Festival du nouveau cinéma: salle comble pour Nguyen en ouverture

Le 45e Festival du nouveau cinéma s'est mis en... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le 45e Festival du nouveau cinéma s'est mis en branle hier avec la présentation du plus récent film de Kim Nguyen, Two Lovers and a Bear.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Festival du nouveau cinéma (FNC) de Montréal s'est mis en branle hier soir pour la 45fois avec la présentation en primeur québécoise de Two Lovers and a Bear, le plus récent film de Kim Nguyen. Lancé le printemps dernier à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, le nouvel opus du réalisateur de Rebelle, tourné principalement dans le Grand Nord canadien, a ainsi été présenté en présence d'une bonne partie de l'équipe.

Le producteur Roger Frappier, qui, coïncidence, célèbre ses 45 ans de métier cette année, a d'abord rappelé l'origine du projet, une histoire écrite il y a plus de 15 ans par Louis Grenier, fondateur de Kanuk. Il a aussi souligné à quel point cette coproduction entre le Québec, l'Ontario et le Nunavut s'était faite dans une grande harmonie. «Il est parfois plus difficile de faire des coproductions avec les autres provinces qu'avec d'autres pays, a-t-il déclaré. Mais nous avions un maître d'oeuvre formidable!»

Devant la salle du Théâtre Maisonneuve, où l'on ne comptait aucun siège vacant, Kim Nguyen a expliqué à l'auditoire que Two Lovers and a Bear était un «film sur l'Arctique, sur la lumière, sur le temps qui se transforme devant nos yeux».

Un appui sans équivoque

Manon Gauthier, responsable de la culture, du patrimoine, du design, d'Espace pour la vie ainsi que du statut de la femme à la Ville de Montréal, a réitéré un appui sans équivoque au FNC, employant même souvent les mots «notre festival». Forts de ce soutien, les organisateurs du Festival du nouveau cinéma ont tenu à souligner l'importance qu'occupe l'événement dans le paysage culturel montréalais.

«Ce festival a atteint un niveau d'excellence qui sera reconnu à sa juste valeur», estime Nicolas Girard Deltruc, directeur général du FNC.

«Il n'y a pas d'espace vacant pour un grand festival international de cinéma à Montréal», a-t-il répété.

Le cofondateur du FNC, Claude Chamberlan, le réalisateur Kim... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le cofondateur du FNC, Claude Chamberlan, le réalisateur Kim NGuyen, le producteur Roger Frappier et le directeur général du festival, Nicolas Girard Deltruc.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Claude Chamberlan, cofondateur du doyen des festivals de cinéma au Canada (dont on dit aussi souvent qu'il est le plus jeune d'esprit), n'a pas manqué l'occasion de rappeler aux nombreux invités et dignitaires l'histoire d'un festival qui doit sa naissance au Cinéma Parallèle.

Après avoir dédié le FNC 2016 aux grands disparus de l'année - André Melançon, Jacques Rivette, Abbas Kiarostami, Andrzej Zulawski, Ronit Elkabetz, Donald Ranvaud et Jean-Antonin Billard -, le directeur de la programmation a évoqué la création, il y a près de 50 ans, du Cinéma Parallèle, disparu cette année avec les deux autres salles d'Excentris «à cause d'une mystérieuse faillite».

«Le moins que l'on puisse dire est que le Parallèle n'était pas entre bonnes mains. Chers amis amoureux du cinéma, on cherche activement un nouveau lieu pour un nouveau Cinéma Parallèle, a-t-il lancé. Qui présentera à l'année longue les films du Festival, les voix de l'avenir!»

Jusqu'au 16 octobre, le Festival du nouveau cinéma de Montréal proposera, dans 11 lieux différents, 340 films (parmi lesquels 138 longs métrages et 170 courts métrages) en provenance de 62 pays.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer