Rogue One: guide des personnages

Rogue One: A Star Wars Story fait place à de... (Photo fournie par Lucasfilm)

Agrandir

Rogue One: A Star Wars Story fait place à de nombreux nouveaux personnages.

Photo fournie par Lucasfilm

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

Vous ne connaissez pas la plupart d'entre eux, mais ils existent dans cette galaxie lointaine, très lointaine que vous aimez. Ils sont au coeur de Rogue One: A Star Wars Story de Gareth Edwards. La Presse a rencontré à San Francisco les acteurs qui les interprètent. Ils vous les présentent.

Jyn Erso (Felicity Jones)

Il y a eu la princesse Leia. Il y a eu Rey. Voici maintenant Jyn Erso. «Jyn déteste l'Empire. Chaque fois qu'elle voit des Stormtroopers, elle veut instinctivement les démolir. C'était très différent, pour moi, de courir avec un pistolet laser et de me battre, alors que je suis habituée à des rôles où je porte des corsets et où je parle beaucoup», indique l'actrice britannique que l'on a vue dans The Theory of Everything. Elle interprète ici une jeune femme impétueuse, loyale, forte, prête à tout pour aider l'Alliance rebelle à terrasser l'Empire qui lui a ravi ses parents.

Cassian Andor (Diego Luna)«Cassian est un espion pour l'Alliance rebelle. C'est un type qui a un passé militaire et qui a besoin d'une structure militaire pour fonctionner. Il a vu des choses terribles, il a commis des choses terribles. Il est prêt à tout risquer pour la cause», raconte l'acteur mexicain que l'on a découvert dans Y Tu Mamá También puis vu dans Milk et Elysium. Son personnage est intelligent, fort, déterminé, mais on sent aussi les zones d'ombre qu'il porte en lui. Et sa vulnérabilité. «C'est un film qui a pas mal de couches. Il en va ainsi de Cassian.»

Chirrut Îmwe (Donnie Yen)Moine aveugle, mais guerrier habile et astucieux qui n'a pas besoin de ses yeux pour «voir» l'ennemi, il a foi en la Force en ces temps où elle semble avoir été oubliée par le plus grand nombre et où les quelques Jedi toujours vivants se cachent. «Pour moi, le propos de Star Wars est de nous rappeler à tous des choses que l'on néglige, que l'on oublie. Et je pense que le simple fait d'être un être humain fait de nous un porteur de la Force», indique l'acteur chinois, qui est aussi l'un des plus grands experts mondiaux en arts martiaux.

Baze Malbus (Jiang Wen)Soldat pragmatique, homme de peu de mots et tireur de haute précision, Baze a grandi avec Chirrut. Bien qu'ils aient des personnalités extrêmement différentes l'une de l'autre (l'un croit en la Force; l'autre, aux armes), ils ont développé une relation très étroite. Baze suivrait Chirrut jusqu'au bout du monde, assure l'acteur qui l'interprète et qui est l'une des stars les plus importantes en Chine. En fait, pour les artisans du film, le lien fraternel entre les deux personnages est l'un des plus forts que l'on verra dans l'univers de Star Wars.

K-2SO (Alan Tudyk)La famille androïde de Star Wars compte déjà C-3PO, R2-D2 et BB-8. Son nouveau membre s'appelle K-2SO et il est à la hauteur... ne serait-ce qu'en taille: il mesure 2,3 m. «C'est un androïde impérial que Cassian a reprogrammé. Il est loyal envers les Rebelles, mais il dit tout ce qui lui passe par la tête et est hypersensible», fait l'acteur américain que l'on connaît pour la série culte Firefly. Sa performance en capture de mouvements a donné naissance à un personnage virtuel sur lequel a plané le spectre de Jar Jar Binks. Mais l'écueil a été évité avec brio.

Bodhi Rook (Riz Ahmed)Originellement pilote de cargo pour l'Empire, Bodhi s'est tourné vers les Rebelles. «C'est le type qui se retrouve par accident dans un film de guerre. Autour de lui, tout le monde est soldat, guerrier, combattant. Il n'est pas à sa place, mais il va se rendre utile», explique l'acteur britannique aux origines pakistanaises que l'on a vu dans Nightcrawler et The Night Of. Et qui a vécu «une expérience surréaliste», quand il a vu «sa» figurine: «C'est formidable. Mais je pense qu'ils se sont trompés et l'ont modelée à partir du visage de Diego, qui est plus beau que le mien», pouffe-t-il.

Galen Erso (Mads Mikkelsen)Scientifique brillant, mathématicien reconnu à travers la galaxie, génie de la physique expérimentale... et père de Jyn, Galen est persuadé que ce sur quoi il travaille a le potentiel «de changer le monde pour le mieux, jusqu'à ce qu'il se rende compte que les intentions de l'Empire, pour qui il oeuvre, ne sont pas les mêmes que les siennes», fait le très polyvalent acteur danois. «Là où dans [les films des] années 70 et 80, il y avait pas mal de noir et blanc, il y a dans celui-ci beaucoup de gris.» C'est en particulier le cas pour Galen.

Saw Gerrera (Forest Whitaker)Ce transfuge de la série animée The Clone Wars est l'un des personnages les plus complexes de l'univers Star Wars. C'est un hors-la-loi, un rebelle parmi les Rebelles, celui qui croit que l'Empire doit être détruit à n'importe quel prix. Quitte à y parvenir en sacrifiant des innocents. Du coup, quel côté de la Force sert-il ultimement? Forest Whitaker, qui l'incarne, conçoit que Saw puisse être perçu comme un extrémiste par ceux dont la route a croisé la sienne. Peut-être à l'exception de Jyn, qu'il a recueillie et élevée... avant de la laisser à elle-même. Encore une fois, nous sommes en zone grise.

Director Orson Krennic (Ben Mendelsohn)Carburant à l'ambition, Krennic est l'homme derrière la création de l'Étoile noire, l'arme qui permettra à l'Empire de contrôler la galaxie. «Il est originaire des colonies lointaines, il a fait sa place par lui-même, il a monté les échelons du pouvoir sans aide, il est très motivé et il fait ce qu'il fait... parce qu'il peut le faire, assure l'acteur australien. Bref, il est persuadé que ce que fait l'Empire est bien.» Du moins, il est parvenu à se le faire croire. Et, haut placé comme il l'est à présent, Krennic sera mis en présence de celui qui incarne l'Empire. Darth Vader.

Darth Vader (Spencer Wilding, voix de James Earl Jones)Un héros est seulement aussi bon que son ennemi. Il en va de même pour une histoire. Darth Vader se trouve très haut sur l'échelle des forces du Mal. «Quand on tournait une de ses scènes, c'est bien simple, il fallait qu'on répète sans le costume. Vous ne donnez pas de directives à Darth Vader!», s'exclame le réalisateur Gareth Edwards. Et de relater que lorsque l'imposante silhouette vêtue de noir arrivait devant les caméras, toutes les conversations stoppaient, tous les bruits cessaient. «Nous avions tous 5 ans. Pour moi, ça compte parmi les moments les plus inoubliables de cette aventure.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>Rogue One: A Star Wars Story</em>: encore! ****

    Critiques

    Rogue One: A Star Wars Story: encore! ****

    Il y a eu les rumeurs, et elles étaient inquiétantes. Le scénario avait été très remanié, des scènes avaient dû être retournées. Planant au-dessus de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer