Adam Levine: jouer sa vie. Ou presque...

Keira Knightley, à gauche, et Adam Levine dans... (Photo Andrew Schwartz, AP/The Weinstein Company)

Agrandir

Keira Knightley, à gauche, et Adam Levine dans une scène du film Begin Again.

Photo Andrew Schwartz, AP/The Weinstein Company

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(NEW YORK) Le leader du groupe Maroon 5 - et aussi coach à The Voice - fait ses débuts au cinéma dans une comédie romantique et musicale dans laquelle il donne la réplique à Keira Knightley.

Keira Knightley n'est pas chanteuse. Adam Levine n'est pas comédien. Le cinéaste irlandais John Carney, dont le précédent film, Once, a décroché l'Oscar de la meilleure chanson originale (Falling Slowly), n'a pourtant pas hésité à se tourner vers eux afin qu'ils forment le couple - brisé - autour duquel est construit le récit de Begin Again.

Gretta (Knightley) et Dave (Levine) forment un couple depuis l'adolescence avec, pour solide point commun, un amour immodéré de la musique. Ils ont en outre écrit ensemble plusieurs chansons. La nature de leur relation change pourtant le jour où le succès frappe à la porte.

Déjà installé à New York à l'époque où un important contrat d'enregistrement a été offert à Dave, le couple est mis à l'épreuve en raison des tentations auxquelles succombe le jeune homme jouissant de sa nouvelle notoriété. Incitée par des amis à chanter l'une de ses chansons dans une boîte, Gretta, délaissée, est remarquée par celui qui a été l'un des plus importants producteurs de l'industrie (Mark Ruffalo), aujourd'hui conspué et dans la dèche...

Quelques résonances

Même s'il n'a pratiquement aucune expérience d'acteur, Adam Levine ne s'est pas fait prier lorsque la proposition de John Carney est arrivée. Quand est venu le moment de prendre le personnage à bras-le-corps, ce ne fut toutefois pas aussi simple qu'il l'avait imaginé au départ.

«J'ai essayé de suivre un cours d'art dramatique; cela ne s'est pas bien passé! a révélé la pop star lors d'une conférence tenue à New York la semaine dernière. C'était une expérience bizarre. Ce qu'on me disait ne me rendait pas heureux du tout. J'ai donc décidé de faire mine de savoir ce que je faisais en espérant que ce soit à la hauteur de tous ces gens de grand talent. Si ça marche, c'est grâce à Keira. C'est elle qui a fait en sorte que j'aie l'air de m'en être bien sorti!»

Levine, qui était en spectacle avec Maroon 5 à Montréal il y a deux semaines à peine, a bien entendu été attiré par le thème qu'explore John Carney dans son film. L'auteur-cinéaste, aussi musicien, a écrit son scénario à partir d'une simple question qu'il s'est un jour posée: que sont devenus les copains d'adolescence qui caressaient les mêmes rêves que lui, mais dont la vie a fait en sorte que leurs destins empruntent un parcours différent?

«Le personnage que j'incarne, Dave, est sur le point de connaître le succès et de devenir une personnalité connue, souligne Adam Levine. C'est un moment très particulier dans un parcours d'artiste. Mon histoire est très différente de la sienne, mais quand ça m'est arrivé, j'ai probablement été tenté par les mêmes sirènes que lui. C'est très facile de succomber à des choses dont jamais tu n'aurais pu imaginer qu'elles s'offrent à toi un jour. Quand tu entames une carrière de musicien, ta principale préoccupation est de trouver un moyen de payer tes factures. Et voilà que pratiquement du jour au lendemain, ta vie bascule complètement. Dave est subjugué par tout ça. Je le fus aussi. C'est probablement pour ça que John a fait appel à moi. J'ai pu évoquer une expérience que peu de gens ont l'occasion de vivre finalement. Je lui ai d'ailleurs dit oui dès qu'il m'a téléphoné. En fait, j'ai même dû dire: putain, oui!»

L'expérience fut enrichissante, au point que Levine se demande s'il pourra refaire un jour du cinéma dans les mêmes conditions.

«Honnêtement, c'était comme un rêve, dit-il. J'ai eu l'occasion de travailler avec des gens extrêmement talentueux et bons. Je n'ai aucune scène à jouer avec Mark Ruffalo, et pourtant, il était là dès le premier jour pour m'accueillir. Je crois avoir eu la chance de travailler dans des conditions idéales dès mon premier film. J'aurai sans doute du mal à en retrouver d'aussi bonnes sur un autre plateau. Peut-être ne ferais-je même jamais un autre film. La barre est trop haut placée maintenant! Cela dit, sans blague, j'espère sincèrement avoir l'occasion d'en faire d'autres. J'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à tourner.»

Keira Knightley, chanteuse

Si Adam Levine n'avait aucune expérience d'acteur, sa partenaire de jeu, elle, n'en avait aucune comme chanteuse. L'expérience fut d'ailleurs stressante pour l'actrice britannique, car les chansons folks originales qu'elle interprète dans le film (composées par Gregg Alexander et Nick Lashley) lui ont été soumises à la toute dernière minute.

«Ma seule expérience publique à titre de chanteuse s'est déroulée dans le cadre du film The Edge of Love, mais l'approche était complètement différente. C'était très théâtral. La production de Begin Again a eu la courtoisie de me faire rencontrer un professeur de chant qui m'a beaucoup aidée. Comme nous ne pouvions pas encore répéter les vraies chansons, l'exercice consistait simplement à découvrir ce que ma voix pouvait faire.»

«C'était un peu étrange, ajoute le réalisateur John Carney. Nous sommes tous entrés en studio sans savoir si la voix de Keira conviendrait ou pas. Puis elle s'est mise à chanter. Nous avons alors tous poussé un gros soupir de soulagement. Elle a une voix chaleureuse qui se mariait parfaitement à ce type de chansons.»

Le récit évoque aussi la notion de l'intégrité au moment où le succès se pointe dans une carrière.

«Dans mon esprit, la ligne est très claire, indique Adam Levine. Quand tu restes fidèle à toi-même, que tu crées ta musique avec la même sincérité, ta crédibilité reste intacte. J'avoue que ça me fâche un peu quand un band est délaissé par ses admirateurs de la première heure parce qu'il connaît un succès populaire, qui est forcément suspect à leurs yeux. Un artiste populaire n'est pas forcément un artiste "vendu".»

Intitulé Can a Song Save Your Life? lors de son lancement au festival de Toronto l'an dernier, le film est maintenant exploité sous le titre Begin Again. La version française portera le titre Nouveau refrain au Québec et New York Melody en France...

Begin Again (Nouveau refrain en version française) prend l'affiche le 4 juillet.

Les frais de voyage ont été payés par Les Films Séville.

Cinq stars de la musique pop au cinéma

Même si elles sont très souvent sollicitées pour tenir des rôles au cinéma, peu de stars de la musique pop parviennent à se distinguer vraiment au grand écran. En voici cinq qui ont offert des performances remarquables. Adam Levine sera-t-il un jour de cette liste?

DAVID BOWIE - Merry Christmas Mr. Lawrence (1983)

Pour interpréter les protagonistes de ce drame de guerre campé dans l'île de Java, le cinéaste japonais Nagisa Oshima a fait appel à deux rock stars: Ryuichi Sakamoto et David Bowie. Le choix fut très judicieux. Dans la peau d'un soldat prisonnier rebelle, Bowie trouve là son plus beau rôle au cinéma.

JENNIFER LOPEZ - Out of Sight (1998)

Jennifer Lopez a offert une excellente performance dans le drame policier de Steven Soderbergh Out of Sight, où elle donnait la réplique à nul autre que George Clooney. La star latina n'a jamais pu retrouver un rôle de cette qualité par la suite.

EMINEM - 8 Mile (2002)

Le film de Curtis Hanson constitue sa seule incursion connue dans le monde du cinéma mais Eminem a quand même impressionné les cinéphiles grâce à une performance aussi intense que subtile. Vrai que le récit de

8 Mile est en bonne partie inspiré de la propre vie du rappeur.

BJÖRK - Dancer in the Dark (2000)

Même si elle a tout détesté de son expérience avec Lars von Trier, Björk a néanmoins offert une composition saisissante, qui lui a notamment valu le prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes. On ne l'a plus jamais revue au cinéma depuis.

SÉBASTIEN RICARD - Dédé à travers les brumes (2009)

Le Batlam de Loco Locass a toujours mené les deux carrières de front, mais il est clair que ses talents de performeur ont été d'une grande utilité dans sa personnification à l'écran du regretté leader des Colocs Dédé Fortin. Sa composition lui a valu le Jutra du meilleur acteur en 2010.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer