Une bourse d'études pour les futures réalisatrices arabes annoncée à Cannes

Le manque de réalisatrices dans le cinéma international... (Photo Regis Duvignau, Reuters)

Agrandir

Le manque de réalisatrices dans le cinéma international est un sujet d'actualité à Cannes, où seuls deux des 19 films en compétition pour la Palme d'or ont été réalisés par des femmes.

Photo Regis Duvignau, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Associated Press
CANNES

Un nouveau programme de bourses scolaires visant à aider les femmes arabes à réussir dans l'industrie du cinéma a été dévoilé, mardi, à Cannes.

Le fonds scolaire Hani Farsi paiera les frais d'études de trois aspirantes cinéastes qui étudieront la réalisation à l'école du théâtre, du film et de la télévision de l'université de la Californie à Los Angeles (UCLA).

Les premières bénéficiaires du programme, une collaboration entre l'UCLA et la fondation Mohamed S. Farsi, devraient commencer des études de maîtrise en septembre.

Le cinéaste Hani Farsi a mis sur pied cette fondation, qui porte le nom de son père, un philanthrope saoudien. Farsi a affirmé mardi que le programme était «la première étape d'un appel à l'action» qui, espère-t-il, mènera à un changement positif pour les femmes dans l'industrie du film «et dans ma région du monde».

Le manque de réalisatrices dans le cinéma international est un sujet d'actualité à Cannes, où seuls deux des 19 films en compétition pour la Palme d'or ont été réalisés par des femmes.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer