Hollywood s'inquiète de l'ascension du streaming

Aaron Paul, Michelle Monaghan et Hugh Dancy à... (PHOTO AFP)

Agrandir

Aaron Paul, Michelle Monaghan et Hugh Dancy à la première de The Path, une ambitieuse production aux accents fantastiques sur le pouvoir de destruction des sectes.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frankie Taggart
Agence France-Presse
Los Angeles

Les diffuseurs traditionnels d'Hollywood n'en finissent plus de voir leur modèle menacé par l'ascension des groupes de streaming, qui bousculent le secteur avec des abonnements à prix sabrés pour des programmes haut-de-gamme à la maison.

Tandis que les chaînes câblées payantes continuent à facturer plus de 50 $ par mois pour l'accès à leur paquets de programmes haut-de-gamme, y compris la diffusion à la demande d'un grand nombre de films ou de séries, Netflix, Hulu et Amazon proposent pour quelque 8 $ par mois des séries ou films de grande qualité.

Les chaînes du câble «premium» sont peut-être encore reines pour la diversité de leurs offres de productions maison, notamment HBO (Game of Thrones, Girls, True Detective...), Showtime (Homeland, The Affair) ou encore AMC (Mad Men, Breaking Bad, The Walking Dead...).

Mais les poids lourds du streaming (en flux sans téléchargement) leur font de plus en plus d'ombre: les séries de Netflix comme House of Cards et Orange is the New Black ou d'Amazon (Transparent, Mozart in the Jungle) ont été plébiscitées par le public, la critique, et ont reçu une pluie d'Emmy Awards ou de Golden Globes.

Quant à Hulu, il passe aussi à l'offensive avec notamment le lancement d'ici quelques jours de The Path, une ambitieuse production aux accents fantastiques avec Aaron Paul et Michelle Monaghan, sur le pouvoir de destruction des sectes.

La firme américaine de services de paiements Vindicia vient de publier les résultats d'une enquête sur 1000 Américains qui souscrivent à au moins un service de programmes par abonnement: 45% ont cité les services de vidéo en streaming comme HBO Now, Netflix et Hulu comme les plus importants pour eux, et plus de la moitié des 20-39 ans, les fameux «millenials» courtisés par les annonceurs, les utilisent.

Une autre étude menée par le cabinet de conseil LEK diffusée en janvier montrait une tendance similaire en Grande-Bretagne.

Cinéma à la maison

«Dans ce monde de plus en plus à la demande, la qualité des programmes sera plus importante que jamais» et «le niveau élevé d'investissement dans les contenus originaux de Netflix et Amazon illustre cette dynamique», a souligné l'étude de LEK.

Les nouveaux diffuseurs internet offrent en outre aux créatifs d'Hollywood une grande liberté artistique, comme chez les géants du câble, face aux chaînes hertziennes plus conservatrices.

Hulu «nous a laissés pousser les limites, prendre notre temps et laisser le récit respirer», s'est réjouie Jessica Goldberg, créatrice de The Path, interrogée par l'AFP.

La révolution du streaming crispe aussi les cinémas. Après le lancement par Netflix et Amazon de films au générique prestigieux comme Beasts of No Nation ou Chi-raq, de Spike Lee, diffusés simultanément en salles et en streaming, un nouveau projet fait grincer des dents.

Intitulé Screening Room et mené par Sean Parker, qui a déjà torpillé l'industrie musicale en créant le site de partage de musique en ligne Napster, il veut rivaliser directement avec les exploitants en offrant des films en première exclusivité à la maison.

Avec l'achat requis d'un boîtier pour 150 $ et de chaque titre pour 50 $ pièce, il est a priori bien plus coûteux qu'un billet de cinéma, mais peut être rentabilisé pour un groupe d'amis, et revient moins cher qu'une gardienne pour les parents qui veulent s'offrir une sortie.

D'après la proposition, les exploitants de salles et les studios récolteraient jusqu'à 20 $ sur les 50 facturés par film.

Le service compte parmi ses partisans des réalisateurs prestigieux comme Martin Scorsese, Steven Spielberg et Peter Jackson, qui a souligné dans une déclaration au magazine Variety que Screening Room était conçu pour «un public qui ne va pas actuellement au cinéma».

L'association américaine des exploitants (NATO) et celle des salles d'arts et d'essai Art House Convergence ne l'entendent pas de cette oreille, sonnant l'alerte face à une «dévaluation» de l'expérience en salles et un «embrasement du piratage».

Chaque innovation dans l'audiovisuel, de la cassette vidéo au DVD en passant par l'internet haute vitesse, suscite une levée de boucliers et des sombres présages sur la mort du cinéma.

Pour autant le public des salles de cinéma est resté quasi stable sur 50 ans tandis que le box-office nord-américain se maintient autour de 10-11 milliards de dollars depuis 2009.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer