Kit Harington, vedette du prochain Dolan

L'acteur Kit Harington dans une scène de Pompéi.... (Photo fournie par Tristar Pictures)

Agrandir

L'acteur Kit Harington dans une scène de Pompéi.

Photo fournie par Tristar Pictures

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La star de Game of Thrones sera la tête d'affiche de The Death and Life of John F. Donovan, le premier film anglophone du réalisateur de Mommy.

Kit Harington, le sombre Jon Snow de la populaire série télévisée Game of Thrones, sera la vedette de The Death and Life of John F. Donovan, premier film anglophone de Xavier Dolan.

La nouvelle a été divulguée tard jeudi par le site américain Deadline.com. Dans ce drame satirique sur la célébrité, l'acteur jouera le rôle d'une star de cinéma dont la carrière sera sérieusement compromise par de fausses accusations. Sa vie est pour ainsi dire détruite le jour où la rédactrice en chef d'un magazine à potins laisse entendre le pire en dévoilant une correspondance virtuelle entre l'homme et un jeune garçon britannique âgé de 11 ans.

Il était déjà confirmé que Jessica Chastain allait prêter ses traits à la journaliste. Le cinéaste québécois a fait parvenir son scénario à l'actrice après que cette dernière eût fait part de son enthousiasme pour Mommy sur Twitter pendant le Festival de Cannes.

L'interprète du troisième personnage principal de l'histoire - le garçon anglais - reste à trouver, mais le réalisateur précise que d'autres annonces seront bientôt faites au chapitre de la distribution d'un film qui comporte de nombreux rôles de soutien.

Coup de foudre

Au cours d'un entretien exclusif accordé hier à La Presse, Xavier Dolan était évidemment ravi d'avoir enfin trouvé son John F. Donovan. Un petit clip vidéo mis en ligne sur son compte Instagram donnait en outre la mesure de la joie qu'il a ressentie quand la confirmation est tombée il y a quelques jours.

«J'ai écrit ce scénario en collaboration avec Jacob Tierney il y a maintenant plus de deux ans, rappelait-il. Nous avions un acteur en tête au moment de l'écriture. Mais ça n'a pas fonctionné. Il fallait impérativement un acteur qui accepte de s'investir totalement. À vrai dire, c'est la première fois que j'écris pour un homme un rôle aussi complexe, aussi riche que ceux que j'ai pu écrire pour Anne Dorval ou Suzanne Clément.

«Puis, poursuit-il en riant, j'ai regardé dans un avion Pompéi sur mute. J'ai vu Kit en me disant: ben voyons donc! Quel visage intéressant! J'ai tout de suite aimé l'énergie qu'il dégageait. Grâce à Game of Thrones, Kit est déjà une star, mais le contexte est quand même plus particulier, dans la mesure où il est caché par ben du poil! Pour John F. Donovan, c'était parfait, car il ne fallait pas non plus quelqu'un dont la célébrité est déjà trop identifiée aux yeux du public. Kit et moi avons skypé ensemble. On s'est rencontrés. Nous avons plus parlé de nos vies que du projet. Nos goûts musicaux respectifs, nos goûts vestimentaires, etc. Tout cliquait. Je lui ai dit que je n'avais même pas envie de réfléchir, que je savais d'instinct qu'il était parfait pour le rôle. Ce fut pareil de son côté. Ça s'est réglé vite.»

Un tournage de plusieurs mois

The Death and Life of John F. Donovan devrait entrer en production au cours du printemps ou de l'été prochain.

«C'est une production compliquée sur le plan logistique, car nous tournerons à Montréal, New York, Los Angeles, Londres et dans une ville d'Europe de l'Est, indique le cinéaste. Il faudra aussi coordonner les disponibilités des nombreux acteurs en présence. Nous prévoyons environ 75 ou 80 jours de tournage, étalés sur une longue période. Plusieurs mois, même!»

L'année qui s'achève marque assurément un tournant dans la carrière de Xavier Dolan. Le cinéaste a senti le vent tourner dès l'obtention du prix du jury au Festival de Cannes. Cela dit, la sélection de Mommy au prestigieux festival de Telluride, qui a eu lieu à la fin du mois d'août, a aussi été significative.

«C'est à Telluride que j'ai rencontré mon nouvel agent américain, fait-il remarquer. Et depuis, ça va très vite! J'ai eu la chance de discuter avec plein de gens intéressants. À Los Angeles, je rencontre aussi beaucoup de membres de différentes associations professionnelles, à la faveur de projections de Mommy auxquelles ils assistent. C'est très stimulant.»

Le cinéaste compte d'ailleurs jouer à fond le jeu des remises de prix. Et se faire connaître auprès des membres de l'Académie. Cela dit, rien n'est encore joué. La liste des neuf demi-finalistes retenus pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, où Mommy est en lice, ne sera connue qu'à la fin du mois.

«Il est bien certain que je souhaite de tout coeur être de la course, dit-il. Mais si jamais ça n'arrive pas, je rentre et je me consacre alors à mes autres projets.»

Et si, un jour, Hollywood lui ouvrait toutes grandes ses portes et lui offrait la réalisation d'une superproduction? Le prochain volet de Star Wars, par exemple?

«J'accepte! Ça, c'est sûr, sûr, sûr, sûr!»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer