Prix collégial du cinéma québécois: une troisième édition

Le démantèlement de Sébastien Pilote... (Photo: Bertrand Calmeau)

Agrandir

Le démantèlement de Sébastien Pilote

Photo: Bertrand Calmeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les longs métrages Le démantèlement de Sébastien Pilote, Gabrielle de Louise Archambault, Diego Star de Frédérick Pelletier, Le météore de François Delisle et Vic + Flo ont vu un ours de Denis Côté sont les cinq finalistes de la troisième édition du Prix collégial du cinéma québécois.

L'événement, auquel participeront quelque 600 étudiants de 39 cégeps, a pour but d'inciter le jeune public à s'intéresser davantage au 7e art d'ici par l'entremise de cet autre prix dans la constellation cinéma.

Marraine de l'événement depuis le début, la comédienne et cinéaste Micheline Lanctôt préfère parler du «plus grand coup de coeur» des jeunes plutôt que du «meilleur film» pour évoquer l'oeuvre gagnante.

«Les participants définissent le film qui leur parle le plus. Celui avec lequel ils sentent un attachement spécial, dit-elle en entrevue. Si on leur demande de désigner le meilleur film, c'est probable qu'ils vont aller avec le consensus, vers un film qui amasse de bonnes critiques, etc.»

Justement, au cours des deux premières années de l'événement, les cégépiens n'ont pas choisi les films les plus populaires ou qui ont fait les plus gros box-offices. Ce qui fait écho à la réflexion de Mme Lanctôt. Ils ont retenu En terrains connus de Stéphane Lafleur en 2012 et Laurence Anyways de Xavier Dolan l'an dernier.

Chez les finalistes de cette année, c'était bien sûr la joie hier. «Je suis très content. Ce fut une année (2013) exceptionnelle pour le cinéma québécois avec de beaux titres, dit Frédérick Pelletier. Le fait d'être parmi les finalistes est une belle surprise. Les participants vont maintenant voir le film, ce qui est toujours important pour le développement des publics.»

«Je suis à la fois honorée et excitée, affirme pour sa part Louise Archambault. C'est fabuleux d'avoir créé ce prix des collégiens pour le cinéma québécois, d'ouvrir cette brèche, d'avoir accès à ce public ouvert, curieux et jeune.»

«C'est fantastique! On ne peut pas refuser ça, lance de son côté le réalisateur François Delisle. C'est un honneur de savoir que le film sera vu aussi intensivement. Et tout ce que je veux est que les gens réagissent.»

Une présélection des cinq films soumis a été faite par une équipe de spécialistes du cinéma québécois, à savoir Manon Dumais de Voir, Mario Fortin du Cinéma Beaubien, François Lévesque du quotidien Le Devoir, Ségolène Roederer de Cinéma Québec et Pierre Pageau, historien et critique.

Le prix sera attribué le 22 mars prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer