La clause d'inclusion prend de l'ampleur

Frances McDormand, lors de son discours de remerciement... (Photo Chris Pizzello, Associated Press)

Agrandir

Frances McDormand, lors de son discours de remerciement aux Oscars, dimanche soir

Photo Chris Pizzello, Associated Press

Le commun des mortels n'avait jamais entendu parler de la clause d'inclusion (inclusion rider) avant que Frances McDormand ne l'évoque dans son discours de remerciement aux Oscars.

En gros, il s'agit d'une clause qu'un acteur peut inclure dans son contrat pour exiger qu'une certaine proportion de l'équipe du film sur lequel il travaille soit issue de la diversité.

Une idée née dans les universités qui commence à faire son chemin à Hollywood. La preuve ? Le comédien Michael B. Jordan (Creed, Black Panther) a annoncé sur Instagram hier qu'il allait intégrer une clause d'inclusion à tous les projets produits par sa maison de production, Outlier Society.

Cette nouvelle société a déjà plusieurs projets en chantier, dont une série pour Netflix et un remake de The Thomas Crown Affair.

Source : The Hollywood Reporter




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer