La génération Harry Potter rend hommage à Alan Rickman

Certains ont déposé des fleurs, d'autres un petit mot. À Londres, devant le... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Edouard Guihaire
Agence France-Presse
Londres

Certains ont déposé des fleurs, d'autres un petit mot. À Londres, devant le mythique «quai 9 3/4» d'où part le Poudlard Express, des fans rendaient hommage à l'acteur Alan Rickman, célèbre professeur Rogue de la saga Harry Potter, mort à 69 ans d'un cancer.

Spécialiste des rôles de méchant, Alan Rickman s'est éteint «entouré» de ses proches, a annoncé jeudi sa famille dans un communiqué.

L'acteur britannique, qui s'était fait connaître dans le film Die Hard (1988), avait atteint une notoriété mondiale et conquis le coeur des fans d'Harry Potter grâce à la justesse de son interprétation de Severus Rogue, sombre et énigmatique professeur à l'école de magie de Poudlard.

«Personne n'aurait pu l'incarner aussi bien que lui. Severus Rogue, c'était Alan Rickman, et Alan Rickman, c'était Severus Rogue», a estimé Sarah Winfield, 25 ans, à la gare de King's Cross, où un «quai 9 3/4», inspiré des livres de J.K. Rowling, attire quotidiennement des dizaines de touristes.

Vendredi, de nombreux fans y avaient déposé qui des messages d'adieu, qui des bouquets de fleurs.

«Alan Rickman, RIP (repose en paix, ndlr) professeur Rogue. Nous nous souviendrons de toi pour l'éternité», pouvait-on lire sur un mot accroché au mur, tandis que l'auteur d'une lettre noyée au milieu des fleurs regrettait la disparition d'un «astre scintillant».

«Tu avais compris Severus plus que quiconque et c'est une partie de lui qui meurt avec toi», dit le texte.

Décalage générationnel oblige, la mort de l'acteur était pour certains fans parfois plus marquante que celle, aussi d'un cancer, dimanche à l'âge de 69 ans du chanteur britannique David Bowie.

«David Bowie, c'était la génération d'avant, je n'écoutais pas sa musique», a expliqué Sarah Winfield. «La mort d'Alan Rickman, dont je me sentais plus proche, m'a fait plus de peine, a-t-elle dit.

Bowie, Rickman: «une semaine à pleurer»

«Pour moi, c'était juste une semaine à pleurer. Bowie, Rickman, ce sont des idoles pour moi», a de son côté confié Raquel Velho, une étudiante brésilienne de 25 ans, après avoir déposé un bouquet de jonquilles devant le «quai 9 3/4».

Alan Rickman «était parfait» dans son interprétation du professeur Rogue, dont il avait capté la complexité et «l'antagonisme», a ajouté, les larmes aux yeux, cette passionnée «acharnée» d'Harry Potter.

Les hommages affluaient également sur les réseaux sociaux, et des fans du monde entier, de Marielle aux Philippines à Umar au Pakistan en passant par Samantha aux États-Unis, «levaient leurs baguettes magiques» pour dire adieu à Alan Rickman.

Même déferlante de messages sur les forums des sites internet consacrés à Harry Potter. «J'ai appris la nouvelle au boulot, par le message d'une copine... J'ai pas de mots... Bowie y'a quelques jours, lui derrière... Tous les deux à 69 ans, tous les deux d'un cancer... Bref, 2016 je t'aime pas», écrit Chloé, alias «Ashtray-Girl», sur Forumharrypotter.org.

Comédien shakespearien diplômé de la prestigieuse école de théâtre londonienne Rada, Alan Rickman était également réalisateur et metteur en scène.

Dans le registre des vilains, il a également interprété le shérif de Nottingham dans Robin des Bois, prince des voleurs en 1991, face à Kevin Costner, pour lequel il remporta un Bafta du meilleur second rôle.

Dans un autre genre, plus léger, il s'est fait remarquer en 2003 dans la comédie romantique de Richard Curtis Love Actually, dans laquelle il incarnait l'époux volage, puis repentant, d'Emma Thomson.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer