France : Sausage Party sera-t-il jugé pornographique?

Seth Rogen et Evan Goldberg, coscénaristes et coproducteurs... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Seth Rogen et Evan Goldberg, coscénaristes et coproducteurs de Sausage Party.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Indignées par la crudité des dialogues et les scènes explicitement sexuelles du film d'animation américain Sausage Party, deux associations conservatrices françaises ont réclamé mardi à la justice son interdiction aux moins de 16 ans.

Interdit aux mineurs aux États-Unis et aux moins de 12 ans en France, le film réalisé par Greg Tiernan et Conrad Vernon, se présente comme «la première comédie d'animation pour adultes à l'humour particulièrement osé».

Ce récit très cru de la vie intime d'une saucisse et d'une poire à lavement vaginale a provoqué la colère de l'association Promouvoir, proche des catholiques traditionalistes, et d'Action pour la dignité humaine.

Ces deux associations réclament une reclassification du film, pour qu'il ne soit pas autorisé aux jeunes de moins de 16 ans.

Il y a «urgence», selon l'avocat de Promouvoir, Me André Bonnet, «vu qu'il est déjà visible en salles et susceptible de créer un trouble chez le jeune public».

Pour Me Bonnet, la bande-annonce «ne dit rien sur le véritable contenu du film» qui se présente comme un simple dessin animé.

Objet des attaques les plus virulentes, une «scène finale de partouze»: «Une orgie sidérante entre scènes de fellation, de sodomisation» où l'on voit un paquet de corn-flakes «assénant des mouvements de va-et-vient brutaux et demandant "Tu aimes ça salope?"» .

Outre «la vulgarité et l'obscénité», l'avocate d'Action pour la dignité humaine pointe un «viol»: «On va tenter de relativiser, raille-t-elle, ce n'est qu'une brique de jus de fruits, on montre ça sous un jour très rigolo...»

En face, l'avocat du ministère de la Culture Me Jacques Molinié moque «la volonté de censure» de ses contradicteurs «à l'égard d'un film qui est un peu libertaire» et critique «sur un mode humoristique la société de consommation». «La religion aussi en prend pour son grade, mais il ne s'agit pas d'inciter à la violence», estime-t-il.

«Oui, le langage est cru» mais «il n'y a pas de représentation de sexe, juste une activité sexuelle», le ton est celui «du grotesque, déjanté et permet de prendre de la distance».

Le tribunal rendra sa décision mercredi.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer