Obsèques laïques pour le cinéaste Andrzej Zulawski

L'actrice Sophie Marceau (au centre, avec une écharpe...

Agrandir

L'actrice Sophie Marceau (au centre, avec une écharpe rouge), ex-épouse du cinéaste Andrzej Zulawski, était présente aux obsèques.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GORA KALWARIA

Les obsèques du cinéaste polonais Andrzej Zulawski, mort la semaine dernière des suites d'un cancer à l'âge de 75 ans, ont eu lieu lundi près de Varsovie, au cours d'une cérémonie laïque et intime, a constaté un journaliste de l'AFP.

La cérémonie a eu lieu au cimetière catholique de Gora Kalwaria, à 30 km au sud de Varsovie, en présence de quelques dizaines de ses proches dont son ex-épouse, l'actrice française Sophie Marceau.

L'urne contenant ses cendres a été déposée dans la tombe familiale où repose son père, l'écrivain polonais Miroslaw Zulawski.

Réalisateur, scénariste, écrivain, Andrzej Zulawski a passé une grande partie de sa vie en France. Novateur et controversé, il laisse derrière lui une quinzaine de films marquants dont L'important c'est d'aimer avec Romy Schneider et Jacques Dutronc, L'amour braque selon L'idiot de Dostoïevski, ou encore La troisième partie de la nuit avec Romy Schneider et Klaus Kinski.

Il en a tourné certains avec Sophie Marceau, sa femme jusqu'en 2001, tels Mes nuits sont plus belles que vos jours, La note bleue et La fidélité.

«Je crois que le silence est le meilleur mot pour exprimer le chagrin. Je voudrais qu'on retienne de lui la liberté d'expression, la liberté et le courage de dire et faire ce qu'on a envie de faire dans la vie», a déclaré lundi à l'AFP son fils ainé, Xawery Zulawski.

«On verra s'il restera un exemple, je n'en ai aucune idée pour le moment. J'espère que les jeunes gens vont revoir ses films ou les voir pour la première fois», a-t-il ajouté.

Né en 1940 à Lwow, ville polonaise avant la Seconde Guerre mondiale (aujourd'hui Lviv en Ukraine occidentale), Andrzej Zulawski était parti enfant pour la France où son père représentait la Pologne à l'Unesco. À Paris, il a fait des études de cinéma à l'Idhec, puis de sciences politiques à la Sorbonne.

Son dernier film, Cosmos, adaptation du roman de Witold Gombrowicz, tourné en 2015, a été primé au festival du film de Locarno.

La mort du cinéaste a suscité de nombreuses réactions. La ministre française de la Culture Audrey Azoulay a salué «un grand ami de la France», évoquant «l'univers à la fois éclatant et très sombre, déchiré et déchirant» du cinéaste disparu.

Pour l'acteur polonais Daniel Olbrychski, présent lundi à aux obsèques du réalisateur, «Zulawski de son vivant n'a pas été apprécié à sa juste valeur en Pologne».

«Andrzej, mon ami pendant 52 ans, a fait partie des artistes les plus originaux, les plus créatifs et les plus intéressants qui existent (...) Il sera de mieux en mieux apprécié avec le temps», a-t-il dit à l'AFP.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer