Xavier Dolan en lice pour la Palme d'or à Cannes

Xavier Dolan, photographié le 31 mars dernier, alors... (PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Xavier Dolan, photographié le 31 mars dernier, alors de passage à Québec.

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux ans après avoir obtenu le prix du jury grâce à Mommy, Xavier Dolan aura de nouveau la chance de concourir pour la Palme d'or du Festival de Cannes. Au cours d'une conférence de presse tenue aujourd'hui au cinéma UGC Normandie de Paris, le délégué général Thierry Frémaux a annoncé que Juste la fin du monde, le sixième film du cinéaste québécois, fait partie des 20 longs métrages retenus dans la compétition officielle. Xavier Dolan montera ainsi les marches menant au Théâtre Lumière en compagnie des cinq acteurs de son film : Marion Cotillard, Nathalie Baye, Léa Seydoux, Vincent Cassel et Gaspard Ulliel.

Révélé en 2009 à la Quinzaine des réalisateurs dès son premier long métrage, J'ai tué ma mère, celui que la presse mondiale considère comme un prodige en sera à sa cinquième participation cannoise.

Les amours imaginaires et Laurence Anyways ont été lancés dans le cadre d'Un certain regard, l'autre section officielle du festival. Juste la fin du monde constitue le deuxième film de Xavier Dolan sélectionné en compétition officielle.

>> Voir toute la sélection de Cannes

Tourné l'an dernier à l'intérieur d'un bungalow du quartier Sainte-Dorothée à Laval, ce long métrage est inspiré d'une pièce de Jean-Luc Lagarce qu'Anne Dorval a fait lire au cinéaste il y a plusieurs années.

Gaspard Ulliel incarne un écrivain qui, après plusieurs années d'absence, revient dans son patelin natal pour annoncer à sa famille sa mort imminente. Nathalie Baye incarne sa mère, Vincent Cassel, le grand frère, Marion Cotillard, une belle-soeur qu'il ne connaît pas encore, et Léa Seydoux, sa plus jeune soeur.

Une langue particulière

Lors d'une entrevue réalisée sur le plateau de tournage, Xavier Dolan a confié que l'idée de faire appel à des acteurs français était claire dans son esprit dès le départ.

« La langue de Lagarce est très particulière et je ne voulais pas la dénaturer en l'adaptant en québécois, explique-t-il. Bien entendu, des acteurs québécois peuvent très bien emprunter l'accent français et ils le font très bien dans des films français. Mais leur demander de jouer avec l'accent français dans un film québécois aurait sans doute provoqué un décalage. Et puis, j'ai écrit le scénario en pensant aux acteurs auxquels je rêvais. Et ils m'ont tous fait l'honneur d'accepter! »

« Le personnage de Louis, qu'incarne Gaspard Ulliel, est le pivot du récit, mais les cinq personnages sont pratiquement d'égale importance, avait-il aussi précisé. Chacun a sa scène, son moment. Comme il s'agit d'une pièce sur l'écoute et sur l'incapacité de communiquer, ils ont tous tellement de choses à dire à Louis qu'ils viennent tour à tour lui parler en lui laissant à peine le temps d'ouvrir la bouche. C'est vraiment une variation sur le retour du fils prodigue. »

Pas moins de 1869 longs métrages ont été soumis au comité de sélection. À peine 49 d'entre eux ont été retenus en sélection officielle. Le 69e Festival de Cannes se tiendra du 11 au 22 mai.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer