Les vedettes du cinéma français devront limiter leurs cachets

Dany Boon et Diane Kruger dans Un plan... (PHOTO FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE)

Agrandir

Dany Boon et Diane Kruger dans Un plan parfait. L'acteur a été la personnalité la mieux payée en 2012 et en 2013.

PHOTO FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédérique PRIS
Agence France-Presse
PARIS

Les vedettes du cinéma français vont devoir revoir à la baisse leurs cachets si leurs films veulent avoir accès aux aides publiques, une décision généralement bien accueillie par le milieu, après le coup de gueule du producteur de La vie d'Adèle il y a deux ans.

Cette mesure prouve «la responsabilité dont la profession entend faire preuve dans la maîtrise des coûts, en fixant pour la première fois des plafonds de rémunération des talents» pour avoir droit aux aides du CNC, estime Frédéric Goldsmith, délégué général de l'Association des producteurs de cinéma (APC).

Le Centre national du cinéma (CNC), un établissement public, a décidé lors de son dernier conseil d'administration de limiter l'accès à ses aides en cas de «coût artistique disproportionné», une information révélée par Les Échos.

Cette décision a été prise sur la base des propositions formulées lors d'assises organisées par la profession, en réaction à une tribune sanglante du distributeur et producteur Vincent Maraval. En décembre 2012, celui-ci avait dénoncé dans Le Monde les cachets excessifs de vedettes du cinéma, y compris lorsque le film était un échec commercial.

Les regards s'étaient notamment tournés vers Dany Boon, personnalité la mieux payée en 2012 (comme en 2013), malgré la déception de la comédie Un plan parfait, selon le classement annuel du Figaro.

La rémunération maximale d'un acteur, réalisateur ou scénariste dans un film dont le budget est inférieur à 4 millions d'euros, ne pourra pas dépasser 15 % du coût de production, si le film veut prétendre aux aides du CNC. Et 8 % des coûts de production pour les budgets compris entre 4 et 7 millions d'euros.

Pour un budget compris entre 7 et 10 millions d'euros, un nouveau plafond de 5 % s'ajoutera à la dernière tranche. La rémunération maximum est fixée à 990 000 euros (près de 1,4 million de dollars), y compris pour les films dotés d'un budget supérieur à 10 millions.

Ce plafond s'entend par personne et non par fonction: si un acteur assure également le scénario et/ou la réalisation, les plafonds restent les mêmes, ils ne se cumulent pas.

Mieux récompenser le succès

«Soyons clairs, ce n'est pas une mesure visant à plafonner les rémunérations des vedettes. On ne peut pas interdire à une personne, en France, de gagner plus qu'une certaine somme», précise M. Goldsmith à l'AFP. Mais le film devra alors se passer des aides publiques.

C'est «une annonce importante car énormément de films ont recours au soutien du CNC et cela va en outre servir d'étayage», ajoute-t-il.

Au-delà de cette mesure, qui est «la plus emblématique», le producteur et président de l'APC, Marc Missionnier, souligne l'aspect positif d'autres décisions du CNC qui devraient entrer en vigueur en 2015.

Ces mesures prévoient notamment une plus grande transparence des coûts et recettes d'un film, notamment avec l'obligation d'information de tous les professionnels (producteurs, coproducteurs, auteurs, distributeurs) sur l'amortissement du film. Le CNC devrait voir aussi ses pouvoirs accrus en matière d'audit des comptes.

Le président de l'APC se félicite également que le succès soit mieux récompensé, avec le relèvement des montants versés par le CNC aux producteurs, au titre du soutien aux films qui réalisent entre 500 000 et 1,5 million d'entrées.

Sans surprise, les agents d'acteurs, souvent rémunérés en fonction des cachets de leurs clients, font en revanche la grimace.

Elisabeth Tanner, présidente du syndicat des agents artistiques, salue la volonté de transparence mais regrette les mesures sur la maîtrise des coûts. «Un film, c'est un prototype. Chacun a son histoire. Les nouvelles règles ne seront pas justifiées dans tous les cas», déclare-t-elle au Monde. «Mais on fera avec, parce qu'on n'a pas le choix».

«Ce qu'ils [les agents] peuvent perdre en raison de cachets moindres, ils peuvent le gagner par un intéressement accru aux recettes», dont la transparence sera renforcée grâce aux mesures du CNC, tempère Marc Missionnier.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer