Un 40e FFM contre vents et marées...

Pier-Luc Funk, Antoine Bertrand et Luca Asselin dans... (Photo fournie par Filmoption)

Agrandir

Pier-Luc Funk, Antoine Bertrand et Luca Asselin dans Embrasse-moi comme tu m'aimes d'André Forcier, qui ouvrira le 40e Festival des films du monde.

Photo fournie par Filmoption

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À neuf jours de la soirée d'ouverture du 40Festival des films du monde de Montréal, une partie de la programmation a enfin été dévoilée hier. La sélection retenue pour la compétition mondiale, ainsi que pour la compétition mondiale des premières oeuvres, a en effet été mise en ligne directement sur le site web du festival. Aucune conférence de presse n'a eu lieu.

Au cours d'un entretien téléphonique accordé à La Presse, le président-directeur général, Serge Losique, a précisé qu'il préférait divulguer sa programmation de façon progressive.

«De cette façon, les films de la compétition mondiale, la section la plus prestigieuse, ne se retrouvent pas noyés dans la programmation entière. Les programmes des autres sections seront annoncés au cours des prochains jours.»

«Il y aura moins de films dans les sections parallèles cette année. On préfère miser sur la qualité!»

Déjà annoncé pour la soirée d'ouverture, le nouveau film d'André Forcier, Embrasse-moi comme tu m'aimes, sera en lice pour le Grand Prix des Amériques, trophée suprême du FFM. Parmi les 22 longs métrages sélectionnés dans la compétition mondiale, peu sont toutefois réalisés par des cinéastes reconnus. Notons quand même Everybody Happy, le nouveau film du réalisateur belge Nic Balthazar. Ce dernier avait fait sensation au FFM il y a neuf ans grâce à l'excellent Ben X.

Dan Sijie, à qui l'on doit notamment Balzac et la petite tailleuse chinoise et Les filles du botaniste, est de retour avec Le paon de nuit. Le cinéaste brésilien Hector Babenco, mort le mois dernier, s'était de son côté distingué grâce à des films comme Pixote, Kiss of the Spider Woman et Ironweed. Son film testament, intitulé My Hindu Friend, met notamment en vedette Willem Dafoe. Un seul film français, Toril de Laurent Teyssier (avec Bernard Blancan et Sabrina Ouazani), figure dans la liste. Les Américains brillent par ailleurs par leur absence.

À part le film d'André Forcier, dont l'imposante distribution compte Émile Schneider, Juliette Gosselin, Céline Bonnier, Roy Dupuis et plusieurs autres, aucun autre film québécois ni canadien n'est inscrit dans la compétition mondiale des longs métrages. Du côté des courts, signalons la présence de deux productions canadiennes: 10:10 de Maeim Jebelli et Probability d'Arun Lakra. On note aussi une production canadienne dans la compétition mondiale des premières oeuvres. Réalisé par Peter Tharos et Bassel Martin, Beyond What Remains est un drame tourné au Mexique en langue espagnole.

Les Chelems d'or

Pour souligner cette édition anniversaire, le FFM remettra cette année, malgré les graves difficultés financières auxquelles il fait face, des prix en argent. Les premiers Chelems d'or ont une valeur totale de 1 million de dollars américains et seront répartis en 13 bourses. Dans un communiqué publié au mois de mai, le festival avait indiqué qu'«un généreux mécène a approché le FFM afin que ces bourses soient offertes lors de sa prochaine édition pour récompenser la qualité du cinéma mondial». 

Hier, Serge Losique a confirmé l'identité de ce mécène. Il s'agit de la société chinoise Gold-Finance Group, établie à Hangzhou, laquelle, l'an dernier, figurait parmi les commanditaires de l'événement. Les sommes attribuées aux lauréats seront partagées sur une base de 50 % entre le producteur et le ou la cinéaste. Deux-cent-cinquante-mille dollars seront en outre remis au lauréat du Grand Prix des Amériques. Lors de l'annonce de la création des Chelems d'or, il fut précisé que l'argent avait été déposé dans un compte en fidéicommis chez un notaire montréalais afin qu'il ne puisse être utilisé pour autre chose que pour la remise des prix lors de la cérémonie de clôture.

Maintenant au Cineplex Forum

Visiblement, la direction du FFM, coupée de ses subventions depuis maintenant trois ans, semble accuser du retard dans sa préparation. Autre signe notoire du régime minceur auquel elle doit s'astreindre, personne n'est mandaté pour s'occuper des relations avec les médias.

Aussi, il convient de signaler qu'en plus du Cinéma Impérial, le FFM se tiendra cette année au complexe Cineplex Forum. Il n'investira plus le dernier étage du Quartier latin. Sept salles de l'enceinte de la rue Atwater lui sont réservées.

«Les travaux en face du Quartier latin rendent ce lieu impossible pour la tenue du festival, soutient Serge Losique. Le Cineplex Forum est un endroit où les gens peuvent se rassembler. Et il est situé à peine à quelques stations de métro de l'Impérial.»

Les billets seront mis en vente samedi dès midi au Cinéma Impérial et au Cineplex Forum, ou en ligne sur le réseau Admission.

Le jury

La composition du jury a aussi été annoncée. Cette année, ce jury sera principalement formé d'anciens lauréats du Grand Prix des Amériques. Ainsi, Sergei Bodrov (La liberté c'est le paradis, 1989), Claude Gagnon (The Kid Brother, 1986), Goran Markovic (Le cordon, 2003), Eliseo Subiela (Le côté obscur du coeur, 1992) et Lee Tamahori (Once Were Warriors, 1994) seront de la partie. Le producteur Donald Ranvaud se joindra aussi au groupe.

«Personne ne présidera le jury cette année, a indiqué Serge Losique. Ils seront tous des coprésidents!»

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer