TIFF: lendemains amers du printemps érable

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) Trente minutes avant la première de Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau, de Mathieu Denis et Simon Lavoie, la file bigarrée, mélange de vieux hippies et de jeunes hipsters, s'étirait sur quatre coins de rue. «Avancez, ceux qui font la révolution», s'est mis à crier un des bénévoles sans mesurer le poids de sa consigne.

La salle du Winter Garden compte environ 900 places et, mardi soir, pour cette première mondiale d'un film qualifié de trésor caché par le directeur du TIFF lui-même, la salle était pleine. Une heure et demie plus tard, la salle s'était vidée de moitié. Ceux qui font les révolutions à moitié vident aussi parfois la moitié de leurs salles. Mais stoïques, les deux cinéastes québécois assumaient pleinement le phénomène.

«Je préfère de loin une salle où ceux qui quittent sont furieux et piqués au vif et ceux qui restent, enthousiastes et vaillants, à une salle pleine de gens indifférents», a philosophé Mathieu Denis. À raison, car ceux qui sont restés jusqu'à minuit ne l'ont pas fait à moitié, applaudissant chaleureusement ce film dont le titre est une citation de Saint-Just.

C'est un objet étrange que ce film inspiré par les lendemains du printemps érable: étrange, étonnant, foisonnant, parfois choquant, mais jamais ennuyeux malgré ses trois heures et des poussières. Et ses écarts de conduite, comme ce long plan noir qui dure cinq longues minutes au début du film sur fond de requiem tonitruant. Ou encore la nudité des quatre personnages principaux, y compris la transgenre Gabrielle Tremblay, jolie jeune femme avec un corps féminin, sauf pour le pénis entre ses jambes, montré explicitement et à répétition comme si c'était la chose la plus naturelle au monde.

Après le plan noir de cinq minutes rappelant ceux de Marguerite Duras dans Le camion, le film suit quatre jeunes qui, de nuit, attaquent des panneaux-réclames dominant le pont Jacques-Cartier et les couvrent de slogans anticapitalistes. 

Les quatre, dans la vingtaine, viennent d'univers différents, sont révoltés contre la société, maudissent leurs parents boomers et portent des noms bizarres comme Klas Batalo, Tumulto ou Giutizia. Incarnés par les acteurs Charlotte Aubin (la Juliette du Roméo et Juliette d'Yves Desgagnés), Laurent Bélanger, Emmanuelle Lussier-Martinez et la transgenre Gabrielle Tremblay, ils ont trouvé refuge dans une sorte de bunker et trou à rats où ils donnent libre cours à leur idéalisme en attendant de faire une révolution qui n'aura pas lieu.

Refusant de croire que la révolte du printemps érable est morte sans laisser de traces, les réalisateurs ont imaginé une suite.

«On ne pouvait pas concevoir que ce mouvement sans précédent n'ait finalement débouché sur rien et que les étudiants soient retournés à leur petit train-train comme si de rien n'était. Et si c'est le cas, alors leur colère, leur amertume et leur souffrance ont dû être énormes», plaide avec compassion Simon Lavoie.

Mathieu Denis enchaîne en affirmant que leur film montre combien c'est difficile d'être un jeune idéaliste dans le monde actuel. 

«Les étudiants du printemps érable se sont fait taper dessus par le monde adulte et celui des banlieues comme ce n'est pas possible. Mais si une société passe son temps à écraser l'idéalisme de sa jeunesse, qu'est-ce qui lui reste?»

Débordant de vidéos d'actualité glanées sur YouTube montrant manifs, révoltes et incendies, ou encore d'extraits d'entrevues de Jack Kerouac et d'Hubert Aquin, truffé de citations de Jean-Paul Sartre, Saint-Just, Lionel Groulx, Aimé Césaire ou Josée Yvon qui remplissent à répétition l'écran, Ceux qui font les révolutions... est un film aussi généreux, ambitieux et audacieux qu'il est exaspérant. Sa sortie au Québec ne risque pas de passer inaperçue. Certains quitteront la salle en pestant, c'est évident, mais pour d'autres, notamment les orphelins du printemps érable, il y a de fortes chances que cet objet étrange et percutant devienne un film culte.

Quand Dolan inspire le père de Taxi Driver

Paul Schrader est une icône du cinéma américain. Membre de la brat generation avec Spielberg, Scorsese et Coppola, sa carrière couvre 27 films, comme scénariste (Taxi Driver, Raging Bull) ou comme réalisateur (American Gigolo, Mishima et Mosquito Coast). Or ce vieux routier et maître du cinéma, âgé de 70 ans, a admis hier que Xavier Dolan avait été la bougie d'allumage de son dernier film, Dog Eat Dog, une satire cinglante et sanglante des films noirs.

«J'ai d'abord vu Les amours imaginaires, et ce qui m'a fasciné, c'est de voir dans son film là une scène de Godard, là une de Cassavetes, ou là une autre de Bertolucci comme si ça allait de soi.» 

«À travers le cinéma de Dolan, j'ai découvert une autre sensibilité. J'ai compris que la nouvelle génération s'est affranchie des lois du cinéma qui nous régissaient, nous, et de l'obligation de créer un film dans un style unifié, et ça m'a beaucoup inspiré.»

Par la suite, Schrader a vu tous les films de Dolan. Ce printemps à Cannes, où Dog Eat Dog clôturait la Quinzaine des réalisateurs, Schrader a demandé à rencontrer le jeune prodige québécois. «On a tenté de m'en dissuader. J'ai insisté et on m'a dit qu'il ne valait mieux pas, que dans la vie, Dolan était insupportable.» 

Schrader a obtempéré et laissé tomber la rencontre. Dommage.

Le sixième Beatle

On sait que les Beatles étaient quatre et que leur imprésario Brian Epstein, mort d'une surdose en 67, est considéré comme le cinquième Beatle. Mais un sixième Beatle? Selon les documentaristes Tony Guma et John Rose, ce sixième, c'était Sam Leach, un promoteur de Liverpool, le premier à faire mousser la popularité des Beatles à travers une série déterminante de concerts locaux.

Plus important, c'est par l'entremise de Sam que Brian Epstein a appris l'existence des Beatles. Mais voilà, Sam, un sympathique bougre encore vivant, était un gars du peuple, sans argent. Epstein, un fils de bonne famille fortunée, n'a eu aucune difficulté à lui voler ses poulains. 

Parmi les points forts du film, le témoignage de Pete Best, le premier batteur du groupe remplacé par Ringo et dont la mère Mona Best a accueilli dans son sous-sol la première perfo de John et Paul. Parmi les points faibles, l'avertissement au début du film que le grand historien des Beatles, Mark Lewisohn, renie les allégations du film et exige que son témoignage soit coupé au montage après le TIFF. L'ennui, c'est que ses propos corroborent complètement la version des cinéastes. C'est même lui qui affirme que sans Sam, les Beatles n'auraient pas réussi à faire leur chemin.

Chose certaine, The Sixth Beatle pose un tas de questions intéressantes, rarement soulevées. Mon camarade, et grand fan des Beatles, Sylvain Cormier va adorer.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer