Tournage de The Death and Life of John F. Donovan: confidences d'acteurs

«J'adore être dirigé par Xavier [Dolan], car il... (Photo Amy Sussman, Archives Associated Press)

Agrandir

«J'adore être dirigé par Xavier [Dolan], car il s'implique beaucoup et il s'attarde à tous les détails, qu'il s'agisse d'un geste, d'un mouvement des lèvres ou d'une tonalité de la voix», explique Kit Harington, qui tient le rôle principale de The Death and Life of John F. Donovan.

Photo Amy Sussman, Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Xavier Dolan a déjà tourné une bonne partie de son premier film anglophone. La Presse a eu accès au plateau de tournage et a rencontré les deux acteurs principaux, Kit Harington et Jessica Chastain. Compte rendu.

Kit Harington: résonances intimes

Pour des millions d'admirateurs de la série télévisée Game of Thrones, il est le fameux Jon Snow. Pourtant, c'est en regardant le film Pompeii dans un avion que Xavier Dolan a pensé solliciter Kit Harington pour le rôle principal de The Death and Life of John F. Donovan.

«Je suis lié à ce projet depuis deux ans, explique l'acteur lors d'une courte pause pendant le tournage du film à Montréal. Il s'agit, assurément, de l'un des rôles les plus intéressants que j'ai eu à jouer. Il a beaucoup de résonances avec ce que je vis moi-même. Au fil des versions, le parcours de John F. Donovan s'est d'ailleurs mis à ressembler davantage au mien sur le plan professionnel, mais il reste très différent sur le plan privé. En fait, tout ce qui entoure la vie de cet homme ressemble à ce que je vis. Qu'il s'agisse des relations avec la famille, les proches, la gestion de la notoriété, de la vie personnelle, etc.»

La relation intime entre John F. Donovan et l'acteur est telle que Kit Harington affirme qu'en se glissant dans la peau de son personnage, il a parfois l'impression d'appliquer la fameuse méthode de l'Actors Studio à sa propre vie!

«Je n'ai pas à aller le chercher très loin, précise-t-il. Il entretient plus d'illusions que moi, cela dit. Son ego est très intense. Très égoïste aussi. À vrai dire, je tente de le cerner. Nous en sommes maintenant à la moitié du tournage et je suis encore en train de différencier sa vie de la mienne!»

S'ouvrir aux bons cinéastes

Après avoir reçu le scénario, Kit Harington s'est empressé de découvrir l'oeuvre du cinéaste québécois.

«Dans chacun des films de Xavier, il y a quelque chose d'incroyable. Il parvient à rendre excitants des drames domestiques qui, autrement, auraient eu moins de piquant. Je n'ai pas hésité. J'aurais été stupide de ne pas me battre pour ce film.»

Même s'il incarne le personnage central du film, l'acteur ne ressent pas une pression particulière, entouré qu'il est par une horde d'acteurs accomplis.

«J'en suis à cette étape de ma carrière où je souhaite m'ouvrir et laisser les bons cinéastes me diriger comme ils le veulent, dit-il. J'adore être dirigé par Xavier, car il s'implique beaucoup et il s'attarde à tous les détails, qu'il s'agisse d'un geste, d'un mouvement des lèvres ou d'une tonalité de la voix. Il voit tout de suite dans sa tête ce qu'il y aura sur l'écran. Et il nous parle aussi pendant les prises! Je pourrais comprendre que des acteurs en soient agacés; ce n'est pas mon cas. Je ne me suis jamais senti autant aimé par un réalisateur.»

«Xavier [Dolan] est scandaleusement incompris, je crois. Surtout... (Photo Chad Batka, Archives The New York Times) - image 2.0

Agrandir

«Xavier [Dolan] est scandaleusement incompris, je crois. Surtout aux États-Unis. Certains ont de lui l'image d'un être insensible ou arrogant, mais rien n'est plus faux. Ça me fait bouillir le sang», confie Jessica Chastain.

Photo Chad Batka, Archives The New York Times

Jessica Chastain: changement de registre

Entre eux, tout a commencé sur Twitter. Après avoir vu Mommy lors de la projection officielle au Festival de Cannes, Jessica Chastain n'a pu résister à l'envie de faire partager son enthousiasme et d'en féliciter le réalisateur.

«J'avais déjà entendu son nom auparavant, mais je ne savais rien de lui, explique l'actrice. Je suis tout de suite tombée sous le charme grâce au tweet qu'il m'a envoyé en guise de réponse. Il m'a invitée à dîner, il m'a envoyé des fleurs à la maison, bref, une véritable amitié est née.»

Ce lien très fort a d'ailleurs presque été une source d'appréhension quand est venu le moment de gagner le plateau de The Death and Life of John F. Donovan.

«Nous sommes devenus des amis proches, mais nous n'avions encore jamais travaillé ensemble, explique l'actrice. Je craignais que notre amitié soit compromise si jamais, par malheur, ça devait mal se passer sur le plateau. Heureusement, ce n'est pas le cas.»

«Xavier m'a donné un défi excitant à relever. D'autant que je n'avais jamais incarné un personnage comme celui-là auparavant.»

Le sombre aspect de la célébrité

Dans ce premier long métrage anglophone de Xavier Dolan, Jessica Chastain se glisse dans la peau de la rédactrice en chef du Gossip, un magazine spécialisé dans les nouvelles croustillantes sur les vedettes. Sa plus récente cible est John F. Donovan (Kit Harington), un acteur déjà populaire grâce à une série télé, dont la carrière au cinéma risque maintenant de prendre son envol.

«Le rôle était écrit avant même que je ne sois liée au projet, Dieu merci! lance Jessica Chastain. Le récit fait écho à l'aspect le plus laid de la célérité: l'intimidation sur le web et sur les réseaux sociaux, les rumeurs, les gros titres, les attaques sur l'apparence des stars. Personnellement, je n'en souffre pas vraiment parce que mon but n'est pas d'être célèbre. Je sais comment éviter les paparazzi, je ne vais pas dans les restos branchés, et je sais que je ne partagerai probablement jamais ma vie avec une grande vedette!»

Quant à Xavier Dolan, l'actrice ne cache pas se sentir une âme de protectrice envers lui.

«Je n'éprouve pas ce genre de sentiment envers les autres cinéastes avec qui je travaille, confie-t-elle. Xavier est scandaleusement incompris, je crois. Surtout aux États-Unis. Certains ont de lui l'image d'un être insensible ou arrogant, mais rien n'est plus faux. Ça me fait bouillir le sang. Xavier est l'un des êtres les plus généreux et sensibles que je connaisse. L'équipe entière l'adore!»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer