Alain Delon: Mireille Darc «était la femme de ma vie»

Mireille Darc et Alain Delon lors des funérailles... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Mireille Darc et Alain Delon lors des funérailles de Claude Berri en janvier 2009.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Mireille Darc «était la femme de ma vie» et «sans elle, je peux partir moi aussi», affirme l'acteur mythique du cinéma français Alain Delon dans un entretien à Paris Match, après la mort de la comédienne emblématique des années 1960-70.

Mireille Darc est décédée dans la nuit de dimanche à lundi à Paris, à 79 ans.

«Aujourd'hui, je préfère avoir l'âge que j'ai plutôt que 40 ans. Je n'aurai pas beaucoup d'années à vivre sans elle, pas trop d'années à souffrir (...). Sans elle, je peux partir moi aussi», a déclaré l'acteur, 81 ans, dans cet entretien dont l'hebdomadaire, à paraître jeudi, a diffusé des extraits.

«Elle était la femme de ma vie», a confié Alain Delon. «Nous avons été si heureux ensemble (...). Elle était ma moitié. On ne se posait pas de questions, on se complétait».

Mireille Darc et Alain Delon avaient formé pendant 15 ans un couple très en vue, après leur rencontre sur le tournage de Jeff (1968). Ils avaient aussi joué ensemble dans L'homme pressé, Mort d'un pourri ou Borsalino.

Les deux comédiens s'étaient retrouvés sur les planches en 2007 pour jouer Sur la route de Madison au théâtre Marigny à Paris.

«Je me dis qu'elle ne souffre plus. Ceux qui souffrent sont ceux qui restent. Ça me fait si mal! Elle méritait tellement de vivre...», a ajouté Alain Delon.

Les obsèques de l'actrice, qui avait été hospitalisée en 2016 après deux hémorragies cérébrales consécutives, doivent se dérouler vendredi en fin de matinée en l'église Saint-Sulpice, à Paris.

Mireille Darc avait tourné dans une cinquantaine de longs métrages pour le cinéma, dont près d'une quinzaine avec Georges Lautner.

Silhouette élancée, casque blond platine coupé au carré, la comédienne avait conquis le grand public au cinéma, avec son allure de vamp garçonne au grand coeur et désinvolte.

Après une traversée du désert professionnelle et de gros ennuis de santé, elle avait fait dans les années 1990 un retour réussi à la télévision et dans la réalisation de documentaires sociétaux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer