un réel questionnement sur l'amour et la complexité des sentiments. En tant que spectatrice, c'est un film que je voudrais voir. » 

Allied (Alliés en version française) prend l'affiche le 23 novembre.

Les frais de voyage ont été payés par Paramount Pictures.

Brad Pitt a défilé sur le tapis rouge... (Photo Jordan Strauss, Associated Press) - image 2.0

Agrandir

Brad Pitt a défilé sur le tapis rouge à la première d'Allied, la semaine dernière, à Los Angeles.

Photo Jordan Strauss, Associated Press

Brad Pitt en « Québécois »

C'est en entendant une histoire qu'un vétéran lui a racontée que le scénariste Steven Knight (Eastern PromisesBurnt) a eu l'idée du scénario d'Allied. Pour des raisons de cohérence, cette histoire vécue par un espion américain a été transposée. Dans le film, cet homme est devenu un espion britannique qui tombe amoureux d'une espionne française et fonde une famille avec elle pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa maîtrise du français s'explique par le fait qu'il serait, en vérité, un Canadien d'origine québécoise. Marianne Beauséjour, qu'incarne Marion Cotillard, aura d'ailleurs tôt fait de surnommer Max Vatan, qu'incarne Brad Pitt, le « Québécois ». Cette belle intention ne résiste toutefois pas à l'épreuve de l'Histoire. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, nous parlions encore de Canadiens français. L'appropriation du mot « québécois » est survenue une vingtaine d'années plus tard, lors de la Révolution tranquille.

Carrière internationale

Avant même d'obtenir l'Oscar de la meilleure actrice grâce à La vie en rose, Marion Cotillard a été remarquée par les pointures du cinéma international. Nous lui avons demandé de commenter trois de ses films anglophones. Et de nous parler de Xavier Dolan...

Public Enemies, Michael Mann (2009)« J'ai été très touchée quand Michael Mann, un cinéaste que j'admire, m'a proposé un rôle d'Américaine ! Cela témoignait, je crois, de la confiance qu'il a placée en moi. Nous nous étions rencontrés pendant la saison des cérémonies. Je me suis retrouvée sur ce plateau prestigieux, avec Johnny Depp et Christian Bale. Mais le souvenir que je garde de ce tournage reste le travail que j'ai dû faire pour maîtriser la langue anglaise sans un trop fort accent. Nous avions quand même trouvé une astuce dans le scénario pour justifier l'accent qu'avait le personnage. »

Nine, Rob Marshall (2009)« Pour moi, Nine ressemble un peu à Allied parce qu'il comble aussi un rêve de petite fille, cette fois du côté de la comédie musicale. Et, franchement, qui ne rêverait pas de tourner avec Daniel Day-Lewis ? C'était beau de le voir venir assister discrètement à nos répétitions, même quand sa présence n'était pas requise.

Et puis, toute cette ribambelle d'actrices merveilleuses : Sophia Loren, Kate Hudson, Penélope Cruz, Nicole Kidman, Fergie. Sans oublier le talent, la douceur, l'énergie de Rob Marshall. J'aime ce film profondément, tel qu'il est, mais il n'a malheureusement pas trouvé son public. Ce fut une aventure absolument magique. »

Inception, Christopher Nolan (2010)« Grâce à ce film, j'ai eu la chance de tourner avec l'un des plus grands acteurs vivants d'aujourd'hui : Leonardo DiCaprio. À chaque rôle, il surprend. C'était aussi la chance de participer à un projet fou, de faire du cinéma d'auteur à grand déploiement. Christopher Nolan fait oeuvre d'auteur, bien sûr, même quand on tourne The Dark Knight Rises. En fait, je n'ai jamais fait partie d'un film amorcé par des producteurs. Il est très important pour moi de travailler avec des cinéastes qui ont le contrôle entier de leur projet. C'est le cas de Robert Zemeckis pour Allied. Et c'est aussi le cas de Justin Kurzel pour Assassin's Creed. »

Et Xavier Dolan ?« Au moment de sa sortie, j'ai déclaré que Juste la fin du monde est l'un des plus beaux films dans lesquels j'ai eu la chance de tourner. Je le crois profondément. Avec Xavier, ce fut une grande rencontre. Il a immédiatement fait partie de ma famille et il en fait toujours partie aujourd'hui. Il y a quelque chose de complètement naturel avec lui, d'évident. Je ne peux vous dire à quel point le succès du film en France me rend heureuse. Le public est vraiment au rendez-vous et cela me ravit. »

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer