Le cri d'alarme de Mathieu Roy

Une scène tirée du film Les dépossédés... (image fournie par FunFilm)

Agrandir

Une scène tirée du film Les dépossédés

image fournie par FunFilm

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lancé en primeur plus tôt cette semaine aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal, dans sa version intégrale de 183 minutes, Les dépossédés a pris l'affiche hier dans une «version d'exploitation commerciale», amputée de 105 minutes, au cinéma Beaubien (Montréal), au cinéma Le Clap (Québec) et au cinéma le Tapis rouge (Trois-Rivières).

La version intégrale sera cependant présentée à quelques reprises encore à la Cinémathèque québécoise, les 20, 21, 27, 28, 29 et 30 novembre.

> Voir la bande-annonce

Tourné au Malawi, en République démocratique du Congo, en Inde, en Suisse, au Brésil et au Québec, ce film est un voyage impressionniste au coeur de la paysannerie mondiale.

Il dresse le constat implacable des ravages de la mondialisation sur la vie des producteurs qui se font saigner à blanc, au profit de l'agriculture industrielle.

Fruit de cinq ans de travail et de recherches, ce film s'inscrit dans la démarche sociale de Mathieu Roy, six ans après Surviving Progress.

Il propose aussi, du moins dans sa version intégrale, de beaux moments de cinéma, notamment grâce aux images, souvent contemplatives, de Benoit Aquin, qui cosigne aussi le scénario de ce film avec Richard Brouillette.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer