Interstellar, ode à la reprise de la conquête spatiale

Matthew McConaughey, Anne Hathaway et David Gyasi dans Interstellar... (Photo: fournie par Paramount Pictures)

Agrandir

Matthew McConaughey, Anne Hathaway et David Gyasi dans Interstellar de Christopher Nolan.

Photo: fournie par Paramount Pictures

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique Dupont
Agence France-Presse
Los Angeles

Quelques jours après l'explosion d'une fusée qui devait ravitailler la Station spatiale internationale sort Interstellar, une ode à la conquête de l'espace réalisée par Christopher Nolan et portée par Matthew McConaughey.

«Avant on regardait vers le ciel et on se demandait où était notre place au milieu de toutes ces étoiles. Aujourd'hui, on regarde par terre et on se demande quelle est notre place dans toute cette poussière», constate Cooper, le personnage principal du film, joué par un Matthew McConaughey magnétique.

Cooper est ancien pilote de navettes devenu agriculteur. Il a renoncé à son rêve d'exploration spatiale à cause d'une crise agricole sur Terre, en proie à des tempêtes de poussière qui ravagent les cultures.

Avec sa fille Murph (jouée enfant par Mckenzie Foy et adulte par Jessica Chastain), Cooper découvre par hasard un laboratoire sous-terrain de la Nasa qui prépare secrètement une mission d'exploration spatiale dirigée par le professeur Brand (Michael Caine).

Il accepte de reprendre du service et de mener la mission pour trouver un nouvel habitat pour les Humains dans l'espace, mais il réalise rapidement qu'il est pris au piège de la relativité: une heure intergalactique équivaut à sept années sur terre, et il risque de ne jamais revoir sa fille vivante.

«C'est un film sur le fait d'être père et sur la difficulté de quitter ses enfants», explique Christopher Nolan lors d'une conférence de presse à Los Angeles.

Inévitable pour le genre humain

Le réalisateur d'une trilogie sur Batman précise qu'il a lui aussi une fille, Flora, dont la mère Emma Thomas est la productrice d'Interstellar, tourné notamment au Canada et en Islande.

«L'idée était aussi de faire un film sur ce qui me semble inévitable pour le genre humain, à savoir le moment où nous devrons quitter la planète et trouver un autre endroit dans l'univers», ajoute le cinéaste révélé par Memento (2000) et Insomnia (2002).

Mardi, l'explosion de la fusée Antares de la société américaine Orbital Sciences, transportant une capsule non habitée destinée à ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), mettait de nouveau en lumière les risques liés à l'exploration spatiale.

«On me demande fréquemment si ça vaut la peine d'investir dans les voyages spatiaux vu les problèmes que nous avons sur Terre. Je pense que c'est un mauvais choix. Nous devons continuer à explorer l'univers, et j'espère qu'on ira plus loin de mon vivant», insiste le réalisateur de 44 ans.

Visuellement, Interstellar est aussi spectaculaire et inventif que les précédents de Nolan, notamment Inception, qui explorait le monde des rêves.

Interstellar a la particularité d'avoir été tourné sur pellicule, car Nolan est un ardent défenseur du film argentique, alors que le numérique est devenu la norme dans l'industrie, surtout pour les grosses productions à effets spéciaux.

Le film puise dans les codes du cinéma de science-fiction, avec un robot à l'humour sarcastique, mi-R2D2 mi-2001: l'Odyssée de l'espace, et des dérives spatiales façon Gravity. La signature de Nolan reste son jeu, avec les quatrième dimensions en particulier.

Plus encore que l'aventure spatiale, c'est surtout la course contre la montre de Cooper pour retrouver ses enfants qui tient le spectateur en haleine pendant deux heures cinquante.

«On comprend souvent mieux sa famille, son pays et soi-même quand on part loin», remarque Matthew McConaughey, Oscar du meilleur acteur 2014, qui ironise en disant que ça serait sans doute difficile de se retrouver coincé dans une navette avec lui.

Anne Hathaway, qui joue une scientifique de l'équipe spatiale, le contredit en plaisantant: «Matthew réfléchit beaucoup donc on aurait de bonnes conversation, il a de l'humour et il est très bosseur donc il prendrait sa part de corvées».

À l'approche de la saison des Oscars, Interstellar, qui bénéficie de 70% de critiques favorables sur le site Rottentomatoes.com, fait naturellement parler de lui.

Pour Indiewire.com, «le cinéaste n'a jamais été sélectionné meilleur réalisateur, donc il serait logique qu'il reçoive à présent cette reconnaissance» aux Oscars.

Plus mitigé, The Wrap estime que le film représente «le meilleur et le pire du cinéma de Nolan».

Interstellaire

Cote La Presse

Après avoir découvert un trou de ver près de Saturne, des astronautes se lancent dans une expédition risquée, à la recherche d'une planète habitable...
Fiche du film
Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer