Angelina Jolie, singulière actrice engagée

Angelina Jolie avait visité un camp de réfugiés... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Angelina Jolie avait visité un camp de réfugiés syriens au début du mois de septembre.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Sex-symbol adulé, Angelina Jolie, qui vient de demander le divorce de Brad Pitt, est une actrice et réalisatrice singulière, engagée dans des causes humanitaires et figure de la lutte contre le cancer.

«La vie est pleine de nombreux défis. Ceux qui ne doivent pas nous faire peur sont ceux que nous pouvons affronter et contrôler», confiait cette mère de six enfants, désignée en 2005 femme la plus sexy du monde, en annonçant publiquement avoir subi de manière préventive une ablation des seins (en 2013) et des ovaires (2015).

Sa mère, sa grand-mère et sa tante sont mortes d'un cancer et l'actrice est elle-même porteuse d'un gène défectueux.

«Je veux alerter les autres femmes», avait-elle expliqué dans le New York Times, confiant que la décision n'avait «pas été facile à prendre» mais qu'elle voulait ainsi inciter les femmes à se faire dépister.

Angelina Jolie est issue d'une famille du cinéma. Sa mère est l'actrice américaine Marcheline Bertrand, d'origine canadienne française. Son père est l'acteur américain Jon Voight (Oscar 1979 du meilleur acteur) et son frère l'acteur James Haven.

Née le 4 juin 1975 à Los Angeles, elle étudie l'art dramatique à New York mais sa silhouette élancée, ses pommettes hautes et ses lèvres pulpeuses lui valent de démarrer une carrière de mannequin.

«Quelqu'un de différent»

Après quelques rôles sur les planches, elle apparaît au cinéma et à la télévision.

On la voit surtout dans des rôles de femme torturée (Playing Gog en 1997, Urban Jungle en 1998), ou de rebelle provocatrice (Gone in Sixty Seconds en 2000).

En 2000, Angelina obtient l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour son interprétation d'une malade mentale charismatique dans Girl, Interrupted (1999) de James Mangold.

Elle connaît la consécration en 2001, en short et t-shirt moulant, dans Lara Croft, héroïne virtuelle de l'adaptation du jeu vidéo Tomb Raider. Un sex-symbol est né.

Mariée et divorcée deux fois des acteurs britannique Jonny Lee Miller (1996-1999) et américain Billy Bob Thornton (2000-2003), elle adopte seule en 2002 son premier enfant, Maddox, né au Cambodge.

Devenue ambassadrice de bonne volonté du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Angelina Jolie raconte en 2006 que sa visite d'un camp de déplacés en Sierra Leone a fait d'elle «quelqu'un de différent, pour le meilleur».

«Avant, je m'intéressais surtout à moi-même, à ma carrière, à ma vie», ajoute-t-elle en indiquant verser le tiers de ses revenus à des organisations caritatives.

Elle touche 20 millions de dollars pour Mr. & Mrs. Smith (2005), comédie où elle rencontre son futur mari, Brad Pitt, autre sex-symbol, avec qui elle formera pendant 12 ans l'un des «couples en or» de Hollywood.

Ensemble, ils ont trois enfants (Shiloh, né en 2006, et les jumeaux Knox Léon et Vivienne Marcheline, nés en 2008) et sont aussi parents de deux enfants adoptés: Pax, d'origine vietnamienne, et Zahara, une petite Éthiopienne.

En 2010, elle réalise son premier long métrage, In the Land of Blood and Honey, une histoire d'amour entre une jeune musulmane et un Serbe pendant la guerre en Bosnie, projeté lors de campagnes contre les agressions sexuelles en zones de guerre.

En 2014 elle sort un deuxième film, Unbroken, sur un coureur olympique héros de la Seconde Guerre mondiale.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer