À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      Mostra: un Sud-Coréen et un Américain favoris

      Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk à Venise.... (Photo Tiziana Fabi, AFP)

      Agrandir

      Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk à Venise.

      Photo Tiziana Fabi, AFP

      Partager

      Gildas Le Roux
      Agence France-Presse
      Venise

      Pieta du Sud-Coréen Kim Ki-duk et The Master de l'Américain Paul Thomas Anderson sont au coude à coude dans la course au Lion d'or, qui sera décerné samedi soir sur le Lido de Venise, si l'on en croit les pronostics de la presse italienne.

      Selon le quotidien La Repubblica, «Pieta, le film-choc de la Mostra, a conquis les festivaliers, qui ont réservé une avalanche d'applaudissements à cette histoire extrême de personnages tiraillés entre vendetta et compassion».

      Kim Ki-duk n'en serait pas à son coup d'essai puisque le cinéaste de 51 ans, un habitué des festivals européens, a déjà remporté à Venise en 2004 le Lion d'argent du meilleur réalisateur pour Bin-jip.

      Le réalisateur, qui dénonce dans son film le pouvoir omniprésent de l'argent, est aussi en tête du classement réalisé par la bible des festivaliers, le quotidien gratuit Venezia News, consulté fébrilement chaque matin pour prendre la température de la journée.

      Selon ce classement réalisé à partir des jugements de 23 critiques qui attribuent à chaque film en compétition de 1 à 5 étoiles, c'est encore Pieta qui remporte la palme (ou plutôt le lion!), devançant d'une courte tête The Master de Paul Thomas Anderson.

      Ce film inspiré de la vie du fondateur de l'église de scientologie Ron Hubbard, de forme plus classique, a aussi largement séduit la Mostra, mais en cas d'échec il pourrait toutefois repartir avec le Prix du meilleur acteur pour la prestation bluffante de Joaquin Phoenix.

      Le comédien américain, qui incarne un vétéran de la Seconde Guerre Mondiale alcoolique complètement à la dérive, dégage une aura inquiétante et fascinante.

      Il lui faudra toutefois compter avec l'acteur italien Toni Servillo (le Giulio Andreotti du Divo de Paolo Sorrentino), qui interprète un père sicilien accablé par le destin dans E stato il figlio de Daniele Cipri.

      Pour le prix de la meilleure actrice, aucun nom ne semble sortir pour l'instant du lot... la course est donc encore très ouverte.

      En revanche, pour le Lion d'or, outre Pieta et The Master, un outsider pourrait être le surprenant Paradies: Glaube (Paradis: foi), de l'Autrichien Ulrich Seidl. Ce coup de poing dans le ventre au parfum de scandale sur le sexe et la religion a beaucoup fait jaser sur le Lido.

      Deux autres films pourraient participer au sprint final: To the Wonder, le poème élégiaque de Terrence Malick sur les tourments amoureux, et Après Mai, l'hommage du français Olivier Assayas aux turbulentes et créatives années 70, qui a beaucoup plu, en particulier aux critiques italiens.

      Comme toujours, ces pronostics relèvent de la spéculation la plus pure, puisque le dernier mot reviendra au jury présidé cette année par Michael Mann et entouré du plus grand secret.

      Pour départager les vainqueurs, le réalisateur américain est entouré notamment de l'actrice et mannequin française Laetitia Casta, du cinéaste italien Matteo Garrone et de l'actrice britannique Samantha Norton. Verdict samedi soir.

      Partager

      publicité

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      publicité

      Autres contenus populaires

      image title
      Fermer