You Were Never Really Here: Lynne Ramsay sanglante

You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay... (Photo fournie par le Festival de Cannes)

Agrandir

You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay

Photo fournie par le Festival de Cannes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Presse à Cannes) Lynne Ramsay avait présenté en compétition cannoise en 2011 We Need to Talk About Kevin, d'après le roman de Lionel Shriver. La cinéaste écossaise (Morvern Callar) explore encore davantage le côté sombre de l'être humain dans You Were Never Really Here, dernier film de la compétition, dont la tête d'affiche est le troublant Joaquin Phoenix.

Phoenix incarne un ancien militaire et agent du FBI en choc post-traumatique, recyclé en mercenaire qui sauve de jeunes adolescentes des griffes de maquereaux. Il se retrouve malgré lui dans un tourbillon de violence inouï lorsqu'un sénateur lui demande de retrouver sa fille.

HUÉ ET APPLAUDI

Film ultra-violent qui n'est pas sans poésie, You Were Never Really Here m'a rappelé Maryland d'Alice Winocour, avec Matthias Schoenaerts, présenté à Cannes dans la section Un certain regard en 2015. De la violence sordide, filmée par une femme, mettant en scène un acteur au charisme animal.

Le film a été à la fois hué et applaudi au générique, comme plusieurs autres depuis quelques jours. Une conclusion de Festival à l'image de la compétition, où le cinéma de genre a été à l'honneur, pour le meilleur et pour le pire.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer