À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

     
    ou
    Fermer X

    Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

    Suggestions:
    1- Vérifiez l'orthographe
    2- Entrez un code postal
    3- Entrez le nom d'une ville
    4- Entrez une adresse

    «La vie d'Adèle» applaudi à Toronto

    Une scène tirée du film La vie d'Adèle.... (Photo Le Droit)

    Agrandir

    Une scène tirée du film La vie d'Adèle.

    Photo Le Droit

    Partage

    Partager par courriel
    Taille de police
    Imprimer la page
    Agence France-Presse
    TORONTO

    La vie d'Adèle, son réalisateur et ses deux actrices réunis au grand complet malgré les propos cinglants des uns sur les autres, ont été longuement applaudis jeudi soir à l'issue de sa présentation au Festival international du film de Toronto.

    Les visages souriants, Abdellatif Kechiche, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos sont montés sur scène avant et après la projection.

    Le trio a également répondu à quelques questions de la salle. Léa Seydoux a évoqué la belle amitié née avec Adèle Exarchopoulos grâce à ce film qui a obtenu la Palme d'or au dernier Festival de Cannes.

    Le cinéaste a expliqué comment il avait choisi ses acteurs et actrices : «j'ai besoin quand je rencontre des acteurs de sentir la possibilité d'une future complicité afin de pouvoir les amener à ma vision de l'incarnation des personnages».

    Aucune question n'a concerné les violentes critiques entre les actrices d'une part et le réalisateur d'autre part, alors que l'équipe est en pleine promotion du film sur le continent nord-américain.

    En début de semaine, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos ont décrit dans un entretien à un média américain le tournage «horrible» du film, assurant qu'elles ne travailleraient «plus jamais» avec Abdellatif Kechiche. Dans une entrevue au Parisien le lendemain, elles faisaient un peu marche arrière déclarant que le tournage avait été «compliqué», mais que c'était «sans doute le film où nous avons le plus évolué», expliquait Adèle Exarchopoulos.

    Le cinéaste, selon des propos rapportés par différents médias français, leur a sèchement répondu depuis Los Angeles, où le film était présenté. «Quelle indécence de parler de souffrance lorsqu'on fait l'un des plus beaux métiers au monde!», a-t-il dit avant de viser plus personnellement Léa Seydoux, petite-fille du PDG de Pathé Jérôme Seydoux, en évoquant son milieu aisé.

    «Il aurait fallu laisser au film ses secrets de fabrication», regrette pour sa part le directeur général de la société de production et de distribution Wild Bunch Brahim Chioua, interrogé par l'AFP, avant de poser la question de savoir si «la création sans souffrance pouvait exister».

    La polémique peut-elle gêner la sortie du long métrage? «Il ne faut pas dramatiser les choses non plus. Le plus important, c'est le film», a-t-il dit.

    Partager

    publicité

    publicité

    publicité

    la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

    publicité

    publicité

    Autres contenus populaires

    image title
    Fermer