Denis Villeneuve: retour sur 25 ans de cinéma

Le réalisateur Denis Villeneuve, en novembre 2017... (Photo Danny Moloshok, archives Reuters)

Agrandir

Le réalisateur Denis Villeneuve, en novembre 2017

Photo Danny Moloshok, archives Reuters

De ses années d'université jusqu'à Blade Runner 2049, Denis Villeneuve a raconté sa vision de cinéaste en truffant son récit d'anecdotes, lors d'une leçon de cinéma donnée hier dans le cadre des Rendez-vous Québec Cinéma.

Le réalisateur Denis Villeneuve, en novembre 2017... (Photo Tara Ziemba, archives Agence France-Presse) - image 1.0

Agrandir

Le réalisateur Denis Villeneuve, en novembre 2017

Photo Tara Ziemba, archives Agence France-Presse

Denis Villeneuve (à droite) dirige Ryan Gosling et Harrison Ford... (Photo fournie par Alcon Entertainment) - image 1.1

Agrandir

Denis Villeneuve (à droite) dirige Ryan Gosling et Harrison Ford dans Blade Runner 2049.

Photo fournie par Alcon Entertainment

Au départ, il s'attendait à une «leçon de cinéma» de nature intime, à laquelle assisteraient peut-être 80 ou 200 personnes. La demande a été si forte que Denis Villeneuve a finalement foulé hier la scène du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, rempli à craquer (plus de 1400 places!), pour répondre devant le public aux questions de l'animatrice Marie-Louise Arsenault, une ancienne comparse d'université.

Pendant 90 minutes, au cours desquelles des extraits de films ont aussi été projetés, le réalisateur de Blade Runner 2049 s'est exprimé sur son art, visiblement ravi de renouer avec un public qui le suit depuis maintenant plus de 25 ans.

«J'ai un peu le sentiment d'être un imposteur aux Rendez-vous, a-t-il pourtant déclaré. Suis-je un cinéaste québécois quand je tourne un film américain? À part Polytechnique, aucun de mes films n'est ancré dans la seule réalité québécoise. Je crois que j'ai une pudeur à parler de choses qui me sont proches. Je vois ma carrière comme un long voyage pour revenir un jour ici. Moi qui suis arrivé à Hollywood par accident - Incendies s'est retrouvé aux Oscars -, je dois avouer qu'étrangement, je me sens chez moi là-bas. Leur système n'est pas parfait, mais il comporte assurément des qualités.»

Un auteur de cinéma

Pendant la conversation, Denis Villeneuve y est allé de plusieurs anecdotes, survenues à différentes époques. Ainsi, il a raconté comment, à l'adolescence, il avait un comportement «semi autiste» alors qu'il passait ses journées à dessiner des planches en vue d'élaborer des histoires de films, plutôt que d'aller jouer au hockey comme tous les petits gars du village.

«J'ai commencé à être heureux quand je suis arrivé à Montréal pour étudier le cinéma à l'UQAM. J'y ai rencontré des gens qui parlaient le même langage que moi!»

Il a aussi rappelé à quel point sa participation à l'émission La course Europe-Asie avait été formatrice, et il est aussi revenu sur ses sept années d'absence au cours des années 2000.

«Après Maelström, j'ai eu l'impression de ne pas savoir comment faire. J'ai ressenti le besoin de faire une pause. J'avais évidemment l'ambition de devenir un auteur de cinéma, mais je me suis rendu compte que j'avais besoin d'aide pour écrire.»

«J'ai refait mes classes. Avec Incendies, j'ai enfin essayé de raconter une histoire comme du monde, grâce à la pièce de Wajdi Mouawad!», dit-il.

Le réalisateur a aussi dû apprendre comment travailler avec les acteurs. Très jeune, il avait déjà eu l'occasion d'observer du fond d'une salle les répétitions d'une pièce que mettait en scène René Richard Cyr. «Je recommande ça à tous les réalisateurs!», dit-il. Enemy, dont la vedette est Jake Gyllenhaal, a aussi représenté un tournant à cet égard.

«L'idée principale était de créer un espace de jeu, une sorte de laboratoire, a-t-il expliqué. Jake a accepté car il était dans le même état d'esprit que moi. Après quelques déceptions hollywoodiennes, il avait besoin d'un projet comme celui-là. Au bout de huit semaines, le producteur du film nous a dit qu'il nous faisait confiance, mais qu'il n'avait aucune idée de ce qu'on avait fait!»

Des rapports simples avec les stars

L'une des grandes différences entre Québec et Hollywood réside dans la dynamique du pouvoir. Chez nous, le cinéaste est roi et maître. À Hollywood, ce sont surtout les acteurs vedettes qui tiennent le gros bout du bâton. La réputation de Denis Villeneuve - et la latitude que lui laissent ses producteurs - fait en sorte qu'il bénéficie d'une grande marge de manoeuvre sur le plan artistique.

«Étant beaucoup mieux payés qu'au Québec, les acteurs hollywoodiens peuvent se concentrer sur une seule chose à la fois. Benicio Del Toro exige qu'un temps de préparation soit inclus dans son contrat.» 

«Pour ce qui est des entourages des vedettes, de leurs exigences, je n'en ai pas vraiment conscience. C'est davantage la production qui s'occupe de ce genre de choses. De mon côté, j'ai des rapports très simples avec elles.»

Denis Villeneuve a par ailleurs raconté que la fameuse scène du passage de la frontière dans Sicario a été tournée sans permission, grâce à un pilote d'hélicoptère qui a décidé de survoler le territoire en... fermant sa radio!

«Dans la fabrication d'un film, il y a toujours cette idée d'aller voler quelque chose sans permission», a commenté le cinéaste.

Opération... Queensboro!

Le réalisateur de Prisoners a tenu à rendre hommage à certains artisans québécois qui ont jalonné sa route, notamment André Turpin, le directeur photo avec qui il a tourné trois films, parmi lesquels Incendies. «André est un artiste à part. Il est l'un de ceux qui m'a le plus inspiré dans la vie», a-t-il déclaré avant d'évoquer le lien très intime qui s'établit entre un cinéaste et son directeur photo. Roger Deakins, qui a aussi signé les images de trois de ses films (dont Blade Runner 2049), est également l'un de ceux avec qui il entretient une relation très féconde.

Parlant de Blade Runner 2049, en lice pour cinq Oscars dimanche prochain, Denis Villeneuve affirme n'avoir aucun regret, bien conscient du privilège qu'il a eu en tournant ce qu'un producteur lui a décrit comme étant le film d'art et d'essai le plus cher jamais réalisé dans l'histoire du cinéma. Il a aussi raconté comment s'était faite la proposition.

«Je tournais Sicario et l'un des producteurs m'a donné rendez-vous en me disant que cette rencontre devait rester ultra-secrète et n'être mise au courant de personne. Dans un café au beau milieu du désert, on m'a remis une enveloppe sur laquelle était écrit le titre "Queensboro", un titre évidemment bidon. À l'intérieur, il y avait le scénario de Blade Runner 2049. Blade Runner étant l'un de mes films favoris, j'en ai été ému aux larmes. J'étais terrorisé, mais je sentais que je pouvais savoir comment le faire. Comme je savais aussi que ce projet se ferait de toute façon, du haut de mon arrogance, je ne pouvais concevoir que quelqu'un d'autre le fasse et que ça foire ! J'ai accepté de le réaliser, même si ce projet était à haut risque!»

Tenant à prendre maintenant un peu de recul, Denis Villeneuve travaille présentement à mettre sur pied Dune.

«Je prends un seul projet à la fois, a-t-il conclu. Dune me prendra deux ans de ma vie. Comme le projet est de faire deux films, il risque de m'en prendre quatre!»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer