Antoine Olivier Pilon savoure son expérience à Cannes

Antoine Olivier Pilon (à droite) en compagnie de... (Photo: Reuters)

Agrandir

Antoine Olivier Pilon (à droite) en compagnie de son réalisateur Xavier Dolan.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline St-Pierre
La Presse Canadienne
Montréal

La presse internationale le décrit depuis mercredi comme un «jeune prodige du cinéma québécois», «une révélation» et parle de son «charisme» et de sa «performance extraordinaire» dans le nouveau film de Xavier Dolan, Mommy, présenté en compétition au Festival de Cannes.

À l'aube de ses 17 ans, Antoine Olivier Pilon accueille avec bonheur les éloges qui lui sont adressées, à lui, à son film et à son réalisateur.

Celui que certains ont découvert à la télévision dans Mémoires vives, Tactik ou Subito texto ou au cinéma dans Les Pee-Wee 3D ou Frisson-des-Collines apprécie son expérience cannoise et remercie Xavier Dolan de lui avoir donné la chance de jouer un personnage très différent de ceux qu'il avait interprétés dans les dernières années.

Antoine Olivier Pilon tient dans Mommy le rôle de Steve, un adolescent troublé vivant une relation tumultueuse avec sa mère (Anne Dorval).

«Les autres rôles que j'avais faits, comme Jeannot dans Pee-Wee 3D, ou Frisson-des-Collines, c'était des personnages qui se rapprochaient beaucoup de moi, plus que le personnage de Steve. Je lui ai dit (à Xavier Dolan) que je voulais faire un rôle beaucoup plus loin de moi, un rôle de composition, un personnage qui ne me ressemblait pas du tout. Je voulais avoir un «challenge», un défi à relever, et avec ce personnage, Xavier m'a donné vraiment tout un défi», explique le jeune acteur, en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

C'est en effet un rôle difficile que lui a offert Xavier Dolan. Orphelin de père, abandonné par sa mère qui en retrouve ensuite la garde, Steve souffre d'un trouble de déficit de l'attention et d'un amour intense envers celle qui lui a donné la vie.

«Steve aime tellement sa mère qu'il serait prêt à la tuer, raconte Pilon. Il est possessif, beaucoup, avec elle. C'est un petit garçon qui a perdu son père à un très jeune âge. Il veut devenir l'homme de la famille et dans sa tête, il y a seulement lui et sa mère, il n'y a personne d'autre.»

Quelques heures avant la présentation officielle de Mommy au Palais des festivals, jeudi, le jeune acteur se disait peu nerveux à l'idée de fouler le tapis rouge devant une horde de festivaliers et de photographes.

Reconnaissant que son rôle dans le film de Dolan lui permettra d'avoir une belle carte de visite lors d'éventuelles rencontres avec des réalisateurs, Pilon a confié avoir espoir de pouvoir un jour tourner en France. «J'aimerais explorer un peu les méthodes de tournage françaises», confie l'acteur, qui dit travailler également à perfectionner son anglais.

Et lorsqu'on lui parle de la possibilité que Mommy puisse remporter des honneurs à Cannes, samedi, Antoine Olivier Pilon affirme qu'il y croit.

«Je pense que le film est très fort à la base, dit-il. Juste le scénario, je l'ai trouvé très solide, très puissant. Je n'ai pas vu les autres films en compétition, donc je ne pourrais pas dire s'il a plus de chances qu'un autre, mais je pense que c'est un film qui mérite des applaudissements, qui mérite d'être regardé.

«De loin, c'est le plus beau film auquel j'ai participé et c'est celui sur lequel j'ai mis le plus d'énergie.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer